logo Billy the Kill

Biographie

Billy the Kill

Egalement chanteur-guitariste du groupe Billy gaz station, Billy the kill aka Fred Alerat s'est fait remarquer de la frange indé du public rock lorsqu'il a pris la basse au sein des défunts Second rate en 2003, multipliant les concerts aux quatre coins de la France.
Par la suite bassiste/chanteur de feu Lost Cowboy heroes et guitariste/chanteur de the Waterguns, l’hyperactif a commencé à faire quelques concerts seul avec sa guitare sèche.
Un ep et un premier album unanimement encensé plus tard, Billy est toujours là, prêt à offrir ses chansons folk simples et touchantes à qui voudra les entendre, et sors fin 2009 son deuxième album, Joy Sex and War, via kicking records. 

Chronique

Joy Sex and War ( 2009 )

Billy est loin d'être un inconnu au bataillon. A peine un quart de siècle au compteur, et il a déjà fait résonner son six coups dans tous les rades de France, aux côtés des plus fines gâchettes que connaisse le pays (pour rappel : dernier bassiste de feu-Second Rate, guitariste chanteur de Lost Cowboy Heroes (rip), Waterguns (rip) et Billy Gaz Station).
Un premier album solo en guise d'échauffement, et le revoilà déjà avec ce Joy Sex and War sous le bras, annoncé comme un croisement folk rock entre Morrissey, Ben Kweller, ou encore Ken Stringfellow. La production Kaiser sied parfaitement à son propos : un son chaud pour une musique mélancolique et des arrangements épurés parfaitement mis en valeur !

Quand il ne se cache pas derrière un mur du son et des descentes de manche supersoniques au sein de Billy Gaz Station, le chétif Billy écrit donc tranquillement de petites perles acoustiques, simples comme on boit un verre entres amis, tristes comme une séparation douloureuse...
Billy the Kill n’a pas peur d’intégrer quelques éléments blues, country (« 1982 is my best wine » rappellant Johnny Cash) ou rock (« Wondering out » qui n’aurait pas fait tâche sur un album de Billy Gaz Station…) à sa folk. Et malgré quelques faux pas et des influences encore trop présentes, le jeune âge et la grande sincérité de BTK - à mille lieux du renouveau folk actuel que les radios tentent de nous faire ingurgiter - laissent entrevoir une suite brillante à cette carrière solo.
Toujours sur la brèche, le bonhomme chante d'une voix touchante et fragile, et la grosse dizaine de morceaux bricolés pour l'occasion fera sans aucun doute passer un très agréable moment à tous les amoureux de belles mélodies.

A écouter : all you need is killing me, 1982 is my best wine
Billy the Kill

Style : Folk Stoner
Origine : France
Myspace :
Amateurs : 0 amateur Facebook :