Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

Biographie

Bigwig

Formé en 1995 par 2 anciens potes (Tom et Dan) qui se retrouvent à New Jersey, Bigwig compose pendant 2 ans malgré les nombreux départs et remplacements. 2 EPs sortent et le groupe commence à faire parler de lui dans la région du New Jersey. Il est dès le début signé par Fueled By Ramen puis par Fearless Records qui sort en 1997 Unmerry melodies, un bon album punk rock. Avec cette somptueuse galette,Bigwig se fait vite connaître et tourne à travers tous les USA et le Canada aux côtés de Pennywise, Gob, 30 Foot Fall, Discount... Après un litige avec Fearless, Bigwig signe sur une autre école réputée du punk rock: Kung Fu Records (label de Warren Fitzgerald, Joe Escalante des Vandals) qui met sur le commerce Stay Asleep en août 1999.Le ton de l'album est là plus hardcore que sur Unmerry Melodies.
Après de nouveaux et nombreux changements de line up, Max, l'ex roadie du groupe est engagé comme bassiste (il a d'ailleurs récemment quitté le groupe au début de l'été 2001 pour devenir roadie de Sum 41 ndlr).
Bon bref, après un bordel pas possible, un retour sur Fearless Records, une restructuration du groupe avec un nouveau bassiste... et des tournées avec No Use For A Name, Gob et Anti-Flag plus les dates du Vans Warped Tour cet été, Bigwig vient de sortir ce Invitation to tragedy le 18 septembre.Avec cet album c'est une confirmation du nouveau style punk hardcore du combo. 2 membres du groupe viennent de se casser et d'être aussitôt remplacés et Bigwig n'a pas annulé sa tournée prévue avec les skacore The Suicide Machines et les hardcore Ensign.
Décidemment, avec Bigwig c'est la saga de l'été toute l'année!

15 / 20
7 commentaires (18.21/20).
logo amazon

Reclamation ( 2006 )

On ne pouvait pas faire l’économie de cette chronique, même si leur ancien nouveau label, Fearless Records, fait la sourde oreille pour la promo du groupe en France. Le groupe du New Jersey excelle (et est adulé par ses fans) avec son punk hardcore mélodique de haute volée, la grosse voix puissante et posée de Tom. La guitare harmonique, à renfort de gros accords, donne le ton, la deuxième guitare subtilement utilisée avec petits solos décapants, le tout offre un onze titres énergique et survitaminé. On sait le groupe très fluctuant dans son line-up, et le seul rescapé est le leader vocaliste, Tom. Le dernier arrivé, Jeff, à la guitare, apporte un son plus rugueux, et les qualités techniques restent sensiblement les mêmes. Le groupe devient de plus en plus conquérant, les compositions se font toujours plus agressives, sans perdre l’essence mélodique du groupe. Le titre qui entame l’album, "A War Inside" est le plus beau spécimen d’un Bigwig en pleine résurrection, après quelques années au purgatoire (plus de 4 ans d’attente !). "Cross And Burn" et "Outer Rings" nous rappellent les meilleurs moments de Invitation To Tragedy alors que "Follow The Leader" est dans la grande tradition hardcore New Yorkais. "Rat Race" ravira les âmes en manque d’émo(tion), quand "Hold On Fucker" dévoilera ce que Bigwig sait le mieux faire : des chansons solides, bonnes, rapides et rentre dedans avec des paroles oscillant entre grosse déconnade et « politiquement incorrecte ». "Last Song, Last Call" présente une curieuse et originale façon d’aborder le « ska-punk » teinté de hardcore. La production est irréprochable encore une fois, un son brut et un hardcore punk mélodique qui les renvoient plus vers Rise Against et Propagandhi que vers leur premières amours, NoFx et Pennywise. Notons qu’entre temps, des groupes talentueux, comme A Wilhelm Scream, ont su occuper l’espace et le temps avec un style très proche.

Le groupe fonctionne un peu à contre courant, ils viennent tout juste de s’ouvrir une page Myspace, Tom ne possède pas de téléphone portable et n’est jamais entré dans un Wal-Mart (grande ligne de supermarché américain), et le titre de l’album vient éclairer un petit peu ce positionnement (éthique). Reclamation, c’est le fait de réclamer de l’indépendance, que la société de consommation et de communication exacerbée dans laquelle nous vivons conditionne et aliène de manière irrémédiable tout « consommateur », tout spectateur. Soyons acteur de notre vie ! L’indépendance intellectuelle, morale, l’indépendance médiatique et politique est au cœur des inquiétudes des « grosses perruques ». Et ça, ça fait plaisir.

Titres en écoute sur PureVolume.

A écouter : Tout
15.5 / 20
4 commentaires (18.75/20).
logo amazon

Invitation to tragedy ( 2001 )

Voilà Bigwig qui nous revient avec un disque fraîchement estampillé Fearless Records! Après un  Unmerry Melodies bien riche et diversifié musicalement et un bon,mais cependant moins bon Stay Asleep, le groupe fait un retour en force avec cet Invitation to Tragedy qui s'est fait attendre (notamment à cause de la date de sortie repoussée). En effet, l'album est plus direct que Unmerry Melodies mais aussi plus dur. Là où Unmerry piochait dans le  punk mélodique, An invitation to tragedy se veut plus agressif, plus proche du punk-hardcore.Si certaines compos comme "Sore losers", "Moosh" restent proches de l'ancien style, on remarque tout de suite le rythme plus rapide, les accords plus simples et agressifs, les voix plus rocailleuses et gueulantes de chansons comme "Thinning the herd", "Mr asshole", "Appreciation"... véritables hymnes punk hardcore voire même hardcore à certains moments...
Pour en revenir aux chansons plus mélodiques, ceux qui connaissent déjà (et apprécient) l'ancien Bigwig seront comblés par les mélodies légères et accrocheuses de "Waste", "Hope" ou "Alone in New jersey". Mais même ces compos sont en général sur-vitaminées par rapport aux anciennes créations des 4 garçons, les rapprochant du coup du skatecore ("Counting down"). Tom n'a rien perdu de sa voix d'antan et garde son grand potentiel mélodique...il a même fait de bons progrès en diversifiant ses chants, ses intonation).La deuxième guitare qui soutient la rythmique ajoute des petites notes, des petits solos et autres artifices qui donnent un plus mélo non négligeable.
Venons en maintenant à l'aspect plus nouveau des oeuvres du groupe: le côté punk-hardcore fortement accentué. En effet, la modulation de la voix de Tom et des riffs bien envoyés expédient le groupe vers les contrés du hardcore gentillet. Et pour faire ça bien, la bande s'est entourée de pas moins de 4 vocalistes supplémentaires qui exécutent les chœurs.
Enfin, on notera la grande influence (et Bigwig ne s'en cache pas et l'avoue même fièrement) de 2 groupes: Pennywise (plus qu'évident dans les chansons "Sink or swim" et "Thinning the herd") et NOFX (pour vous en convaincre, écoutez "Alone in New Jersey" qui fait largement honneur à White trash... et Punk in drublic!).
Bref, Bigwig s'offre un nouveau style et ça rajoute du sang neuf et une bonne dose d'énergie à sa musique.

A écouter : Static; Hope; Waste;Counting down...
Bigwig

Style : Punk / Hardcore Mélodique
Tags : -
Origine : USA
Site Officiel : njbigwig.com
Amateurs : 29 amateurs Facebook :