Chroniques
Pochette Continuum / Fate
Pochette Etazhi
Pochette 8
Pochette Conundrum
Pochette Old Smoke
Découverte
Pochette Discography

logo Burning Bright

Biographie

Burning Bright

Burning Bright se forme fin 2011 à Caen autour de membres évoluant ou ayant évolué dans divers groupes. On y retrouve ainsi Antoine Grezel à la batterie (Aussitôt Mort, Amanda Woodward), Aurélien Gibert au chant (Cercueils, Eightfold Path), Antoine Ganso (Defiance) et Camille Blanchemain (Anemie, The Hectic Dull Sand) aux guitares et Martin Abeut (Kusila) à la basse.
Dès avril 2012, Burning Bright sort un split en compagnie de Death Mercedes puis enchaîne concerts et tournées. Entre septembre et décembre 2012, le groupe enregistre son premier album au Swan Sound Studio de Caen avec Guillaume Doussaud. Domesday sort en janvier 2013 via North Cult Records, Sieve And Sand Records (France), Unlock Yourself (Russie), Walking Is Still Honest (Espagne), Désordre Ordonné (Canada) et 50 Year Storm (USA).

Martin Aubeut - Basse
Camille Blanchemain - Guitare
Antoine Ganso - Guitare
Aurélien Gibert - Chant
Antoine Grezel - batterie

Chronique

14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Domesday ( 2013 )

Décidément, la scène caennaise ne s'endort jamais sur ses lauriers, se fendant régulièrement de nouveaux groupes à l'intérêt certain. Le petit dernier se nomme Burning Bright et semble posséder un beau potentiel.

Domesday se présente comme un album solide, maîtrisé de bout en bout, techniquement irréprochable et débordant d'influences diverses. Burning Bright s'adonne à un hardcore mélodique proche de Comeback Kid, émaillé d'ombres dérivant du hardcore old/new school (Ruiner). Une noirceur enténébrée également par un crust/d-beat tragedyen, livrant des titres plus violents, soutenus et rapides ("Dissolve"). S'entrouvrent des velléités screamoïsantes ("Mayfly"), s'agrègent des espaces post-hardcore voire post-metal qui s'épanouissent sur des morceaux plus éthérés et aériens tel que "Lights". Les titres sont parsemés d'envolées de guitares et enrobés de mélodies, les paroles voguent de rêves en cauchemars et l'album s'étend, varié, ambitieux, suscitant une attention particulière.
Les compos sont équilibrées, denses, riches et complexes avec des riffs qui s'ancrent dans l'esprit et il n'y a, au final, que peu de critiques négatives à formuler hormis, ça et là, quelques plages peu originales. Néanmoins, et peut-être est-ce dû à un son trop lisse, l'ensemble paraît manquer d'une certaine fragilité, de sillons d'écorchures profondes, de cette chose qui va toucher au tréfonds des émotions et de l'humain. Toutefois, laissons cela sur le compte de la jeunesse, car il s'agit d'un premier album, et il faut surtout reconnaître et mettre en avant que Burning Bright fait une entrée plus que prometteuse sur la scène hardcore française. A noter également la participation de Simon (Nine Eleven) sur "Domesday" et de Bart (Birds In Row) sur "Nightsins".

L'intégralité de l'album est disponible dur Bandcamp.

A écouter : Dreamcatcher, Vitriol, Nightsins, Sleepless Me
Burning Bright

Style : Hardcore / Crust / Screamo / Post-Hardcore
Tags : - - - -
Origine : France
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :