Albums du moment
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Back In Business Pochette Hvísl Stjarnanna
Chroniques
Pochette Rammstein
Pochette Syntheosis
Pochette Flub
Pochette Masses
Pochette Compromissions Pochette Loud As Laughter

logo Champion

Biographie

Champion

Jim Hesketh - Chant
Aram Arslanian - Guitare
Chris Williams - Guitare
Todd Preboski – Batterie
Andy  Norton – Basse

Originaire de Seattle (Washington), Champion, formation de hardcore straight edge, voit le jour au printemps 1999 sous l'impulsion de Jim Hesketh et Chris Williams, respectivement chanteur et guitariste. Dans un premier temps, l'objectif est de prendre du bon temps mais après quelques mois et quelques concerts prometteurs, le groupe décide de passer à la vitesse supérieure en enregistrant une première démo suivie d'une petite tournée de la West Coast. Bien que Champion fasse l'objet d'échos plus que positifs dans le monde du hardcore, le groupe est miné par des problèmes de line up récurrents qui ralentissent sa marge de progression. Tant bien que mal, la formation parvient à enregistrer son premier ep Come Out Swinging en 2000 sur le label Phyte Records. Peu après, Champion signe sur le label de Boston Bridge Nine Records chez qui sort son second ep, Count Our Numbers, lui donnant l'opportunité de tourner avec des groupes prestigieux tels que Sick of it All ou Terror. En fin d'année 2004, le groupe enregistre son premier album intitulé Promises Kept. Il est formidablement bien accueilli et Champion devient l'une des figures de proue du mouvement hardcore straight edge.
En avril 2005, Bridge Nine Records réédite les deux ep précedemment réalisés en les regroupant sur un opus intitulé Time Slips Away. Le groupe va passer l'année sur les routes qui le mèneront jusqu'en Corée. Il tourne avec 7 Seconds, Agnostic Front, Death Before Dishonor, Have Heart, Blue Monday, No Turning Back entre autres, et participe au Posi Fest en juillet.
Champion enregistre ensuite un split trois titres avec Betrayed, qui sort chez Rivalry Records en janvier 2006. Mais c'est à la fin de ce même mois que le groupe annonce sa séparation, due à une lassitude des tournées. Le dernier show de ce groupe phare a lieu à Seattle (El Corazon), le 27 mai, en compagnie de The Answer, Sinking Ships (où évolue Danny Hesketh, le jeune frère de Jim), Allegiance et Outbreak.
Aram Arslanian (en tant que chanteur) et Todd Preboski (qui avait remplacé Brandon Wallace à la batterie) poursuivent un temps l'aventure au sein de Betrayed. Aram est également guitariste dans The Vows.

17 / 20
2 commentaires (18.5/20).
logo amazon

Different Directions, The Last Show ( 2007 )

Afin de saluer comme il se doit l'un des groupes de hardcore straight edge les plus marquants de ces dernières années, Bridge Nine Records nous offre, sous forme de cd/dvd, le concert d'adieu de Champion, histoire de nous faire verser une dernière larme.

C'était à Seattle le 27 mai 2006, El Corazon était sold out, Champion allait jouer pour la dernière fois...

L'évènement était couvert par le High Roller studio (This Is Hell, Every time I Die, Terror, Madball, Norma Jean...) qui disposait de six caméras d'angles et qui délivre ici un travail ultra professionnel, avec un montage soigné, alternant les plans et utilisant assez souvent le "fish eye view". Par ailleurs, le concert est entrecoupé par de courtes interviews de fans et de membres du groupe, d'extraits d'anciens concerts, de plans fixes ou ralentis, parfois en noir et blanc, qui n'entament en rien le rythme du set.
Le résultat est étincellant, retranscrivant toute l'énergie, la passion et la vivacité véhiculés par le hardcore. Il est vrai que le concert lui-même est exceptionnel mais un réel talent était nécessaire pour en rendre compte avec une telle efficacité. Car les caméras ont su capter et retransmettre l'intensité et l'émotion de cette dernière prestation. Ce dvd nous donne l'agréable sensation d'assister au concert tout en nous faisant regretter de ne pas y avoir participé.
Le set débute par "Promises Kept", se poursuit par "Fourth Of July" et immédiatement on se rend compte qu'il s'agit d'un concert d'anthologie car tout est réuni : un groupe qui se donne à fond, un public qui lui est entièrement acquis, une connivence, une complicité palpable. Le stage dive se déchaîne, les fans sautent en tout sens, dans toutes les positions. La valse de ce dive furieux et spectaculaire va se poursuivre tout au long du show accompagné en fonds de salle de circle pits endiablés. Le public chante ces hymnes qu'il connaît par coeur, Jim Hesketh lui tend le micro et se couche contre la foule. Il y a des moments de folie comme sur "Decline", "The Truth" ou "Miles To Go", des moments où la scène est envahie ("One Sixteen"), donnant l'impression d'une grande fête où chacun (même un robot immatriculé "The Truth") s'en donne à coeur joie  et se laisse entraîner dans un tourbillon fougueux. D'anciens membres du groupe, comme le bassiste Ben Colton sur "The Insider", se joignent au line up actuel. Le son, de bonne qualité, n'a pas été surproduit, rendant toute l'authenticité du live. La set list comprend autant de morceaux de Promises Kept que de Time Slips Away qui regroupe les deux ep précédents, Come Out Swinging et Count Our Number.
Mais une grande émotion plane également sur le show, d'abord parce qu'il y a des moments forts comme sur "Different Directions" où Jim Hesketh, bousculé par un slammer, est blessé au visage. Des larmes de sang ne vont cesser de couler de son oeil tuméfié durant tout le set, telles le symbole de la difficulté à tourner la page sur dix ans d'une vie, rendant sa prestation encore plus poignante. Et puis au fil du concert, la fin s'approchant irrémédiablement, on est submergé par une tristesse latente. Jim Hesketh fait ses adieux sur "Next Year", sur sa joue coule une larme sanguinolante, on le sent étreint par l'émotion, il a du mal à s'exprimer. Il s'immerge une dernière fois dans le public qui finit une nouvelle fois par envahir la scène au cri de "Champion". Le tout se termine sur une pancarte lumineuse indiquant "exit".

C'est un très bel hommage que Bridge Nine rend à Champion car ce dvd posthume est à la fois impressionnant et émouvant, à classer parmi les meilleurs live réalisés à ce jour en matière de hardcore. On y retrouve la passion, l'âme et le coeur de Champion, l'énergie et la fougue du hardcore. Il donne le sentiment étrange d'avoir soi-même participé à ces adieux et d'avoir mêlé nos dernières larmes à celles rouges sang de Jim. Un travail d'une qualité et d'une justesse remarquable. Juste un regret, il aurait peut-être été plus judicieux d'accompagner le dvd d'un livret retraçant l'histoire du groupe plutôt que d'un cd audio qui n'apporte, somme toute, pas grand chose de plus.
 

A écouter sur myspace : Decisions Made

A écouter : Decisions Made, Forth Of July, Monument, The Truth
14 / 20
4 commentaires (17.5/20).
logo amazon

Promises Kept ( 2004 )

Après deux mini albums ayant recueilli de très bonnes réactions, Champion change de braquet avec la sortie de son premier opus sur le label de Boston Bridge Nine Records.

Enregistré aux studios Godcity de Salem (MA) sous la houlette de Kurt Ballou (guitariste de Converge) à qui l'on doit également, entre autres, la production de l'ultime skeud de Give Up The Ghost, Promises Kept nous offre douze titres d'un punk hardcore traditionnel,pas original pour deux sous, mais bourré d'énergie et de ressort. A ce titre, Champion emprunte la tranchée creusée une vingtaine d'années auparavant par les groupes de la seconde vague straight edge, à savoir Gorilla Biscuits, Youth of Today, et surtout Chain of Strenght à qui le groupe semble redevable d'une grande partie de son inspiration (l'outro de "The Truth" reprend à quelque chose près le riff de "The Space Between" présent sur le mcd What Holds Us Apart).  

Impossible, donc, de rester de marbre à l'écoute de Promises Kept. Exceptés le titre éponyme, "The Break" et "Perspective", l'exécution des morceaux s'effectue tambour battant, à une allure supersonique. Bien que très simples, les combinaisons d'accords s'avèrent être d'une grande efficacité, l'agressivité et la rugosité sous jacente étant partiellement atténuées par des mélodies proches de celles qui ont fait la qualité de Gorilla Biscuits. De plus, les choeurs soutenant la voix éraillée de Jim Hesket sur les refrains et les breaks font pratiquement mouche à chaque coup.

Avec Promises Kept, Champion signe là un album intéressant mais surtout vivifiant qu'apprécieront les nostalgiques de Bold, Judge et consorts.

Télécharger : "The Truth"

A écouter : "Promises Kept", "Miles to Go", "The Truth"