Albums du moment
Pochette Dispossessed Pochette A Patient Man

logo Burst

Biographie

Burst

Burst est un groupe fondé en Suède 1993 à Kristinehamn, loin des places fortes locales. A l'origine, le groupe s'appelle Dislars et n'a qu'une ambition, jouer très vite et très fort. Le style adopté est ainsi à mi chemin entre crust punk, hardcore et grind. Ce n'est qu'en 1995 que les musiciens décident de changer de nom et de cap. Plusieurs démos sont composées, dont une produite par Dan Swanö (Edge Of Sanity, Diabolical Masquerade, Bloodbath) et le groupe débute ses expérimentations à la recherche d'un son bien à lui, qui dérive du death mélodique au départ. Leur signature chez Melon Records ouvre la voie à un ep, Shadowcaster, en 1996, puis un premier album, Two-Faced, en 1998, difficilement trouvables aujourd'hui.

Burst change de line-up durant ces années et l'arrivée de Robert Reinholdz comme guitariste va entraîner une nette hausse du niveau de leurs compositions que l'on associe dès lors commodément au metalcore. Déjà perceptible sur Conquest : Writhe album paru en 2000, leur nouvelle stature est confirmée par l'ep In Coveting Ways l'année suivante, produit à Gothenburg sous la houlette de Fredrik Reinedahl et Fredrik Nordström (At The Gates, Opeth, Arch Enemy). Le groupe signe ensuite chez Relapse Records pour son album suivant, Prey On Life en 2003. Avec de très bonnes critiques, et un public de plus en plus nombreux, grâce notamment à des affiches communes avec Dillinger Escape Plan ou Mastodon en 2004, le groupe créé l'évènement en 2005 avec Origo, qui marque une avancée vers des contrées proches du Post-Hardcore. Une tournée avec Opeth en novembre et décembre est programmée.
En 2008, Burst signe son dernier album, Lazarus Bird, qui est un grand succès pour le groupe. Ils décident néanmoins de splitter après leur tournée en 2009. 

Chronique

16 / 20
10 commentaires (18.1/20).
logo amazon

Origo ( 2005 )

Voilà un album qui surprend agréablement. Classé communément dans la branche metalcore, Burst n'a en fait sur cet Origo que peu en commun avec les Chimaira et autre Hatebreed. Entre mélancolie et agressivité, le son de ce quatrième album s'approche plutôt de contrées visitées récemment par des groupes comme Cult Of Luna ou Isis.

Burst conserve bien sûr un chant typique du hardcore, particulièrement puissant et tenu tout au long du disque, tirant parfois vers un growl étouffé (The Immateria, Flight's End), même si des choeurs en chant clair sont disséminés sur les pistes, souvent bien trouvés et bien placés (Stormwielder, Mercy Liberation...). Mais le groupe sait aussi se jouer de l'auditeur en ayant recours à des mélodies apaisantes faites de guitare sèche et de passages ambiants pour Sever ou Flight's End notamment, contrastant avec un fond musical noisy. Le groupe soigne aussi particulièrement ses intros, souvent surprenantes, en particulier celles de Where The Wave Broke et ou de Mercy Liberation, aérienne et quasi folk. Avec des titres de 5 minutes en moyennes, l'album est plutôt digeste tout en faisant la part belle à l'expérimentation sonique, mais demeure accessible. Chaque piste est un véritable voyage musical en soi, une expérience riche en émotions, traversée ça et là de quelques claviers discrets qui participent également à la création d'atmosphères travaillées comme sur The Immateria.  Homebound est l'un des titres les plus réussis du disque avec une structure rappelant celles des morceaux de Neurosis, par la maîtrise d'une forme sinusoidale ou accalmies et agressions font bon ménage. On trouve aussi un instrumental, It Comes Into A View, qui s'aventure du côté du post-rock avec bonheur, offrant là une plage aux guitares mélodieuses délayées tout au long de l'album, ainsi qu'à des choeurs harmonieux. Stormwielder bénéficie également de cette orientation, mais offre en contraste un terrain de jeu aux blasts d'une batterie aussi épileptique que sur Slave Emotion.

Avec des instrumentaux riches des multiples changements de rythme de la batterie  et de parties de guitares et de chants nuancées, le groupe creuse là un paysage musical régulièrement voisin du post-core. Dans un genre en plein essor qui a connu plusieurs sorties de grande qualité ces derniers temps, Burst ne choisit pas la facilité et s'en tire avec panache. Le groupe, qui cherche sa véritable voie depuis ses débuts, s'engage là sur un terrain foisonnant et on ne peut que saluer cette réussite qui en appelle d'autres.

Deux titres en écoute ici : Where The Wave Broke et The Immateria.

A écouter : The Immateria, Flight's End, Homebound, It Comes Into View