Albums du moment
Pochette Back In Business
Chroniques
Pochette Anesthetic
Pochette Sus
Pochette Undying Light

logo Antimatter

Biographie

Antimatter

Antimatter s'est formé en 1998 quand Duncan Patterson (alors transfuge de Anathema, après la sortie de Alternative 4) et son ami de longue date Michael Moss ont réuni leurs forces pour créer un son qui emprunterait à tout le spectre de leurs influences. Ce n'est qu'en 2002 que sort chez Prophecy Records leur tout premier album Saviour. Antimatter bouscule les conventions en délivrant un album entre Ambient et Rock feutré (pour ne pas dire Trip-Hop), qui reçoit d'excellentes critiques un peu partout. Après ce coup d'essai et coup de maître, le groupe ne s'arrête pas là et dès 2003, Patterson et Moss sont de retour avec Lights Out, un superbe album mêlant les harmonies délicates de l'électronique, de l'Ambient et du Dark Rock pour un résultat mélancolique et beau. A nouveau, le groupe est parvenu à tirer son épingle du jeu pour s'imposer à part de toutes les scènes. En 2004, le groupe apparaît également sur un tribute à Dead Can Dance (aux côtés de groupes aussi talentueux que Ulver, The Gathering, Arcana, Green Carnation notamment), interprétant Black Sun tandis que Mick Moss produit la version de How fortunate Is The Man With None par Daniel Cavanagh de Anathema. La carrière de Antimatter se poursuit en 2005 avec la sortie du très attendu troisième album Planetary Confinement, cette fois davantage acoustique et dans une veine plus organique que leurs précédents opus, riche de cordes et de piano. Après cette nouvelle réussite artistique, Duncan Patterson souhaite se consacrer à un nouveau projet dénommé Ion. Mick Moss quant à lui débute les enregistrements d'un nouvel album intitulé Leaving Eden en juin 2006, avec le renfort de Daniel Cavanagh. Ce quatrième album dans des tonalités plus électriques sort finalement chez The End Records en 2007. Après plusieurs tournées et concerts en Europe, la création du label Music In Stone de Moss, il faut patienter jusqu'en 2012 et une signature chez Prophecy Productions, pour la sortie de Fear Of A Unique Identity qui est une nouvelle fois un succès.

The Judas Table ( 2015 )

2015 marque le retour de Antimatter avec un nouvel album intitulé The Judas Table. Le groupe de Mick Moss nous offre un nouveau voyage mélancolique de belle facture.

Comme toujours le travail de composition est remarquable. Black Eyed Man démarre ainsi en douceur avec claviers et cordes ainsi qu'une jolie mélodie de guitare sur laquelle se pose la voix magnifique de Mick Moss. L'atmosphère est triste et amère. Quand un superbe solo de guitare intervient, on comprend que le voyage risque d'en valoir la chandelle. Ce premier morceau donne un aperçu de la suite. Killer est ainsi une autre grande réussite tant par la richesse des arrangements, où les claviers forment un fond sonore subtil, que par son refrain puissant appuyé là encore par les guitares. Comrades se pare de cordes et de guitares acoustiques pour nous conter la mort et la solitude. Un morceau émouvant. Stillborn Empires propose des couplets tout en douceur avant un gros riff sur le refrain. La suite nous prend par surprise avec des chœurs féminins puissants et une débauche de guitares enrichie de cordes. Encore une belle émotion avec cette composition très expressive. 

Un pas de plus et voilà Little Piggy. Il s'agit d'une complainte emplie d'amertume toujours aussi bien agencée, entre guitares acoustiques et cordes pleines de tristesse. Hole est en revanche minimaliste, avec la voix suave de Mick Moss mise en valeur avant une outro habillée de voix féminines sur des percussions légères. Contraste avec Can Of Worms portée par des guitares rugissantes. Chaque pièce de The Judas Table complète le puzzle de l'intégrité retrouvée après avoir été maltraité, blessé, meurtri, trahi. Integrity n'en est que plus évocatrice. Cette chanson oscille encore entre guitares rageuses et moments plus calmes, avec une nouvelle fois des voix féminines angéliques pour conclure un morceau riche. The Judas Table joue dans la même cour. La voix de Mick Moss y est toujours aussi belle, à la fois dépressive et touchante. On l'aura d'ailleurs compris, c'est un des points forts du disque. Goodbye est la chanson de la rupture, posée sur une orchestration acoustique dépouillée. Un bel au revoir pour un opus magnifique. 

The Judas Table nous parle de trahison, de frustration, de colère rentrée et de mélancolie à s'en tailler les veines, mais aussi de catharsis et de libération. C'est en outre un album de dark rock très joliment ouvragé de la part de Antimatter, un groupe qui fait figure de valeur sûre, en particulier pour composer des chansons fortes et accrocheuses dans le même temps.

A écouter : KIller, Stillborn Empires, Integrity
16.5 / 20
5 commentaires (17.2/20).
logo amazon

Leaving Eden ( 2007 )

Anathema hors-jeu depuis 2003 (en attendant fébrilement tout de même le nouvel album enfin annoncé), c'est Antimatter qui défend ces dernières années les couleurs et les déprimes d'un rock amer, empreint de mélancolie et d'élégance mélodique. Avec le départ de son co-fondateur Duncan Patterson (ex-Anathema par ailleurs), Antimatter s'est retrouvé réduit à Mick Moss et ses musiciens. Autant dire que ce dernier a connu la même situation que Danny Cavanagh au moment d'aborder le Judgement d'Anathema en 1999. Comment se relever du départ d'un compositeur ultra-talentueux, élément clé de l'alchimie du groupe, parti exercer ses talents au sein de Ion?

Leaving Eden y répond avec de nouveaux arguments. Là où le précédent album Planetary Confinement avait subjugué par ses qualités mélodiques, sa variété et sa triste beauté, ce quatrième album est porté par des guitares plus incisives qu'à l'accoutumée. Bien sûr, le groupe affectionne toujours les tempos medium, mais le renflement du son est indéniable, donnant une tonalité plus rock à l'ensemble. Pour autant, les arrangements de cordes et de piano ne sont pas négligés, et ce n'est pas un hasard si on retrouve Danny Cavanagh sur ce disque. Il apporte sa maîtrise musicale et toute sa sensibilité aux compositions de Mick Moss. On découvre ainsi un album d'une classe folle où les émotions rappellent énormément l'univers d'Anathema, témoignage des liens quasi fraternels qui unissent les deux formations.

Comme toujours dans ces contrées musicales, on ressent l'influence de Pink Floyd, icône indépassable dans l'imaginaire de Mick Moss. Mais, on aurait tort de réduire Antimatter à une resucée ou un Anathema-bis. L'instigateur de Antimatter a du talent à revendre et le montre, tant dans les élans des guitares, heavy quand il le faut, et toujours mélodieuses (Another Face In A WIndow), que dans l'élégante simplicité de ses mots. Ceux-ci disent les fêlures et les soubresauts du temps qui passe, l'amour incertain, l'inquiétude de l'homme malade du monde qui l'entoure (Freak Show) et la mort qui peut-être soulage (Leaving Eden, magnifique morceau titre). Dans ce défilé de mots blessés, peu de place pour la lumière, aussi ténue que les tâches colorées ornant la pochette noire de cet opus, semblables aux traces fébriles de l'activité cérébrale.

Mick Moss est un orfèvre de la mélancolie, érigée en idéal artistique, s'incarnant dans des mélodies toujours intimistes malgré la richesse de certains arrangements, vibrant de l'amertume de celui qui se sait en décalage. Capable d'orchestrer des instrumentaux fins avec piano et violons sans larmoyer, il y a chez ce musicien des trésors de sensibilité, en particulier dans son chant superbement tenu tout au long de l'album. On citera pour l'exemple Conspire, ballade dans les limbes amoureuses au refrain aérien. Quant au morceau titre, s'il porte la marque de son  auteur, on l'imaginerait presque sortir du répertoire de Katatonia, tant son mélange de guitares puissantes et subtiles et de chant éthéré file le frisson. Mick Moss partage avec le combo suédois la même dépréciation de l'existence, inhérente à l'impuissance de l'homme dont les combats sont perdus d'avance. Peut-être parlerait il d'Immaculate Misconception le temps d'un instrumental bien troussé. Aux élans heavy du disque répond enfin la guitare acoustique délicate de Fighting For A Lost Cause, jolie ballade lacrymale, qui conclue le disque de belle manière.

Sans être aussi définitif que Planetary Confinement, plus varié et à l'atmosphère mélancolique extraordinaire, Leaving Eden n'en constitue pas moins un très bel album de rock mélodieux et romantique, au sens le plus noble du terme. Ecrin de sentiments douloureux, c'est une pièce de choix, qui devrait plaire à un public amateur de Anathema, Katatonia ou encore Porcupine Tree.

Le morceau Leaving Eden est en écoute sur la page myspace du groupe.

A écouter : Conspire, Freak Show, Leaving Eden, Another Face In The Window