Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips
Chroniques
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Den
Pochette Broken Play Pochette ...

logo Biffy Clyro

Biographie

Biffy Clyro

  Biffy Clyro voit le jour au milieu des années 90 en Ecosse. Composé de trois musiciens/chanteurs (dont deux sont jumeaux), le groupe possédent des influences assez larges (Guns’N’Roses, Nirvana, Weezer, Korn, ou encore Oasis), influences qui ne tarderont pas à s'agrandir encore grâce à la passion de ces écossais pour le rock indépendant américain (Far, The Red House Painters, Mineral et les immanquables Fugazi). Les membres de Biffy Clyro produisent une musique de plus en plus ambitieuse et sont alors repérés par Beggars Banquet lors d'une de leurs formidables prestations scéniques où se mêlent avec talent agressivité, lyrisme et délicatesse. Le label ne tardera pas à sortir Blackened Sky (2002), un premier album à la fois puissant et spirituel. Un second album nommé Vertigo Of Bliss a suivi en 2003, révélant un peu plus la vraie personnalité des écossais, faite d'ombre et de lumière, de tension et d'apaisement. Une personnalité qui fait de Biffy Clyro un groupe tout a fait unique.

Chroniques

Puzzle Blackened Sky
14 / 20
5 commentaires (16.3/20).
logo amazon

Puzzle ( 2007 )

Après avoir réalisé ses trois premiers disques avec une régularité édifiante, Biffy Clyro a dérogé à son habitude, et mis autant de temps à préparer son quatrième opus, que pour l’ensemble de ses trois précédents albums : soit trois ans. Avec un succès commercial croissant, et par extension des attentes de plus en plus importantes, le rendez-vous avec ce Puzzle ne pouvait pas se manquer.

Si la qualité ne se résumait qu’à l’artwork, dès son deuxième opus, Biffy Clyro serait assurément l’une des formations les plus en verve.
Depuis The Vertigo of Bliss et son indissociable référence à Manara, les pochettes de tous les supports restent d’une beauté renversante, et apparaissent comme une partie non négligeable, non négligée et même appliquée du travail de l’artiste. Elles créent au-delà de la musique un repère visuel, une charte graphique qui vient se greffer à l’univers particulier qui ressort de chaque période. Il en est de même avec Puzzle, et au-delà de cette nouvelle réussite en terme d’imagerie, un message semble transmis : ces douze titres ne seraient-il pas un enchevêtrement de ce qu’a été le trio, couplé à leurs nouvelles orientations? Un ensemble de pièces, qui mises les unes avec les autres, ouvre la voie au nouveau Biffy Clyro.
On y retrouve ainsi l’efficacité simpliste des refrains ravageurs d’un "Justboy" ; "27" ou autre "57" qui avaient offert au combo ses premières heures de gloire. Si les plans complexes, qui faisaient l’apanage  d’un Infinity Land parfois délicat à cerner, ont largement été abandonnés ; il en est de même de la dualité caractéristique qui voyait  au sein d’un morceau se côtoyer des tonalités opposées. On se retrouve ainsi avec une musique qui perd en  richesse, ce qu’elle gagne en lisibilité ; et qui peut maintenant concurrencer au travers des "A Whole Child Ago" ou "Folding Stars" les piliers de cette scène alternative actuelle que sont Sparta, Hell Is For Heroes ou Idlewild.
A contrario, ce qui peut surprendre voire déconcerter, est cette ouverture vers d’autres styles, que rien ne laissait présager. On se retrouve ainsi avec des "Who’s Got a Match ? " ; "Now I’m Everyone" flirtant allègrement avec l’indé britannique d’un Franz Ferdinand, d’un Arctic Monkeys. Ou encore des chœurs baroques donnant une sacrée consistance à deux pistes : "Living Is a Problem Because Everything Dies" et "9/15ths", encadrant presque l’album, mais ne permettant nullement de s’y associer !

Ce Puzzle qui de prime abord apparaît comme l’album de l’ouverture, n’en demeure pas  moins énigmatique. Posant autant de problèmes qu’il ne semble résoudre, il est à l’image de ses textes toujours aussi mystérieux, de cette pochette pleine de secrets, à l’image d’un Biffy Clyro qui au final, n’a pas tant changé que cela.

Les Singles "Folding Stars" et "Machines" sont en écoute sur la page MySpace du groupe, où vous retrouvez également des extraits de trois autres morceaux.

A écouter : "Folding Stars" ; "Living Is a Problem Because Everything Dies" "Now I'm Everyone"
14 / 20
1 commentaire (17/20).
logo amazon

Blackened Sky ( 2002 )

Dans la grande famille power rock il faudra désormais compter sur Biffy Clyro. Avec leur premier album nommé " Blackened Sky ", ces écossais semblent voguer bien loin du métal et de ces déclinaisons, et se rapprocheraient plus volontiers de la pop. De la pop nous dit-il ? Mais alors pourquoi power me direz-vous ? Tout simplement parce que les compositions de Biffy Clyro sont puissantes. Une force sous-jacente certes, et profondément enfouie, mais gare à vous lorsqu'elle vous sautera aux oreilles ! 
Le titre d'ouverture résume assez bien l’esprit de l’album : " Joy.Discovery.Invention ". Cette impression de joie, de jouissance sonore, on la retrouve sur des titres comme " 27 ", " Just Boy ", " Kill The Old, Torture Their Young " ou encore " Scary Mary " magnifique ballade concluant le disque. 
Pour ce qui est de la découverte et de l'inventivité je vous propose d'écouter ce jeu de guitare sublime. Des arpéges à ne plus savoir qu'en faire soudainement submergés par de véritables murs de sons. Et surtout, le coup de médiator toujours impeccablement placé, que se soit pendant une accalmie ou en pleine fureur. C’est bien là la principale qualité de Biffy Clyro, cette capacité qu'ont les instruments de se taire, pour laisser la place à la voix, et inversement. Et lorsque le batteur fait une pause, guitariste, bassiste et chanteur ne tardent pas à prendre la relève.

Leur second atout, c'est le coté power de leurs compositions, et là vous ne verrez rien venir avant la plage 6 : " Christopher River's " qui commence au piano pour se terminer sur une longue agonie d'instruments à cordes. Mais c'est véritablement la fin de " Convex Concave " qui vous dévoilera l'étendu des capacités de Biffy Clyro. Une fin épique, magistrale. On retrouve par la suite un peu de cette colère sur " Hero Management " et " Stress On The Sky ", deux autres morceaux inévitables, mais on sait que la tempête est déjà passée.
Malgré tout cela on sent que le groupe en garde sous le coude, on aurait aimé un peu plus de ces terribles envolées sonores. Quoiqu’il en soit, " Blackened Sky " est un excellent album, l’accessibilité en prime.

A écouter : Christopher river' s - Convex concave - Stress on the sky