Albums du moment
Pochette Glow
Pochette Quelle
Pochette The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo Pochette Maudits
Chroniques
Pochette Mathreyata
Pochette 2020
Pochette This Place Sucks Ass Pochette Internal Incarceration
Découverte
Pochette Moozoonsii

logo Ariel Kill Him

Biographie

Ariel Kill Him

A la base, Ariel Kill Him n'était qu'un side-project lancé en 1999 par David Lehnberg. A l'époque, celui-ci officiait au sein de Leiah, combo suédois, mais certaines de ses compositions ne cadraient pas avec le registre du groupe.
Seul, ce dernier finit par enregistrer en 1999 un album à petit budget: She Wears The Stars Like Him. Puis en 2001,  de sa collaboration avec Magnus Björk naquit Alpha Is Down, sorti sur Kasual Recordings (Jettie, Ikaros,...). Un véritable engouement autour du Suédois se fit entendre en Allemagne, mais aussi au Japon. Novembre 2003, le duo songwritter/producteur se lance dans la conception d'un troisième album: In The Pyramid.
Jusqu'à présent, Ariel Kill Him effectua de nombreuses dates, une tournée en Europe est d'ailleurs prévue pour septembre. Gage de qualité, à l'époque de Leiah, David et les autres accompagnèrent des groupes tels que The Get Up Kids, As Friends Rust, Hot Water Music, ou bien encore Grade.
Finalement, ce "side-project" nous revient en 2005 avec la sortie d'un nouvel EP: Labyrinths.
2006 marque la sortie du quatrième album de Lehnberg : Named After You.

Labyrinths EP ( 2005 )

Auteur Compositeur des plus talentueux, l'année 2005 marquera les débuts du nouveau side-project Indie Rock/Emo de David Lehnberg: Ikaros ; sortie en Avril de son premier opus, Speak Music, suivi d'une tournée européenne avec passage par la France en Septembre dernier. Le Suédois ne délaisse pas pour autant Ariel Kill Him, puisque certains titres de Named After You, son quatrième album, sont déjà prêts, et qu'un EP intitulé Labyrinths est paru en début d'année...

A fleur de peau, les compositions d'Ariel Kill Him conservent une sensibilité accrue tout au long de ces six titres, et 26 minutes, que dure Labyrinths. Lehnberg y appose les lignes de mélopées toujours aussi bouleversantes, son sens de la mélodie intact. Pas un seul morceau n'est à jeter, et soyons honnête, les amateurs des productions du Scandinave ne seront en rien dépaysés, ni même déçus. Les arrangements contribuent comme à l'accoutumée à l’élégance des titres à l'instar de "Leland": guitare sèche, piano, violoncelle, voix effacée susurrant ‘Leland’. Une musique évasive au tempo fragile qui comblera les adorateurs de "If Summer Ends" (Alpha Is Down). "Up & Down" arbore des sonorités Pop-Rock affiliées à celles de "Seashell Eyes", tandis que "It Was You" et "Yellow, Brown & Green" maintiennent ces rythmiques quiètes à l'image de "The Exclusive Moment", qui parachevait In The Pyramid. De toute beauté.

Mais Labyrinths ne se contente pas de reprendre les fondements d'une pop songeuse largement étrennée sur les précédentes oeuvres d'Ariel Kill Him; Lehnberg explore de nouvelles facettes telles "Hold On, Labyrinths" et ses légères dissonances, cette voix féminine celée sur "Yellow, Brown & Green", et bien sûr ce chant à la fois grésillant et surtout criard de "Popka", chose jamais entrevue auparavant, y compris au sein d'Ikaros. Mais le summum est atteint sur l'ensemble des pistes avec l'incorporation quasi-systématique de touches Electro que l'on croirait tout droit sorties d'un Yesterday Was Dramatic - Today Is Ok de Mùm. Somptueux.

Labyrinths laisse ainsi présager de nouvelles perspectives de la part d'Ariel Kill Him, et l'on ne peut en être que satisfait lors de l'écoute de cet EP. Ni déception, ni crainte à venir, uniquement un sentiment de contemplation face aux remarquables dispositions de cet homme orchestre.

Titres en écoute sur PureVolume.

A écouter : Popka; Yellow, Brown & Green; Up & Down

Alpha is Down ( 2002 )

Alpha is Down est de ces albums que l’on pourrait qualifier d’avant-gardiste tant il préfigurait, pour l’époque, la mutation qu’allait subir la scène emo au travers des courants indépendants. La fragilité des compositions ne sont l’œuvre que d’une seule personne : David Lehnberg.

Avec ce second opus, le Suédois plonge l’auditeur dans une sensualité qui n’est pas sans rappeler l’œuvre de Mark Linkous (Sparklehorse). Projet mené en solo sur la forme, mais qui finalement accueille de nombreux collaborateurs qui font la diversité d’un tel disque. Au programme, mélopées introspectives portées soit par un piano ("Marathon", "Ca-cao") ou/et par une guitare sèche ("Bevinson In Winoka") qui conditionnent l'aspect minimaliste des morceaux d’Ariel Kill Him. Un parallèle avec l’œuvre de Logh s'esquisse doucement tant le travail d’écriture s’aborde avec une simplicité déconcertante.

Et si l’accessibilité des mélodies est à l'origine du charme émanant d’Alpha Is Down, l’orchestration confère à cette oeuvre une durée de vie on ne peut plus poussée. "Dynamo" dévoile ainsi un certain repli sur soi de la part du chanteur, pour mieux  détourner notre attention, nous surprenant par une intensité inattendue selon certaines rythmiques. Un sentiment de révolte ponctue des couplets glacés par des sonorités électro pop qui laissent rêveur. Dès lors, Magnus Björk capte notre attention par la justesse de sa production, où l'on écoute se fondre certaines pistes, notamment les deux premières dont la délicate "If Summer Ends": boîte à rythme, clavier et cordes enveloppent nos âmes, et étreignent ce cœur qui peine tant.

Par ailleurs, passé sous silence jusqu’à présent, le chant de David Lehnberg n’est en rien étranger à ce sentiment de fragilité qui empoigne l'auditeur au grès des compos: sérénité, sincérité, générosité. L’ombre de Mark Linkous plane une nouvelle fois au dessus d’Ariel Kill Him, et c’est sans regret que l’on se verrait quitter ce monde, un relent de rage se faisant ressentir par instant ("The Blue Suits Primary Fuck").

A défaut d’avoir pu jeter une oreille à Labyrinths, la dernière production en date du Scandinave, nous ne pourrons que vous recommander l’écoute prolongée, si possible, de la discographie d’Ariel Kill Him. Alpha is Down est un petit bijou comme l’on en fait plus, accompagnant de longues soirées de solitude. En revanche, s'il vous prend l'envie de bouger, l'orientation plus rock d'Ikaros comblera les personnes enclin à découvrir une nouvelle facette de David Lehnberg.

Titres en écoute sur PureVolume.

A écouter : If Summer Ends; Dynamo; Katla; Marathon; Ca-Cao