Albums du moment
Pochette Spotted Horse
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Our Voices Will Soar Forever Pochette Back In Business
Chroniques
Pochette Algleymi
Pochette Carrion Spring
Pochette Downward Motion
Pochette Old Star
Pochette The Chosen One Pochette A Throne of Ash,

Biographie

Calexico

Calexico est une ville frontière, à cheval entre les Etats-Unis et le Mexique. Ce n'est donc pas surprenant que de retrouver, dans la musique du duo formé par Joey Burns et John Convertino - anciens de Giant Sand, des influences latines mêlant cumbia, mariachi et tex-mex.

Depuis 1996, les disques de Calexico flottent dans le désert de l'Arizona, relatant souvent des histoires de voyages et d'origines. Le duo s'inspire des musiques du monde et de ses collaborations, avec Sam Beam (Iron&Wine), Douglas McCombs (Tortoise), Neko Case... pour proposer des thèmes reposants à mi-chemin entre la country à l'américaine et l'énergie à la mexicaine.

Chronique

14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Edge of the Sun ( 2015 )

En 30 ans, Calexico ne s'est jamais réellement reposé. Voyageant aux quatre coins du monde pour apporter à leur Americana les couleurs de rythmes sud-américains ou orientaux, Joey Burns et John Convertino ont semble-t-il cette fois trouvé un équilibre apaisant, trois ans après le très classieux Algiers.

Que Calexico fasse du Calexico, cela ne surprendra personne. Comme une constante, immuable album après album, résonnent à la fois les grandes étendues de l'Arizona (la guitare slide de "Bullets&Rocks", l'harmonica et le banjo sur "Woodshed Waltz"), la fièvre des cuivres latins (la mexicaine "Cumbia de Donde") et les rythmiques mariachis (l'idoine "Coyoacan" en référence au quartier du DF où fut enregistré le titre). Un mélange éprouvé que maîtrise parfaitement le duo, à cheval entre des envolées grandiloquentes comme le premier single "Falling from the Sky" et les ballades plus confidentielles, "Tapping the Line", chantée avec Neko Case en tête. Edge of the Sun est une démonstration de ce que sait faire le groupe, en bien - comme en moins bien. Dans le flot des guitares, il reste inévitablement quelques kitscheries dans les mélodies et quelques platitudes dans les propos que l'on excuse pourtant volontiers. Elles ont toujours été là, depuis qu'on écoute Calexico.

Plus ébouriffant qu'Algiers, certains diront plus tape à l'oeil, Edge of The Sun ne représente qu'une étape de plus pour un groupe qui a depuis longtemps dépassé le stade des surprises pour se concentrer sur un socle solide et établi. On imagine sans peine l'album tourner alors qu'on roule, à allure modérée (faut pas déconner), sur une de ces routes perdues au sud de la Californie. Calexico, des poor lonesome cowboys ? Lonesome, pas tant que ça en fait. Chemin faisant, Burns et Convertino se sont toujours nourris des rencontres et collaborations. Ici, c'est florilège. Outre Neko Case déjà mentionnée, Sam Beam (Iron&Wine) et Ben Bridwell (Band of Horses) apportent leur touche à la guitare et aux chœurs; la chanteuse folk mexicaine Carla Morrison fait don de sa voix gracile sur "Moon Never Rises" et le duo devient alors un backing band effacé, vecteur d'émotions, orchestrant ce petit monde dans des morceaux homogènes et généreux.

Edge of the Sun est pour Calexico ce qu'un 2014 est au vin de Bordeaux. Une cuvée sans surprise mais dans la droite ligne de ce qu'on attendait avec, entre chaque moment d'attente, cette impression d'avoir le petit plus qui manquait à la fournée précédente. Cela suffit pour raviver l'intérêt un moment, le temps suffisant pour le laisser s'apprécier avant de laisser place au prochain.