Albums du moment
Pochette Anabasis
Pochette In Transmission
Pochette Fyra Pochette Street Heat

logo Chaos E.T. Sexual

Biographie

Chaos E.T. Sexual

Chaos E.T. Sexual est un trio parisien composé de Yves "Chaos" (Guitare), Humbert "E.T." (Guitares / Machines) et Tarik "Sexual" (Machines) expérimentant une musique à la croisée du Dub, de l'Indus et du Doom-Metal. Leur premier effort, Ov, sort début 2012 d'abord en format digital puis en cd un peu plus tard dans l'année. Ils approfondissent leurs travaux avec Ovna l'année suivante. Il faudra alors patienter sept ans pour voir débarquer le troisième album du trio, Only Human Crust, introduisant une batterie aux compositions, tandis que Chaos E.T. Sexual signe sur le label Chien Noir (DDENTKrv). Pour l'occasion le groupe demande à l'artiste Ëmgalaï Grafik (Conan, Epectase, etc) de s'occuper de l'univers visuel.

Chroniques

Only Human Crust Ovna Ov
17 / 20
2 commentaires (16.5/20).
logo album du moment logo amazon

Only Human Crust ( 2020 )

Cela faisait trop longtemps que l’on avait plus eu de nouvelles du trio parisien, dont on se remémore les mouvements industriels aux confins du Doom conscient et du Dub de ses premières sorties Ov et surtout le formidable Ovna, toile d’aliénation parasitée du bruit de nos angoisses froides. Sept ans ont défilé à la vitesse du son, induisant beaucoup d'événements de moins en moins glorieux qui ont modelé nos sociétés actuelles, soit autant de matière à synthétiser pour Chaos E.T. Sexual, accompagné de l’artiste Ëmgalaï Grafik, responsable d’un visuel somptueux et gorgé de sens. En résulte Only Human Crust, monolithe témoin d’un présent qui voit l'humanité sombrer à nouveau dans ses pires travers.

Bande originale d’une régression humaine en action sous nos yeux dépités, noyés d’impuissance, ce troisième album installe des atmosphères dépressives mais combatives, résolues à exposer la réelle détresse qui nous plombe afin de mieux nous en extirper. Pour se faire on appréciera les nombreuses sonorités qui se percutent ou coopèrent sous la toujours très massive guitare baryton, martelant ses arguments incontestables tout le long de l’objet, jusqu’au monumental Only Human Crust, point d’orgue final où tout s’emballe, nous ensable et s’émancipe totalement. Avant ça Asile (précédé d’un Gangsta Doom en russe dans le texte) nous fait tâter de la fébrilité mentale qui hante le fond de l’album, planquée derrière le rideau d’un bruit persistant, venimeux, où les machines malades transpirent déjà un fluide riche, sirupeux. La démarche est pesante mais la mélodie s’exprime en filigrane, à bout de force, néanmoins déterminée, comme les voix, perchées, observatrices des événements. Tumulte vient alors bousculer les esprits surveillés, dans un mouvement Trip-Hop sous-jacent qui gagne en puissance au fur et à mesure, menant à La Française des Jeunes et ses extraits de l’émission culte "Strip-Tease", vibrante transition se terminant par un « abêtir pour mieux régner, c’est le pouvoir politique » qui claque et traduit une forme de politisation des âmes soumises.

L’éveil semble prendre racine en chœurs sur le scintillant mais brumeux 1674 - Now: Many Thousand Gone, pour se concrétiser sur le thème migratoire avec le bouleversant El Dorado, invitant une batterie bien humaine à recréer des liens évanouis. Puis la spiritualité invoquée par Solace Exhaust nous enveloppe sans nous bercer d’illusions, et nous transporte clandestinement vers une terre inconnue peuplée de voix étranges mais salvatrices. Ainsi nous pouvons identifier les forces insoupçonnées des rats dominés que nous sommes jusqu’à maintenant, et aborder la montagne Only Human Crust, atteindre son point culminant et enflammer les cieux.

Après sept ans d’absence on retrouve un Chaos E.T. Sexual plus costaud et inspiré que jamais, déterminé à casser nos certitudes fatalistes, augmenté par l’intrusion chaleureuse d’une batterie organique, et percé de mélodies aussi fragiles qu’implacables. Only Human Crust est une aventure émancipatrice splendide qui vient de la base, des égouts, pour s’imposer au monde et tenter de raser le sommet des pyramides.

Only Human Bandcamp.

A écouter : avec réalisme et conviction.
15.5 / 20
1 commentaire (15.5/20).
logo amazon

Ovna ( 2013 )

Chaos E.T. Sexual était une belle révélation de la fin 2012 avec un premier album sorti de nulle part qui affirmait déjà toute l'originalité et donc le potentiel de ce projet aux motivations bien trop poussées pour se restreindre à un seul genre musical. Ovna en est la suite et reprend cette envie de confronter les idées et les styles que l'on ne verraient à priori pas ensemble.

Le cloisonnement des catégories musicales, c'est de la merde. Se sentant bien trop à l'étroit dans une seule case, Chaos E.T. Sexual élargit son horizon et continue d'explorer les espaces conquis par OvOvna, une racine commune dans le nom, comme pour signifier cette envie de continuité, sans pour autant faire de la redite. Ainsi, Chaos E.T. Sexual fait toujours ce qu'il sait faire de mieux : emplir l'espace de beats robotiques et d'une froideur cinglante, assommés par la six cordes baryton, en bourreau de destruction sonore. Se joint à cette parade décadente la partie bruitiste et / ou mélodique Indus / Noise des cordes de E.T. Le trio qui s'était trouvé une identité sonore déjà bien affirmée sur Ov y reste fidèle tout en s'affirmant et en transformant l'essai.

La petite surprise en moins, il est vrai. Mais on trouve dans ce Ovna, la même singularité à travailler autour du triptyque Dub / Doom / Indus, puis c'est dans les détails qui parviennent progressivement aux oreilles qu'Ovna se révèle. Par la symbiose de ces éléments encore mieux mêlés et l'expérience accumulée, Chaos E.T. Sexual continue donc de peindre une fresque bien à lui qui ne ressemble en définitive à pas grand monde, même si les références s'imposeront toujours par la force des choses. En effet, il est difficile de ne pas penser à Godflesh, Dälek ou Necro Deathmort, que sa soit par la lourdeur, ou le groove froid et et dangereux qui habite ces sept nouvelles pièces. Mais ce n'est pas parce qu'on utilise les mêmes couleurs que la toile ressemble forcément à la copie d'une autre.

Ovna qui débute par un Holy Liars dont le sample et les mélodies rappellent quelque peu La Moneda du disque précédent, possède aussi un côté plus abrasif. Le titre véhicule une atmosphère de fin du monde grâce à ses guitares épaisses et sa rythmique tribale tout comme sur Ovna, à la fois écrasant et obsédant, complété par la voix de E.T presque surréaliste. Mais Chaos E.T. Sexual fait aussi preuve de plus de finesse en incorporant mieux ses éléments dans la structure de ses compositions
comme avec Salaam Bombay aux cordes entêtantes et aux saveurs d'Orient très intéressant dans son déroulement ou Ghesar pratiquement psychédélique dans l'approche. A noter également Pisagua portée par les ambiances fantomatiques et un beat Hip-Hop passé à la moulinette Indus dans son dénouement ou l'apport d'une trompette sur La Mignonette comme si l'Amérique du Sud était intimement liée au projet Chaos E.T. Sexual.

Au final, Ovna confirme tout le bien que l'on pouvait penser du trio et emboîte idéalement le pas à leur première production. Sans tout à fait dire la même chose, ce second album complète les idées apportées par Ov toujours construit sur une production excellente. On reprend un troisième album quand vous voulez.

16.5 / 20
3 commentaires (16.5/20).
logo amazon

Ov ( 2012 )

Chaos E.T. Sexual, une seule entité au patronyme obscur, est en fait constitué des surnoms de chacun des trois membres du groupe : Chaos spécialisé comme son nom l'indique dans la destruction par riffs lestés de plomb, E.T. pour le côté mélodique de la chose et Sexual derrière les machines aux beats hypnotiques. Ov est leur première création en autoproduction et sort réellement de l'ordinaire. 

Voguant au grée de ses envies, pas spécialement ancrés dans une scène Metal, Dub ou Electro, Chaos E.T. Sexual est un peu de tout ça, le point de croisements de diagonales reliant DälekEz3kiel et Godflesh entre eux, pour en définir les contours avec des références que la plupart ici connaissent. Mais même cela ne suffit pas à décrire leur musique qui se veut un mélange très personnel entre Indus, Dub et Doom-Metal. Si beaucoup de groupes arrivent à mélanger divers styles musicaux, plus rares sont ceux qui arrivent à dépasser l'enchainement de plans ou de passages variant d'un style à un autre. Chaos E.T. Sexual n'essaye pas de jouer du Doom, de l'Indus puis du Dub et vice versa, il est tout cela en même temps, une fusion habile des genres qui forme un métissage cohérent et original. Difficile donc de les comparer à une formation en particulier et c'est justement là où réside toute la substance de Chaos E.T. Sexual, qui, malgré une relative jeunesse, s'affranchit des barrières et se démarque de la production musicale en 2012.

Outre cette originalité qui lui confère une identité déjà bien affirmée, ce qui marque aussi ce Ov se sont ses ambiances. L'impression de se retrouver coincé dans des espaces exigus est omniprésente. Claustrophobie quand tu nous tient. Sentiment renforcé par les cordes barytons qui nous écrasent inexorablement, les effets noisy oppressants et les rythmiques marteau piqueur. Ov est également froid comme l'acier, teintés de reflets bleutés glacés. Du dub, il n'y a que l'aspect barbiturique de présent, de l'Indus que le groove implacable et morbide (Kolmogorov Falls). Pas une once de chaleur ici, les cris fantomatiques de Sed Non Satiata sont à glacer le sang, les guitares tonnent comme autant de mortiers assassins (Lyapunov) et les vibrations Brain-State-In-A-Box se font rampantes et carnassières. Ov est entièrement instrumental, comme un espace décharné, sans vie, si ce n'est La Moneda et son sample du discours de Salvador Allende, particulièrement envoûtant. D'ailleurs tout le disque est orné d'une attirance magnétique dont les boucles répétitives de Noyvaya Zemlya en son cœur finissent par nous attirer dans sa folie destructrice.

Ov est une réussite totale pour toutes les raisons citées plus haut. Il y a de forte chance que vous vous fassiez happer par l'univers de désolation de Chaos E.T. Sexual et que vous y reveniez souvent. On attend bien évidemment la suite avec beaucoup d'impatience.

A écouter : La Moneda, Sed Non Satiata
Chaos E.T. Sexual

Style : Indus / Doom / Dub / Trip-Hop
Tags : - - - -
Origine : France
Bandcamp :
Facebook :
Amateurs : 4 amateurs Facebook :