Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

Biographie

Bersarin Quartett

Est-ce en référence au controversé général de l’armée rouge, Nicolaï Berzarin, que Thomas Bücher a nommé son one man band ? Difficile à dire. Toujours est-il que ce projet electro-ambient-post-rock-experimental formé en 2006, à Münster (Allemagne), n’a pas attendu les débats de la postérité pour se faire son propre nom dans une scène underground où la sortie de son Self-Titled en 2008 fit grand bruit. Rapidement devenu "sold-out", il faut l’intervention de Denovali en 2010 pour ressortir l’objet, orné d’un visuel de grande beauté, tiré d’un tableau norvégien – l’auteur ne souhaite pas être nommé – évoquant la propagande stalinienne. Son successeur est en cours d'écriture.

Chronique

15 / 20
2 commentaires (16.25/20).
logo amazon

Bersarin Quartett ( 2010 )

C’est aux amples draps des claviers (Oktober) qu’on a dû et qu’on doit encore notre premier regard sur Bersarin Quartett. Irrémédiablement marqué par ces volutes sonores sur lesquels viennent se greffer des noïses electro/trip-hop. Avec évidence.

Magnifique morceau d’ouverture, dans une houle rappelant Mono- violons oblige -, Oktober annonce Geschichten Von Intéresse et les autres morceaux par cette mélancolie pudique qu’on ne parvient à nommer. La pudeur. Oui. Car rien chez BQ n’est fait avec brutalité ou obscénité. Ses morceaux se détachent lentement, progressivement, sortant du girond des boucles de répétitions pour trouver la note (é)claire. Clint Mansell et le Kronos Quartet (Cf. La BO de The Fountain) ne sont alors jamais loin dans l’esprit (Inversion, Es Kann Nicht Ewig Winter Sein, Mehr Als Alles Andere).
On comprendra de ce fait la filiation avec l’ambient singulier de Murcof. Et on appréciera le souci du détail, le minimalisme aux bouts des phalanges, la production chrysalide et les itinéraires croisés entre post rock, néo-classique, electro et nu jazz à la manière d’un Cinematic Orchestra (le chant en moins) ou d’un Mouse On The Keys (Nachtblind).

Du beau, du bon, du bien donc, par son pointillisme intime et son impressionnisme touchant, mais aussi du plus conventionnel et moins enthousiasmant, notamment dans la période creuse du milieu d’album, avant de retoucher au remarquable sur l'épilogue (Mehr Als Alles Andere). Bersarin Quartett qualifie sa musique d’ « imaginary fictional filmscores ». Et il est vrai que les 11 pistes ressemblent à ces accompagnements sonores qu’ont les grandes fresques cinématographiques.  Des titres d’un film qui n’existe que dans l’imaginaire de celui qui les écoutent. Thomas Bücher – et Thomas More avant lui – appelle cela : l’Utopia.

En écoute ici ou ici.

A écouter : "Oktober", "Mehr Als Alles Andere"
Bersarin Quartett

Style : Ambient / Electronica
Tags : -
Origine : Allemagne
Myspace :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :