logo Battalion Of Saints

Biographie

Battalion Of Saints

George Anthony – chant
C-Conn – guitare
Mike Monster – basse
Gearbox – batterie

Battalion of Saints est l’un des groupes les plus agressifs sur la scène californienne en ce début des années 80. Durant cinq années les Batts laissent une marque indélébile  sur la côte ouest, des concerts à la suite desquels on ramasse les morceaux mais surtout un album, Secong Coming, toujours vert malgré son grand âge.

Anthony et Smith s’associent en 1978 à San Diego sous le patronyme de Nutrons. Après une année d’hésitation et avoir usé une quantité astronomique de bassistes, le choix s’arrête sur Barry Farwell. Don Diaz est recruté en tant que guitariste. Après une sombre histoire sentimentale, Smith éjecte Farwell du groupe. Il est remplacé pour une tournée par James Cooper avant que les cartes soient redistribuées. Ted Olsen (Standbys) arrive à la battterie et les Nutrons effectuent la première partie de Dead Kennedys. C’est à ce moment-là que Smith et Anthony décident de changer de nom pour Battalion Of Saints.
Fighting Boys ep devient rapidement un collector en 1982. La réputation du groupe enfle et sa notoriété atteint toute la côte ouest. BOS joue avec The Exploited, Broken Bones ou les Misfits, participe à la compil BYO Records Someone’s Gonna Get Their Head Kicked In contre les violences policières avec les Adolescents, Social Distortion ou Bad Religion
En 1984, BOS signe un contrat avec Enigma Records pour l’enregistrement de son premier album, Second Coming. Après avoir usé deux autres bassistes, Travis Davidson et Dennis Frame, c’est au tour de Captain Scarlett, éjecté d’Exploited un an avant et ancien de UK Subs, de s’atteler à la tache. Juste avant la tournée, Ted Olsen est remplacé par Joey Maya.
Des problèmes surgissent au retour. Smith claque la porte pour New York où il officiera un temps chez Kraut avant de décéder par overdose. Scarlet et Anthony mettent BOS en stand-by et changent d’air en Angleterre.

Après une décennie, Anthony et Terry Bones (Discharge, Broken Bones) décident de reformer le groupe. Durant une tournée de UK Subs, BOS enregistre deux titres avec Matthew McCoy (batterie), Gregor Kramer (basse), tous deux membres des Subs. Un seven est prévu mais celui-ci est déjà sold out bien avant son pressage. Kramer et McCoy retournent chez les Subs et BOS sont obligés de recruter Ken Ortman (basse) et Gearbox qui occupe également le poste de batteur chez Total Chaos. Le choix se porte finalement sur Mark Bender avant de revenir sur Gearbox. Après une autre période de séparation, BOS reprend le chemin de la scène.

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire

Second Coming lp ( 1984 )

Habitués des sonorités des années 2000, Second Coming risque de vous irriter quelque peu les cages à miel. 1984. Un temps où le punk californien n'est pas encore le produit au caractère insouciant que l'on connaît aujourd'hui. Où chaque concert est risqué, où chaque prestation constitue une mise en danger. Un temps où le punk hardcore qui déferle représente une réelle menace. Derrière les Dead Kennedys, Black Flag, TSOL, les poursuivants sont nombreux. Pendant que les sirènes sifflent sur la ville, Battalion Of Saints attise les flammes allumant même d'autres foyers d'incendies sur la côte.
Après un Fighting Boys ep remarqué mais encore empreint de punk traditionnel à la Germs, BOS plonge dans le chaos le plus total sur le premier album. Second Coming est la bombe qui explose à la face de ceux qui s'y attendent pas. Les Bad Brains et Minor Threat sont passés par là. Les rythmes se sont accélérés et l'écoute du Hardcore 81' de DOA procure maintenant autant d'effet qu'un week-end à Ax-Les-Thermes. La tension est le maître mot de G. Anthony, l'urgence celui de son backline. "My Mind's Deceased", "Right or Worng", "Secong Coming", des titres comme des balles pour mettre le rifle partout où BOS passe, ne pas perdre de temps, profiter de l'espace avant qu'il ne se referme sur des années plus sombres. On sait jamais. Aucune seconde n'est laissée à l'attente, au répit. BOS est sur la corde raide, flirtant avec l'insurrectionnel et l'émeutier. Le message est simple à base de keep yourself, de lost in the world et surtout de rejet de la Religion (notamment les télévangélistes qui arrivent en force à cette époque sur les écrans US), thématique qui occupe une bonne partie du skeud qui s'achève avec la vingt-trois millionième reprise de "Ace of Spades" de Motörhead.

Comme beaucoup à cette période, Battalion Of Saints restera le groupe d'un seul album et tentera de survivre au milieu des splits et des overdoses. Souvent occulté par les Circle Jerks, Bad Religion et tout le gratin de la scène californienne, le groupe de San Diego n'en demeurera pas moins une influence majeure pour les Government Warning, Direct Control ou Career Suicide et Second Coming, une oeuvre qui aura traversé le temps sans trop de dégâts.

Tracklist : 1. My Mind's Diseased*, 2. Animal in Man, 3. Right or Wrong, 4. Holy Vision, 5. Buddies and Pals, 6. No More Lies, 7. Second Coming*, 8. Beefmasters, 9. Fair Warning, 10. Too Much Fun, 11. Intercourse, 12. Solitary is Fun, 13. No Time, 14. Doomed World, 15. Ace of Spades*

A écouter : Intgralit