Titre : Bondage Goat Zombie Année : 2008
Nombre de titres : 9
Acheter : logo amazon
Labels : Irond Records , Nuclear Blast Records
Collection : 3 membres possèdent cet album.

Moyenne lecteurs : 18/20 (1 avis dont 1 avec commentaire)
Ecouter l'album :

Les membres qui ont aimé Bondage Goat Zombie aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

V.N.A. 18 / 20 Le 07/09/2017 à 20H19

Avril 2008. Du moins je le crois. Mes souvenirs de cette période demeurent effroyablement confus, mélanger les dates n'aurait rien de surprenant. Et pourtant, au centre de ce flou mémoriel, ces événements sont encore intacts, gravés dans mon esprit.
C'est la première fois que je m'aventure en ces sombres lieux, je crois que je me suis égaré. Mais je dois bien l'avouer, la mégarde n'est pas seule en cause ; en aucun cas je ne pourrais affirmer être arrivé là par hasard. Comment aurais-je été attiré ici, sinon par ces rythmes infernaux, ces hurlements de douleur et de plaisir mêlés ? Je sais qu'ils sont proches, tout comme je sais que je devrais fuir, il y va de mon intégrité mentale, sinon physique. J'oublie tout cela. Je me laisse guider. J'ouvre la porte sur ces rites monstrueux.
Nous sommes au royaume des dépravés, des déchus. Dans la lumière maladive, je ne distingue d'abord que ces liens trop serrés, qui rongent les chairs, avant que mon regard n'accepte ce qui s'offre à lui. Tant de chair, soumise à toutes les perversions... Elle me fascine, m'hypnotise ; un mouvement de recul à peine esquissé, déjà oublié, plus rien ne saurais en détourner mes yeux, et bientôt tout mon être. Je me laisse emporter dans cette orgie démoniaque, tour à tour soumis et dominateur. Nul ici ne saurait distinguer souffrance et jouissance, vie et mort s'entremêlent, les corps meurtris frémissent de satisfaction, nos sécrétions sont aussi nos onguents.
Nul dieu bienveillant n'oserait nous approcher, nous ne vénérons que la Bête. Mais si son ombre cornue plane sur nous, je ressens également la présence d'une autre idole maudite, de celui que l'on appela ironiquement le Divin Marquis, celui-là même dont le nom a engendré la notion de sadisme. C'est lui qui nous a ouvert la voie. Nous célébrons le malin, et les malheurs de la vertu. Tout le reste n'est que fumée.