Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere Pochette Spotted Horse
Chroniques
Pochette Of Jupiter And Moons
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Bleeding Mask Of Dread Pochette The Den

logo Burns Out Bright

Biographie

Burns Out Bright

Isaac Stone: Chant/Basse
Bryan Taylor: Guitare/Chant
Forest Montgomery: Guitare/Chant
Chris Shirah: Batterie

Burns Out Bright se forme à Columbia, Caroline du Sud, en 1999. Le quatuor sort un premier EP en février 2004, Distance and Darkness, via Deep ELM (Eleven Minutes Away, Clair de Lune,...). Pratiquement 2 ans après cette première galette, les revoilà avec un full-length cette fois-ci, annoncé pour le 14 mars 2006, Save Yourself a Lifetime, et produit par Drew "Drewcifer" LeClair, batteur de Escape This (MySpace).

Chronique

Save Yourself a Lifetime ( 2006 )

Après écoute(s) de ce Save Yourself a Lifetime, il y a de quoi rester dubitatif. Non pas que Burns Out Bright signe un premier album époustouflant/épouvantable; simplement ces 10 titres s’avèrent tout ce qu’il y a de plus conventionnel, et prévisible. Alors un an après le méfait Eleven Minutes Away, Deep ELM remettrait-il le couvert ?

Pour le plus grand malheur des auditeurs, la réponse est…oui. BOB, pour les intimes, administre un assortiment emo, pop-punk, hardcore, ciblant les amateurs de Senses Fail, et autres Story of the Year, les hurlements en moins. Certes les mélodies permettent de passer un agréable moment; Isaac Stone s’en sort assez bien, sans en faire de trop, l’un des guitaristes venant l'épauler avec sa voix éraillée aux faux-airs de Brandtson ("Optimistic Nihilistic"). Mais les 10 pistes alignées, et ce pour une durée totale de 50 minutes, manquent réellement d'originalité. On obtient des morceaux allant de 3’35 à 7’30, et bizarrement les  plus longs demeurent les plus appréciables. Globalement, on y découvre des riffs criards ("The World is Going to Hell"), à la manière de The Used et son "Pieces Mended", une guitare acoustique très (trop?) présente, que ce soit en arrière plan, ou sur des pauses tout en arpèges, et une batterie un peu 'en carton' par moments ("Replication Is The Highest Form Of Replication").

La seconde moitié diminue d'intérêt, et ce dès son ‘hit-single’ "Sincerely I", pour des arrangements pas très heureux, voire grossiers. Des sonorités plus hardcore se font sentir, en tout logique sur "My Other Band Is A Hardcore Band", le titre aux allures de ‘finish him !’: point de non-retour. Ce dernier dégage d'ailleurs un aspect brouillon. S’ensuit le titre de répit, quasi-instrumental avec ses murmures inaudibles: "I Just Want You to Know, I Hate Each One Of You...". On respire puis rebelote…

Tout n’est pas noir dans ce Save Yourself a Lifetime…non. Certaines mélodies valent que l’on s’y attarde quelques instants, notamment "The World is Goin to Hell" et "Replication Is The Highest Form Of Replication". Mais il est vrai que passer les premiers titres, on a l'impression de porter l'oreille sur des fillers. Enfin les textes, critiques de l’industrie musicale, et desquels on retiendra, si l’on souhaite s’y attarder, ce: ‘So when your sign your name remember why you sing’.

A écouter sur MySpace: "Optimistic Nihilistic"; "Sincerely I"
A télécharger: performance live de "Sincerely I"

A écouter : Replication Is The Highest Form Of Replication; The World is Goin to Hell; I Just Want You to Know, I Hate Each One Of You
Burns Out Bright

Style : Emo Punk
Tags : -
Origine : USA
Site Officiel : burnsoutbright.com
Amateurs : 0 amateur Facebook :