Albums du moment
Pochette Erase
Pochette Couvre-sang
Chroniques
Pochette No Fomo
Pochette Commotions
Pochette Le Silence
Pochette Itekoma Hits
Pochette Dropdead
Pochette Chaos is Order Yet Undeciphered Pochette Sacrificed for a load of filth and lies
Découverte
Pochette Moozoonsii

logo Bananas At The Audience

Biographie

Bananas At The Audience

Bananas At The Audience est de résidence lyonnaise et en activité depuis avril 1994. Bien qu’assez ouvert musicalement, et sous réserve d’évolution, le groupe cite Fugazi, Bad Brains, Alice Donut, The Ex, Samiam ou encore The Jesus Lizard comme influences de base. La formule de la formation actuelle est de la même forme qu’aujourd’hui à savoir Julien pour le chant, Yan et Fred pour les guitares, Amar à la batterie et Franck à la basse. Au niveau des expériences humaines, le groupe cite l’apparition entre 1995 et 1997, d’un second chanteur, d’un saxophoniste et d’un percussionniste, choses écourtées pour de simples raisons internes. En 1999, le groupe rajoute à son line-up Bertrand avec la charge de faire le son et de rajouter quelques samples sur les compositions déjà soniques des Bananas At The Audience.
Après trois démos et quelques participations à diverses compilations, le groupe enregistre cinq morceaux en 1998 pour le split album Kaiser Cabinet avec les groupes Shub de Nîmes et Mary Dress de Blois sur le label Nova Express. Le premier album éponyme sort pour sa part en janvier 2001 puis le groupe enchaîne, avec le label SK Records de Lyon, le split EP Alerte Au Macaque En Ferraille avec Kabu Ki Buddah en janvier 2002, Staring At The Surface en septembre 2004 et, enfin, Into The House Of Slumbers en octobre 2006.

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire

Into The House Of Slumbers ( 2006 )

Les Bananas At The Audience propagent leur musique depuis 1998 sur disque et à la sortie de Into The House Of Slumbers, déjà leur cinquième opus, on ne risque pas de sentir chez les Lyonnais une once d’essoufflement, ce qui démontre plutôt au contraire une certaine stabilité et une verve encore renouvelée.

Alors que dire sur Into The House Of Slumbers, nouvel album 11 titres sinon que le groupe maîtrise définitivement une forme de noise relevée, ou plutôt, disons le assurément sa forme de rock-noise, piquante, personnelle et reconnaissable ; reconnaissable car on peut encore croiser par ci par là ("Into The House Of Slumbers") cette grosse influence at-the-drivienne sur des parties de guitare et qui semble, en conséquence, toujours inspirer le groupe. Mais ce n’est pas pour autant du simple copier-coller, loin de là, car les Bananas At The Audience savent outrepasser ce détail en tirant bien d’avantage sur leurs compositions de sorte à en faire sortir un jus pourtant bien acide ; car c’est aussi cela en fait Bananas At The Audience, ces guitares corrosives qui vont distiller des intros rugueuses ("Naked"), ou se faire terriblement sensibles comme sur "In The Dark", composition calme qui vient donc fermer cet album tout en douceur.
Rajoutons une rythmique à l’aise et précise, frappant au bon moment et appuyant les émotions passagères comme il faut (un poil tribale même, avec plaisir, sur le début de "Liars & Fakers"). On se prend aussi à imaginer un Primus ayant forniqué avec Sonic Youth quand les cordes des guitares se font tirer dessus par les doigts vicieux de Fred et de Yann ("H.R project", "Liars & Fakers"). Reste aussi cette touche d’ensemble « so frenchy » pas du tout désagréable au final, dans la façon que le groupe a de composer ou que Julien a d’envoyer le chant, lui-même revêtant parfois un léger filtre d’effet pour confirmer le décalage. Enfin, ne manquant pas de recul sur leur œuvre, et surtout sous forme de pied de nez à la mode du moment, les Bananas At The Audience donnent également leur lecture du dance-rock sur Naked avec rythme chaloupé, basse et guitares collégiales… Tranquille !

Bananas At The Audience propose en vérité un bel album aéré et fougueux, alternant entre plages d’ambiance (ou insertion de samples de voix), morceaux instrumentaux ("122 Days"), faux départ ("Sink"), compositions torrides ("Not physically", "Into the house of slumbers"), bref un bel étalage de tout leur savoir faire ; tout cela en un peu moins d’une demi-heure, ce qui permet de remplir l’album d’un plein de dynamisme et qui, surtout, nous appelle à la redemande, sans hésiter. Qui ne sature pas n’est pas Lyonnais !!!

Page MySpace.

A écouter : Trapped - Liars & fakers - Not Physically