Albums du moment
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Back In Business Pochette Hvísl Stjarnanna
Chroniques
Pochette Rammstein
Pochette Syntheosis
Pochette Flub
Pochette Masses
Pochette Compromissions Pochette Loud As Laughter

Titre : Belus Année : 2010
Nombre de titres : 8
Acheter : logo amazon
Collection : 7 membres possèdent cet album.

Moyenne lecteurs : 16.08/20 (6 avis dont 4 avec commentaire)


Ecouter l'album :

Laisser votre avis

Commentaires

Sugarbread 17 / 20 Le 15/01/2011 à 00H18

On aura beau dire ce qu'on veut sur l'extra musical à juste titre, musicalement ce type est très fort ! Les ambiances sont somptueuses, les compos sonnent justes, le tout sur une production minimaliste comme je les aime ! Vikernes en 2010 nous pond un album du début des années 90 comme si rien ne s'était passé entre temps. Une grande sortie Black Metal de l'année qui vient de s'écouler !
Glemselens Elv est vraiment excellente !

Chapelier-Fou 16 / 20 Le 14/01/2011 à 20H53

Une véritable surprise. Alors que tout le monde s'efforce de faire du post-black metal, Burzum revient et balance son bon vieux Burzum metal. Il y a quelque chose de puissant dans cet album, l'idée du retour notamment, de la résurrection (métaphore) et de l'héritage. Burzum reprend ses droits, il EST Belus, il est le maître ; non pas le maître du metal, du black-metal ou des cendres, mais un maître incontesté de la pose d'atmosphère et d'ambiances.

Sundjata 18 / 20 Le 06/04/2010 à 16H55

Le retour du Roi a bien lieu. Un album magnifique et pas juste une simple répétition comme il aurait été simple de faire. L'album pourrait se ranger à côté du "OM" de Negura Bunget sans problème. Le personnage et certaines idées peuvent plaire ou non, la musique est élevée au rang d'art.....

Chabbath 17.5 / 20 Le 17/03/2010 à 21H16

Le retour d'un artiste culte sur le devant de la scène doit évidemment affronter l'épreuve du temps, et par dessus tout le mythe de l'âge d'or décadent dont de nombreuses formations font les frais.

Burzum a conservé clairement son identité. Guitares rapides, mélodies répétitives, grâce de la nuance et de l'imperceptible variation, minimalisme et incantations.
Mais de nombreux changements apparaissent. D'abords évidents : la production est plus claire, le synthé tend à disparaitre et laisse place aux guitares, qui n'hésitent plus à explorer la subtilité d'une mélodie ineffable.
Le changement vocal est évident. Dans le fond, Varg utilise beaucoup plus de tons clairs (notamment sur Glemselens Elv, morceau splendide), qu'il double souvent d'un chant pur black, et avec grand succès. Dans la forme, la voix est beaucoup moins trafiquée, elle est quasiment brute. Plus subrepticement ensuite, vient l'impression globale de l'ouverture spirituelle. Varg explore le folklore paneuropéen au travers de l'emblématique Belus, divinité de la lumière.
Ce qui frappe, après plusieurs écoutes, c'est l'aspect solennel de cette oeuvre. Si on retrouve l'auteur dans le sillon d'un Filosofem ou d'un Hvis Lyset Tar Oss, la couleur de l'album est moins pessimiste. Empreinte d'une recherche de sens, elle ne se positionne plus dans une suite de lamentations exaltées et violentes. La violence donc, toujours présente dans la voix de Vikernes, semble systématiquement contrecarrée par - ou bien une mélodie tantôt épique (Kaimadalthas' Nedstigning), tantôt à la frange de l'optimisme (Belus' Tilbakekomst), ou bien un chant clair et gutural, comme si dans la pierre Varg avait gravé ses lettres de sagesses.
Cette dichotomie pourra déplaire à certains, qui trouverons que Burzum a perdu de sa cohérence.

Je fais parti de ceux qui ont été très agréablement surpris par le retour de Varg, qu'on ne devrait même pas placer dans les groupes de black culte puisqu'il ne revendique plus cette étiquette.

Je pense qu'avec le recul, cet album percevra sont lot de prestige.