Albums du moment
Pochette The Waste Land
Pochette Total Dump
Pochette Hier Déjà Mort Pochette Lost Empyrean
Chroniques
Pochette I, The Mask
Pochette Broken
Pochette Algorythm
Pochette Traveler
Pochette Rituals of Power
Pochette 2020
Pochette VLF Pochette Heart Of Darkness
Découverte
Pochette Nosebleeds

Biographie

Cancer Bats

Formé en mai 2004 par Liam Cormier (Chant) et Scott Middleton (Guitare, At The Mercy Of Inspiration), Cancer Bats se voulait à la base un projet mixant Hardcore et Hard Rock. Rapidement rejoints par Andrew McCraken (Basse) et Joel Bath (Batterie), les Canadiens enregistrent une première démo début 2005, avec un son tendant vers un Hardcore Metalisé dans la veine de The Banner. Rapidement, Mike Peters remplace Joel Bath et les concerts s'enchainent, en première partie de Alexisonfire, Billy Talent, Comeback Kid ou Gallows. Courant 2006, Birthing The Giant, sur lequel on peut retrouver en guest George Pettit de Alexisonfire, déboule dans les bacs, épaulé par le label Distort Entertainment.
Après un léger changement de line up, Jason Bailey (Figure Four, Shattered Realm) prenant le poste de bassiste, rapidement remplacé par Jaye Schwarzer (Left Behind, Reefer Cathedral), un second opus, Hail Destroyed, débarque en Avril 2008. On retrouve encore quelques guests (Wade MacNeil de Alexisonfire, Tim McIrath de Rise Against ou Benjamin Kowalewicz de Billy Talent), ainsi qu'un clip pour le morceau "Deathmarch".
Plusieurs concerts suivent, notamment au Download Festival, Groezrock ou lors de tournées avec Funeral For a Friend ou Bleeding Through.
Le troisième opus, Bears, Mayors, Scraps & Bones, est enregistré et sorti début 2010, épaulé par une vidéo pour leur reprise de "Sabotage" (Beastie Boys).

Chronique

14 / 20
4 commentaires (14.75/20).
logo amazon

Bears, Mayors, Scraps & Bones ( 2010 )

Bears, Mayors, Scraps And Bones : un programme qui s'annonce réjouissant. De fait, cheveux gras, sueur et alcool refoulent dès les premières effluves. Cancer Bats is shit. Les rythmes se succèdent avec la démarche pachydermique d'un metal hardcorisé ("Darkness"), parfois en relâchant le frein rythmique pour s'orienter vers Trash Talk et consorts lorsqu'ils ne reprennent pas de façon plus virulente le culte "Sabotage" des Beastie Boys. N'est malheureusement pas Integrity qui veut et Cancer Bats intègre pour la peine quelques relents de Converge entre deux déhanchements ("Fake Gold") tout en pondant quelques riffs hardcore ("Drive This Stake", "Scared To Death") en alternance de passages metal ("Black Metal Bicycle") ou southern rock à la Maylene And The Sons of Disaster. Hardcore metal ou metal hardcore ? Cancer Bats va de l'un à l'autre et, même s'il faut clairement reconnaître que les américains ne font que sortir à leur sauce une paire de titres inspirés par toute la clique Holy Terror, ils le font avec suffisamment de motivation et de groove pour que Bears, Mayors, Scraps And Bones passe un bon bout de temps sur la platine. On chantera en chœur sur "We Are The Undead" ou "Make The Amend", agitera sa masse capillaire en synchro avec "Trust No One" ou savourera l'odeur de bourbon de "Raised Right". Listen All Of Y'all.

Cancer Bats a ressorti les chemises de bûcherons, les cheveux sales et le pack de bières entre une paire de titres de bonne facture. Bears, Mayors, Scraps And Bones s'envoie un soir de beuverie ou juste pour rythmer l'entre deux verres grâce une énergie débordante, dans la lignée d'un The Banner. What Else ?

A écouter : Scared to Death - Sabotage - Black Metal Bicycle