Albums du moment
Pochette Fyra
Pochette Street Heat

logo Chasing Paperboy

Biographie

Chasing Paperboy

Jean-Guitare/Voix
Fred-Batterie/Choeurs
Jimmy-Basss
Brian-Guitare

Chasing paperboy se forment durant l'été 2006 autour d'anciens Freygolo, Not Any More et Drive to Degrassi. Ils enregistrent assez rapidement une démo 2 titres qu'ils distribuent gratuitement lors de leurs premiers concerts.

2007 est l'année de leur premier EP "always troubles but different stories", enregistré chez Christian Carvin au All prod studio, et de nombreux concerts aux côtés de références telles que Ravi, The Twisted Minds, UMFM, Freygolo, High Five Drive, The Pookies, Flying Donuts, The Black Zombie Procession...

Le quatuor niçois commence à se faire une petite renommée en France, et s'attaque alors à la composition et l'enregistrement d'un split cd avec leur camarades Toulonnais de Mikey Randall qui verra le jour en 2008, enregistré par Rémi Mayot au Snapcut studio, et sorti sur le label Truffle Shuffle Records.

Les influences revendiquées sont à chercher du côté de Ravi, Second Rate, Weakerthans, Burning Heads, Hot Water Music, Samiam, Garrison, Rydell, Blink 182, Rufio....

Split EP w/ Mikey Randall ( 2008 )

Nouvelle sortie Truffle Shuffle Records, deuxième série de split-cds, réunissant cette fois-ci les niçois de Chasing Paperboy, et les toulonais de Mikey Randall. Le split - à l'artwork sobre - permet à deux groupes de partager un bout de rondelle ensemble, histoire de marquer une époque et de limiter les frais inhérents à la sortie d'un disque. Dans le cas présent, cela permet aussi à deux groupes qui s'apprécient beaucoup humainement d'enregistrer une poignée de titres, après avoir sorti des Eps remarqués, et avant de bosser sur un format plus long.

Chasing Paperboy ouvre le bal avec le mélancolique "Stucked In The Politics", dans la veine de leur précédent disque Always Troubles But Different Stories : deux guitares qui se complètent parfaitement, à base d'arpèges, de mélodies qui s'entrecroisent, d'un basse batterie précis et percutant, d'une voix atypique et d'une énergie débordante. Les trois autres titres seraient plus à rapprocher de leur première démo 2 titres, plus punk-rock qu'emo pop, avec des refrains qui restent facilement en tête, des ponts inventifs, et l'ajout de quelques arrangements sympathiques (clavier sur "Should I Go Far ?", solo héroïque sur "Wake Up"). Ils concluent leur participation avec le tube "Need To Go On", qui a la particularité d'être joué à la batterie par Rémi Mayot (trombone / chant chez Freygolo, ingénieur du son Snapcut Studio, et batteur intérimaire chez Chasing Paperboy), qui s'est également occupé de l'enregistrement des 4 titres.
On pourra seulement leur reprocher des chansons un peu longues, un accent parfois perfectible et des chœurs qui manquent un peu. On ne retiendra cependant que le meilleur : un chouette mélange de punk rock mélo et d'emorock à la française, une progression évidente au  niveau de la voix, et un premier album qui s'annonce plus que prometteur !

Mikey Randall prennent le relais, dans un registre plus sombre et écorché. Le son colle super bien aux ambiances dégagées par leur punk rock (titres enregistrés par eux-mêmes, excepté la batterie par Rémi M. au Snapcut Studio). Les premières notes me font directement penser à un accouplement entre les catalans de Gas Drummers, les floridiens de Hot Water Music et les regrettés Second Rate et Me Myself And I. On baigne en plein dans le punk rock couillu et gorgé de mélodies inspirés, vous l'aurez compris. La voix sent le whisky frelaté à plein nez, les choeurs sont superbement posés, et la musique du quatuor toulonnais transpire l'émotion, que ce soit via des titres énergiques ("Wreck In My Hand" et "Competition For Life"), ou plus mid-tempo ("Our Own Grave" et "Alcohol"). Côté points négatifs, la section rythmique est un peu monotone et on sent que leur songwriting peut encore gagner en personnalité.

Ce split est donc la marque d'une progression évidente pour les deux quatuors du Sud, s'affichant véritablement comme la relève emo-punk française. Encore quelques défauts à gommer, quelques kilomètres à enquiller, et ils seront mûrs pour nous pondre un premier album dont vous entendrez parler !

A écouter : Should I Go Far ? - Need To Go On - Competition For Life - Our Own Grave

Always Troubles But Different Stories EP ( 2007 )

Dans un style emo punk tirant vers la (power) pop, ce premier EP des Niçois présente nombre de passages aussi suaves que délectables… malheureusement en partie gâtés par un chant pas vraiment à la hauteur. Accent anglais imparfait, maturation inachevée qui engendre quelques parties irritantes, il a du mal à s’accorder au côté classieux et coulant des autres instruments.
Pourtant il y a de l’idée et des lignes intéressantes ("No Hate Just Tears Tonight") mais la différence est trop flagrante entre ce dernier et la finesse des 6 cordes par exemple.

Deux guitares armées de finesse donc, mais pas seulement. Evoluant en tandem, leur complicité est servie par une précision qui joue sur des harmoniques livrant des mélodies raffinées et agréables. Suppléées par une batterie énergique ("Memories Will Keep You Down"), cela donne des parties instrumentales équilibrées qui tiennent la route même sur des pistes de 4 minutes en moyenne.
On perd quelque peu cet avantage sur la dernière piste acoustique "Life’s Choice is Unfair" qui pour le coup n’est pas aussi éclatante …

Always Troubles… installe donc une base de départ solide qui serait d’autant plus convaincante si le chant ne laissait pas un arrière goût aigre aux douceurs déposées par les baguettes et les cordes. Après le Yell at this Mademoiselle de Dialekt, Chasing Paperboy apporte à cette année 2007 un petit air de renouveau de la scène ‘emo punk à la française’, en n’espérant qu’une franche confirmation.

Ecoute : téléchargement de 2 titres et achat sur la page Myspace du groupe.

A écouter :