logo Barishi

Biographie

Barishi

Barishi se forme par Graham Brooks (Guitare) et ses amis du lycée Dylan Blake (Batterie) et Jonathan Kelley (Basse) en 2010, tout d'abord sous le nom d'Atlatl. Rejoints par le chanteur Sascha Simms en 2012, ils se renomment Barishi. C'est ainsi qu'ils composent à quatre un premier album éponyme qui parait en 2013, puis l'ep Endless Howl en 2015. Un second opus, Blood From The Lion's Mouth parait en 2016 chez Season Of Mist et dévoile plus largement leur mélange de Metal Progressif qui tire autant vers le Sludge / Doom que vers le Black Metal ou les éléments psychédéliques. Sascha Simms quitte la formation en 2017, mais Graham Brooks se colle chant et Barishi continue en trio. Old Smoke sort en 2020, toujours chez Season Of Mist.

Chronique

Old Smoke ( 2020 )

Pourquoi écoute-t-on de la musique ?  Beaucoup de raisons savent offrir une réponse pertinente ; parce que la musique est catchy, parce que les paroles reflètent une émotion qui nous parle, pour danser,  pour passer le temps … et bon nombre d’autres raisons toutes aussi valables (ou pas) les unes que les autres. Et bien pour Old Smoke de Barishi, non seulement aucune des raisons citées précédemment ne semblent s’appliquer (si tu sais danser sur Barishi, ouvre une chaine youtube et apprête toi à comptabiliser des millions de vues qui t’apporteront gloire et renommée internationale) mais une nouvelle réponse inédite vient s’ajouter à la liste : être entravé et ne pas avoir d’autre choix que d’écouter.

C’est réellement ce qui semble se produire lors de la lecture du deuxième opus du trio du venu du Vermont.  Composé de six morceaux dont trois font plus de dix minutes, cet album est littéralement envoûtant.  Le premier morceau a ici pour vocation de lentement mais surement poser ses sangles de maintien insidieusement sur votre personne pour vous maintenir dans le reste de l’album sans que vous ne puissiez y faire quoi que ce soit. Ainsi privé de liberté, la musique s’empare de votre esprit et vous impose à sa guise son univers oppressif, mélancolique et torturé et tandis que vous êtes malmenés à travers les cahots des riffs se succédant, vous ne pouvez que retenir votre souffle quant à l’épreuve que vous vivez. Après deux autres morceaux de dix et six minutes, une bouffée d’air de deux minutes permet de reprendre une peu sa respiration avant de replonger pour une nouvelle épreuve de six minutes trente, surement la plus intense ici, et le dernier titre qui donne son nom à l’album met treize minutes à dénouer les liens qui vous maintenaient jusqu’à lors et vous rendre peu à peu vos facultés dans une apothéose libératrice.

Intense épreuve mais on y revient volontiers, de par la qualité de ce qu’elle propose, par son style bien à part, et par l’éclectisme auquel elle fait référence. En effet, difficile de trouver un groupe, ou un style qui s’approche clairement de ce qui a lieu ici, même les précédents albums du groupe ne ressemblent que très peu à Old Smoke. Disons pour illustrer que l’on trouve des mélodies et des développements de celles-ci comme Mastodon sait le faire, notamment pour le caractère psyché de la progression, une ambiance oppressive comme sait la poser Imperial Triumphant avec son black metal jazzy implacable, et une ésothérie lente et pessimiste, parfois à peine palpable mais bel et bien présente un peu comme High on Fire ou surement 90 % des bons groupes de sludge savent faire.

Les mélodies et leur développement sont principalement véhiculées par les guitares. Ici, outre bien évidemment marquer le rythme, la batterie a quasiment  pour unique vocation de mettre en avant le jeu des cordes. Cette dernière reste d’ailleurs bien en arrière dans le mix final contrairement à l’immense majorité de ce qui se fait en metal de nos jours. Le vocaliste réalise quant à lui une performance vraiment remarquable de par les émotions qu’il parvient à transmettre avec sa voix d’outre tombe dont les murmures plein d’effets viennent résonner depuis tous les cotés de cette cage sonore qu’est Barishi. Bien souvent on n’a pas l’impression d’entendre du chant, de la guitare, de la basse et de la batterie, mais d’avoir à faire à un tout organique, qui est cohérent avec ce qu’il est et qui se meut et réagit comme une seule et unique entité naturelle et démoniaque.

Entre perdition, souffrance et plaisir, on ne reste pas indifférent de cette expérience qu’est Old Smoke et la myriade d’états successifs et simultanés dans laquelle on est plongés. A la fois compréhensible et mystérieux, on a  juste ce qu’il faut pour glisser tranquillement dans cet univers envoûtant et à part que nous propose Barishi.

A écouter : Blood Aurora, Entombed in Gold Forever
Barishi

Style : Sludge / Black Metal / Progressif / Psyché
Tags : - - - -
Origine : USA
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 1 amateur Facebook :