Biographie

Bioconflict

Sous forme disparue et fossilisée, un groupe de death core, Acardenalar, a laissé filtrer quelques gènes (guitare, basse et chant) qui se sont amalgamés et structurés pour former une toute nouvelle entité : Bioconflict. Cette apparition, orientée vers un univers sans frontières stylistique et plutôt industriel, est datée de 2002 et a implanté depuis ses tentacules dans les esprits. C’est ainsi que Infighting, premier 5 titres du groupe, atterrit quelque part dans mon oreille et l’écho ne mets pas longtemps à parvenir au cerveau. Après plusieurs concerts, la bête juge bon de s’armer d’un batteur pour solidifier leur structure, de quoi mettre sérieusement en appétit avant d'accompagner Lofofora, Watcha ou encore Sidilarsen en concert.… Leur premier album Unhealthy composé entre 2005 et 2007 sort à l'automne, cette même année.

Chroniques

Unhealthy Infighting
13.5 / 20
0 commentaire

Unhealthy ( 2007 )

Après un EP remarqué, Bioconflict présente enfin son premier album, intitulé Unhealthy. Toujours aussi pessimiste quant à notre avenir, le groupe en profite pour épaissir son impact métallique.

Unhealthy propose ainsi un métal solidement agencé entre le riffing abrasif et les nappes électroniques, quoiques discrètes. Si la production un peu trop mate ne rend pas tout à fait justice au côté rentre-dedans de leur musique, l'ensemble s'avère rapidement accrocheur et ultra-référencé. On pense ainsi à Fear Factory en particulier avec le morceau Anger, mais aussi à Red Harvest avec par exemple l'alternance de voix parlées puis hurlées (Unhealthy). L'originalité n'est donc pas la première qualité de la formation, mais l'atmosphère réfrigérante et destructrice est prenante et très personnelle. L'ombre de Ministry plane régulièrement sur les compos, en particulier à travers certaines constructions où se mêlent les beats, les choeurs éthérés et les riffs plus typiquement rock industriel (Borderline). Ici et là, des réminiscences de Godflesh se font jour avec une lourdeur du tempo bienvenue. Néanmoins, le souci du détail y est et le groupe se démarque par le mix de tous ces ingrédients notamment sur des titres comme le ténébreux Theories ou bien encore un Crashsyndrom bien malsain, voire le très vindicatif Saviour.

Quoiqu'il en soit de ces influences assumées, ce premier album de Bioconflict fait preuve d'un caractère ombrageux et brutal plutôt corsé.

3 morceaux en écoute sur le MS

A écouter : Theories, Saviour, Crashsyndrom
13.5 / 20
0 commentaire

Infighting ( 2002 )

Pour être tout à fait honnête, le premier contact fut rude : peu convaincu et donc franchement sceptique, je délaissais ce Infighting bien décidé à le bouder. Une très mauvaise journée sans doute… car une seconde écoute suffira pour que l’ensemble des éléments m’ayant désarçonné deviennent des atouts de charmes pour mes conduits auditifs !

Green Powder Cloud ne se contenta pas de recentrer mon attention mais m’emmena sur des sentiers que je n’avais plus le sentiment d’avoir parcouru depuis Ministry, la sauce technoïde en plus. Le beat invite à la danse, le chant monocorde, aux limites du fearfactorien, se chargera d’imposer les pas. Le mixage surprend quelque peu : les productions métal industriel de ces dernières années laissent majoritairement la priorité à des riffs électriques massifs tandis que Bioconflict mets tout ses membres à un niveau égal. Le résultat, plus que séduisant, m’a un temps déboussolé pour finir par profondément m’ensorceler. La violence se retrouve contenue, comme maîtrisée, assourdie mais d’autant plus subtile et intense. L’absence de « vraie » batterie ne nuit en rien à une rythmique privilégiant une identité électronique et froide aux impacts épidermiques profonds.

Median ralentit le tempo et englue les tympans dans un marécage où l’on se complait à évoluer avec un engourdissement savoureux. Des samples moins acides soutiennent les chuchotements et accompagnent notre dérive jusqu’au point de perdition : les battements cardiaques de la mélodie s’accélèrent et ouvrent les vannes de l’agression sonore. Blacksunrise s’insère directement dans l’engrenage avec une structure moins originale mais qui me rappellera encore une fois un Ministry un peu moins « sale ». Le groupe cultive avec efficacité un aspect aérien qui transpire nécessairement par un vecteur ou une autre, que ce soit par l’électrique ou la machine. L’univers développé est brutal et mécanique, ce qui n’empêchera pas la capture de nos sens étourdis. Détention qui se prolongera avec un Infighting plus hypnotisant que les autres compos. Les riffs sont plus directs menant nos synapses vers une délicieuse tension, et ce ne sont pas les discrètes décharges électroniques qui pourront nous protéger cette créature. L’étreinte se desserrera pourtant avec un Bacteria moins compact mais pas moins prenant. L’atmosphère subit, le temps de quelques notes, une mutation plus vivante et colorée, comme si la machine abandonnait son cycle pour s’animer.

Bioconflict se révèle au final une très bonne surprise et un groupe à traquer obsessionnellement, que ce soit sur disque ou sur scène. Certainement une valeur sûre de l’indus métal français, dans le registre musclé, aux cotés de La Logique Du Pire même si la comparaison reste difficile et aléatoire. Les repères ne sont pas nécessaires pour aimer …

A écouter : Green Powder Cloud, Infighting, Median...
Bioconflict

Style : Indus-metal
Tags :
Origine : France
Site Officiel : bioconflict.com
Myspace :
Amateurs : 1 amateur Facebook :