Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Boris The Blade

Biographie

Boris The Blade

Boris The Blade est un groupe australien de Deathcore fondé en 2010 à Melbourne par Coby Chatz (Basse), Josh Lording (Guitare), Daniel Sharp (Chant) et Daniel Hickey (Batterie). Le groupe enregistre un premier ep, Tides Of Damnation, en 2011 puis recrute un second guitariste, Roman Koester qui officiait dans Thy Art Is Murder et The Red Shore. Le groupe se fait peu à peu connaitre grâce à son Deathcore brutal et technique, fait quelques dates et festivals en Australie avec Parkway Drive, Northlane et Thy Art Is Murder. En 2013, Cameron Eyre remplace Roman, puis Boris The Blade tourne avec Born Of Osiris, Bleeding Through et Obey The Brave avant de s'enfermer en studio pour la composition de The Human Hive, leur premier album qui sort en 2014 chez Siege Of Amida Records. Karl Steller devient le nouveau batteur du groupe en remplaçant Daniel Hickey la même année.

Chronique

17.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Warpath ( 2017 )

Voici la dernière chronique de notre cycle sur le Deathcore australien, cette fois-ci à propos de l'album Warpath de Boris The Blade. Déjà le troisième opus pour eux, après un The Human Hive très convaincant en 2014. Feront-ils mieux ?

Au niveau de la production il y a déjà un énorme plus car le mix est plus équilibré, chaque instrument est bien à sa place et la captation est plus précise à tous les niveaux ce qui fait gagner en compréhension. Gros point positif donc par rapport à The Human Hive dont le mastering laissant à désirer empiétait sur des morceaux de qualité, allant même parfois jusqu'à gâcher des parties par manque d'audibilité. Warpath est d'autant plus agréable qu'il y a également eu un gros travail sur les effets et donc une mise en valeur non négligeable des temps forts, du genre à provoquer une oscillation cervico-nerveuse incontrôlée et terriblement jouissive.

Force est de constater que sur le fond, l'album est également une tuerie. Chacun des dix morceaux, outre la qualité de composition, a une identité propre et une profondeur de lecture ahurissante telle qu'on pouvait trouver sur Insurrection de Molotov Solution. Car oui, les Australiens ne se contentent pas de blaster comme des cinglés, il y a d'ailleurs pas mal de parties en mid tempo qui nonobstant d'être bien pensées, se révèlent délivrer un univers musical impressionnant et donnent un cachet particulier. Difficile de parler de tel ou tel morceau plus qu'un autre car chacun regorge d'une foultitude de détails sur lesquels on mériterait de s'arrêter.

Qu'il s'agisse de la piste de mise en bouche Warpath, jusqu'à Solace, ultime morceau, il n'y a que d'excellentes chansons. Il arrive de temps à autres qu'un passage ou un autre fasse penser subrepticement un groupe, comme par exemple Gojira sur Misery (sur laquelle figure CJ McMahon de Thy Art Is Murder), Benighted sur Devastator, Molotov Solution sur OmensNo One Is Innocent sur Backstabber, ou Mudvayne sur Nihilist mais ce ne sont que des allusions temporaires, peut être fortuites. Vous aurez d'ailleurs remarqué que ces évocations sont pour le moins variées, et c'est précisément cette richesse stylistique qui fait de Warpath une œuvre vraiment très complète et complexe.

Complexe certes, mais également accessible. Après une première écoute le plaisir est déjà présent car comme énoncé précédemment, la production et les effets favorisent une  immersion rapide. Il y a également pas mal de mélodies identifiables et qui restent marquées comme sur Elixir ou Paralysed, des breaks mémorables comme sur Thorns, et des moments de sauvagerie intense comme sur Devastator. La construction des morceaux et le talent de composition, eux, donnent une intensité terrible à l'ensemble. Le seul "défaut" de cet album, est qu'il laisse un goût de trop peu.

Si vous êtes fans de Deathcore ou simplement de bonne musique, c'est un album qu'il vous faut avoir. Tout est présent et rien ne vient perturber l'écoute, Profondeur, intensité, finesse, autant dire qu'avec Warpath, Boris The Blade tranche un grand coup.

A écouter : Devastator, Paralysed, Backstabber ...
Boris The Blade

Style : Deathcore
Tags :
Origine : Australie
Facebook :
Twitter :
Amateurs : 3 amateurs Facebook :