Biographie

Cap'N'Jazz

Tim Kinsella - Chant
Victor Villareal - Guitare (choeur)
Davey VonBohlen - Guitare (choeur)
Sam Zurick - Basse
Mike Kinsella - Batterie

Certains seraient catégoriques. S’il fallait en retenir un, ce serait celui là. Cap’N’Jazz. Plus qu’un groupe, une institution, un repaire, un passage obligatoire de la nébuleuse emo. LE point de convergence entre la vague 80’s et celle émergente dans les années 90.
Formé en 89 à Chicago par les frères Kinsella (Tim et Mike), le combo se complète avec les venues de Sam Zurick et Victor Villareal. Après avoir maintes fois changer d’appellation et après avoir intégré Davey Von Bolhen, le quintet sort de l’anonymat aux commencements des 90’s. Cette décennie, Cap’N’Jazz en fera son berceau. A la croisé du punk, de l'emo, de l'indie et du post-punk. Pendant six ans, le groupe enchaîne les singles, les 7' (deux qui sortiront en 1993), les participations à des compil’  et aboutit en 1995 à la création de son premier et unique album Burritos, Inspiration Point, Fork Balloon Sports, Cards in the Spokes, Automatic Biographies, Kites, Kung Fu, Trophies, Banana Peels We've Slipped on and Egg Shells We've Tippy Toed Over plus communément appelé Shmap'n Shmazz. En très peu de temps, le disque devient collector. Mais le groupe n’y survit pas et les 5 membres se séparent la même année après une ultime concert au Little Rock's Das Yutes a Go-Go.

Le premier chapitre de la vie de Cap’N’Jazz se termine. Commence alors le second. L’influence du groupe sur la scène emo et indie croît et devient de plus en plus palpable. On se met à reconnaître le côté précurseur du groupe, on le copie, on l’érige - à juste titre - au rang des "pères fondateurs" du courrant. La 2e vague emo explose alors auprès du grand public, vers la fin des années 90 sous les impulsions de Dashboard Confessional et Jimmy Eat World. Cap’N’Jazz naissait dix ans auparavant. Une décennie d’avance. Rien que ça. Jade Tree profite donc du mouvement et édite en 1998 toute la discographie du quintet sous le titre de Analphabetapolothology. Cap’N’Jazz est désormais culte. On voit alors naître une pléiade de jeunes groupes qui prend des noms en référence aux titres d’Analphabetapolothology : Scary Kids Scaring Kids, Soria, Little League, In The Clear, Oh Messy Life, We Are Scientists. Les 5 musiciens ne demeurent pas en reste pour autant. Coup sur coup, ils forment des nouveaux projets: Make Believe, The Promise Ring, American Football, Owls, Joan of Arc, Owen, Ghosts and Vodka pour ne citer que les plus connus. Autant de réussites et de figures marquantes.
Cap’N’Jazz est éternel.

Chronique

18 / 20
2 commentaires (18.5/20).
logo amazon

Analphabetapolothology ( 1998 )

On ne compte plus le nombre de fois où on a entendu des groupes sonnant comme Cap’n’Jazz, le nombre de fois où on a lu des bio’ de formations revendiquant l’héritage de Cap’N’Jazz. C’est là la marque des grands. Cap’N’Jazz est une référence de l’emo, un de ses piliers fondateurs.

Ce qui frappe d’emblée chez Cap’N’Jazz, c’est évidemment la vitalité qui émane de ses compositions. Analphabetapolothology est en perpétuel mouvement, sorte d’illustration moderne de la théorie d’Héraclite sur le mobilisme universel. "On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve" avait dit le philosophe grec. Cap’N’Jazz répond en ne jouant jamais deux fois la même partition. Naturellement - par essence même – Cap’N’Jazz remue, bouge, éclate et éclabousse, comme un feu d’artifice sonore qu’on laisserait jaillir sans rechercher de plan chronologique, juste par amour de l’explosion des couleurs. Une basse qui ne tient pas en place ("Tokyo", "We Are Scientists !"), et qui claque des doigts sur chaque note, des embardés des cordes punkisantes, fast et quasi pré-mathy, des rythmes décalés, serpentés qui cherchent à prendre les chemins alambiqués des clairières plutôt que les grandes allées ombragées. Voilà tout simplement ce qu’on appelle une identité reconnaissable entre milles.
Cap’N’Jazz, lui. Cap’N’Jazz luit.

"In the clear" résonne en confirmation. Le titre donne la substance. Contrairement à l’emo 80’s way, qui gardait l’âpreté de sa scène hardcore originelle, Cap’N’Jazz joue avec le soleil comme médiateur. Analphabetapolothology est une tempête de lumière qui irradie. A s’en cramer la rétine ("Yes, I am Talking To You"). L’émotion n’y est plus à la fureur, elle est à l’éternité. Tim Kinsella invente alors pour l’exprimer un chant tout en nuance. Le "funanbulisme vocal" de l’emo est née. Il donnera ses lettres de noblesse à la 2e vague à venir (Sunny Day Real Estate, The Promise Ring, Brandtson, American Football). Les pieds nus du larynx sur l’arrête tranchante de la justesse, Tim se pousse donc au cri(me), racle les syllabes indicibles, écorche les aigus et rampent sur les fins de phrase ("The Sand’ve Turned Purple").
That’s the emo way to sing. The emo way to be.

Analphabetapolothology, sorti chez Jade Tree trois ans après la fin du groupe est une discographie posthume qui a choisie de tout mettre : titres des splits, albums, compil’, reprises et mêmes les unreleased. Les 34 tracks sont donc inégales et certaines ne sont qu’expérimentations ou amusements (cover du "Take On Me" de Aha ou du thème de "90210" (la série Beverly Hills). Cela ne doit pas faire perdre de vue la richesse et l’innovation de l’opus qui renvoie les anciens sons punk rauques au cimetière pour ouvrir sur une période emo nouvelle, qui intègre des instruments externes au genre classique (cuivres, claviers, harmonica), lorgne sur l’indie, explorent les doublages de voix et les chœurs, les hurlements déraillés, les chatouillements d’arpège et les combinaisons rythmiques/mélodies éblouissantes. La fantastique "Ooh Do I Love You" joué en acoustique (un must listen) ferme la marche. 

Je crève n’a jamais aussi bien rimé qu’avec j’achève.

En écoute sur MS.

A écouter : et en crever