logo Beyond The Pain

Biographie

Beyond The Pain

Né en 2007, Beyond The Pain se construit autour de cinq, puis six musiciens avec Jean-Christophe Guillard, Steve Cheney (Guitares), Arnold Petit (Chant), Marie Koscianski (Calviers), Paul-Emmanuel Bastit (Basse) et Matthieu Henocq (Batterie). Au départ groupe de scène, multipliant les expériences de live et consolidant leur répertoire, Beyond The Pain met quatre ans à forger son premier album auto-produit, Swallow The Real, entre Metal-Progressif et Death-Metal.

Chronique

Swallow The Real ( 2011 )

C'est grâce à cette première production que les parisiens de Beyond The Pain espèrent se faire valoir et monter au créneau de la nouvelle scène du Metal français. Quelques années à rôder leurs compositions en live et un album auto-produit plus tard, Swallow The Real est leur premier manifeste garni d'un large panel d'influences allant du Death-Metal mélodique au Metal Progressif et même parfois un peu plus.

Si Beyond The Pain est vierge de tout essai, Swallow The Real montre dès les premières écoutes des qualités non-négligeables pour un premier album. Après les banalités d'usages dont on fera vite l'impasse qui sont un son plus que correct et une maitrise instrumentale incluant des années à bosser leur musique - ce qui semble essentiel pour les genres auxquels ils officient - ce sont les influences qui régissent les compositions de Beyond The Pain qui sont un atout important pour les français.
Ca commence sur le sombre et mélancolique Alone&Hostile ou les guitares tantôt aériennes ou gémissantes lorgnent vers le Doom pendant que la section rythmique carrée, puissante amène durcit le ton. Ce premier morceau est un bon condensé du savoir-faire des français et des différents genres qu'il aborde.

Outre cet éclectisme fort appréciable, Beyond The Pain se montre très inspiré, avec un sens de la composition qui fait mouche. Comme quoi ça sert à rien de coller un patchwork d'influence, si on ne sait pas quoi en tirer. J'en veux pour preuve les très bons riffs sur Sceptischism, l'atmosphère torturée de Dig-It-All ou les soli de Shape Her Death. Les titres sont enveloppées des claviers de Marie Koscianski entre pièces sleenesque ou d'autres plus épiques, ces dernières faisant largement penser à Dream Theater par instants. Mais surtout, Beyond The Pain ose parfois sortir des sentiers battus, avec le décalé The Alternate Eve, sorte de Funk-Metal nourrit à la double se transformant petit à petit en Metal polymorphe assez étonnant il faut dire, tout comme le début de Flesh Made Mad presque Jazz.

Quelques petites choses viennent quand même porter une ombre au tableau. L'une, mais qui tient plutôt du détail est l'uniformité du son de Swallow The Real liée cette auto-production qui manque à mon goût de nuances et qui pourrait apporter plus de hauteurs et de variations sonores à la musique de Beyond The Pain. De même, l'intro Paranoisia ou l'interlude Ex-Stasis n'apportent pas à grand chose à ce genre d'album, mais ce qui est surtout gênant lors de l'écoute c'est la voix claire d'Arnol Petit qu'on jugera parfois exagéré ou maniéré. Pourtant l'effort de proposer un chant varié est bien là. Il se montre des plus convaincants dans la plupart des mélodies, dans les voix gutturales assez impressionnantes et l'enchainement entre différents types de chants, mais ça tilte aussi par instants comme sur la fin de Flesh Made Mad.

Quelques erreurs de jeunesse sont visibles sur cet album, qui ressemble d'avantage à un long ep de six morceaux qu'à un véritable album, mais rien qui n'entâche le potentiel du groupe dans leur façon de jouer un Metal assez personnel et n'ayant pas peur de s'affranchir des limites. Pas de quoi révolutionner quoi que se soit, mais il y a matière afin de passer un bon moment avec ce Swallow The Real construit avec intelligence et maitrise et c'est déjà pas mal.

A écouter : Septischism, The Alternate Eve
Beyond The Pain

Style : Metal-Progressif
Tags : - -
Origine : France
Site Officiel : beyondthepain.fr
Myspace :
Amateurs : 3 amateurs Facebook :