Découverte
Pochette s/t

logo Carpathian

Biographie

Carpathian

David Bichard - Batterie
Lloyd Carroll - Guitare
Martin Kirby - Chant
Josh Manitta - Guitare
Ed Redclift - Basse


Formé en 2003 à Melbourne, Carpathian est à l'origine formé de Martin Kirby (chant), David Bichard (batterie), Chris Farmer (basse) et Anthony Harris (guitare). Un deuxième guitariste, Julian Marsh, les rejoint en 2004. En 2005, un premier ep éponyme sort chez Washed Up, puis le groupe tourne durant dix-huit mois avec des formations confirmées telles Comeback Kid, Shai Hulud ou Most Precious Blood.
En 2006, les deux guitaristes quittent le groupe. Ils sont remplacés par Josh Manitta et Martin Kirby qui délaisse le chant au profit de Michael Crafter (I Killed The Prom Queen). Cette même année, Carpathian rejoint Resist Records et enregistre son premier album, Nothing To Lose, qui voit le jour en 2007. Le groupe effectue des concerts avec Killswitch Engage et Bleeding Through puis entame une tournée européenne en mars avec Parkway Drive et The Warriors.
En 2007, Martin Kirby reprend le chant et la guitare est dévolue à Ben Coyte. Le bassiste Chris Farmer quitte le groupe, remplacé par Ed Redclift. En décembre 2007, sous ce line-up renouvelé, Carpathian sort un 7" deux titres, Wrecked, porteur d'un autre style.
En 2008, c'est au tour de Ben Coyte de déserter les rangs ; il est remplacé par Lloyd Caroll. En mai, les australiens entrent au Gateway Studios avec Jay Maas (Shipwreck, Verse), ils signent en juin chez Deathwish Records et voient leur deuxième album, Isolation, dans les bacs en novembre. Une tournée européenne, en compagnie de Have Heart et Cruel Hand, clotûre l'année.

Chronique

15.5 / 20
1 commentaire (14/20).
logo album du moment logo amazon

Isolation ( 2008 )

Effectivement, il y a de quoi dérouter les fans de la première heure car la surprise est immense à l'écoute d'Isolation. Carpathian avait livré en 2007 un Nothing To Lose oscillant entre tough guy, metalcore et beatdown ; le groupe revient en cette fin d'année 2008, après un remaniement de line-up, porteur d'un hardcore plus sombre et tourmenté, dans la veine de Have Heart, Ruiner, Modern Life Is War ou Verse. Changement radical de style, entamé sur le 7" Wrecked, parfaitement illustré dans le dernier titre "Permanent", qui voit la reprise des paroles de "Something Must Break" de Joy Division, donnant le ton général d'Isolation : froid, désespéré, torturé.

Un hardcore puissant et lourd, pesant tout le poids de la souffrance, du mal-être et de la solitude ; un hardcore solide, metallique et agressif  ; des choeurs qui viennent accentuer la colère, qui portent la voix de Martin Kirby, pleine de rage, d'exaspération, d'émotion, déchirée, parfois douloureuse, assénant sans concession des textes aux paroles brutes mais toujours pertinentes. Des flots de mélodies se déversent, tristes, angoissées, récurrentes comme la peur qui revient toujours au coeur des nuits solitaires et sans sommeil. Frôlement avec le néant de l'existence ; isolement dans l'incertitude, sur un chemin de désespoir où personne n'a la réponse. Et le temps qui passe sans que rien ne vienne éclairer cette marche, et le sentiment d'abandon, de plus en plus prégnant, de plus en plus éprouvant. Mélodies dépressives et sombres qui font remonter à la surface une détresse sourde et profonde, qui s'agrippe et étreint jusqu'à la suffocation, la noyade dans les spirales du non-sens.
Mais au naufrage annoncé répond un sursaut d'énergie, pour ne pas sombrer, pour ne pas s'asphyxier, ne pas mourir. Et hurler pour se sentir exister, hurler pour survivre à ce maëlstrom incompréhensible. La haine et l'agression comme exutoire, décharge émotionnelle soudaine et violente.

Certains avanceront que Carpathian fait preuve d'opportunisme en s'engouffrant dans la brèche que d'autres ont ouverte, mais il n'est que de lire les textes de Kirby pour s'assurer de la sincérité de la démarche. Isolation dégage beaucoup de force et de profondeur, une souffrance palpable. L'album présente également certains moments de grâce, tel le duo avec Pat Flynn (Have Heart) sur "Ceremony", chargé d'une poignante intensité, ou cette montée phénoménale sur "Seventy K", à donner des frissons.
Carpathian s'inscrit dans la lignée de ces groupes à la lucidité subtile, à l'intelligence aigüe (Have Heart, Ruiner, Ceremony..) et dont la sensibilité à fleur de peau embrase et flamboie, osant leurs peurs et leurs faiblesses, explosant en une violence douloureuse, jouant une musique cathartique, donnant une nouvelle dimension au hardcore.

Track-list : 01.Isolation ; 02.Cursed ; 03. Spirals ; 04. Insomnia ; 05. The Cold Front ; 06.Deadbeats From Deadhearts ; 07. Sun Heights ; 08. Seventy K ; 09. Ceremony ; 10.Permanent.

A écouter : En intgralit