logo And Summer Dies

Biographie

And Summer Dies

Fier rejeton de l’avant-gardisme scandinave et norvégien plus particulièrement, cette formation française prend racines en Vendée depuis l’automne 2003.

La première démo, « Eternal Soul », aux influences death mélodique, est enregistrée et sort en 2004. Le groupe s’est alors vu subir quelques remaniements de line-up : remplacement du guitariste de l’époque par Nasrollah Hitmi et intégration de Frédéric Modine au micro et aux claviers en 2007.

C’est deux ans après l’arrivée de ce nouveau chanteur/claviériste que sort « The Chaotic Chronicles », seconde démo pour And Summer Dies, ouvrant des horizons musicaux nouveaux au combo, plus axé maintenant sur les orchestrations.

Le line-up actuel est donc composé de Frédéric Modine au chant et aux orchestrations, de David Blusseau et Nasrollah Hitmi aux guitares, de Jérôme Poissonnet à la basse et de Romain Blusseau à la batterie.

Chronique

14.5 / 20
0 commentaire

The Chaotic Chronicle (démo) ( 2009 )

Le flambeau black metal, en France, est majoritairement porté par les mains froides et gantelées de groupes obscurs, souvent occultes, tels que Nehëmah, Ad Hominem, Arkhon Infaustus, Otargos et autre Peste Noire, pour ne citer que ceux qui font le plus de bruit. Il y aura bien eu feu Annorexia Nervosa, pour déchaîner un grand coup la flamme du grandiloquent hexagonal (tirant peut-être même un peu trop vers le théâtral…) mais peu, dans Notre Douce France, auront tenté l’expérience post-black à claviers (je citerais bien aussi les jeunes parisiens de Kateclysm mais ne nous égarerons pas !).
C’est pourtant en plein là-dedans que s’aventure And Summer Dies, et tant mieux parce qu’il y a de la place ! Nom évocateur pour une musique résolument sombre mais qui, comme toute formation inspirée par des paysages quasi-fantastiques, ne nous enferme pas complètement dans l’Hiver, les ténèbres.

L’introduction au piano classique et effets, transporte sans attendre dans une faille temporelle. Si les influences sautent rapidement aux oreilles (Emperor, Dimmu Borgir…), on se rend également compte qu’il serait bien réducteur d’affilier entièrement And Summer Dies à une évidente fresque épique dans lesquels excellent les groupes précédemment cités. Fils de l’avant-garde nordique, nos messagers de l’hiver ne mettent pas de barrière à leur terrain de jeu et vont gambader, sans jamais se perdre, tantôt vers le prog, tantôt vers le death, et parfois même vers le doom. Les musiciens se sont attelés à polir les angles de façon à rendre chaque plan, même complexe, relativement assimilable et assez palpitant pour la plupart, cause d’une majestueuse orchestration et de nombreux égarements héroïques de la part des guitares, apportant de justes interstices de lumière dans ces chaleureuses abîmes.
&SD nous envoie un message de cette autre dimension où il est difficile de faire la différence entre rêve ou passé oublié…ça balance de mélodies finntroliennes à des complaintes brumeuses, désespérées, le tout sous un voile chevaleresque finalement assumé (vous aurez même droit à quelques samples explicites). Et si vous êtes gourmand, vous en aurez pour votre argent car les titres se révèlent être longuets (autour des dix minutes pour les trois derniers). Ce qui, hélas, mènera souvent l’auditeur à se sentir largué et à relâcher son attention. L’efficacité se perd parfois dans des atmosphères redondantes ou qui ont du mal à prendre. Une écoute attentive s’avérera alors des plus lucrative pour ce qui est de recueillir les détails croustillants!

Les vocaux de Mister Modine, certes variés, manquent quelque peu de grandeur et de punch. Il est clair que des harsh vocals déchaînés seraient hors contexte, mais ça manque tout de même un tantinet de coffre. On cerne cependant une nette maîtrise concernant l’exploitation des différents timbres employés et il en ressort deux dominants : un grunt death/black tout droit sorti d’une cave humide, puis des lignes mélodiques chantées en clean, plutôt graves, toujours justes, mais qui ne défrisera pas non plus votre grand-mère. Peut-être est-ce dû à la prod qui, vous verrez, fait définitivement tort au groupe.
Il est vrai qu’un son crassouillard, de temps en temps, offre un ensemble plus charmant, rustique, parfois sincère, mais ici, difficile de se la jouer puriste aigri, tant on se dit qu’avec un son plus léché, les arrangements ambitieux du groupe prendraient leur véritable envol. Rien d’exécrable, bien entendu, mais une qualité d’enregistrement que ne rend pas assez hommage au talent du combo.

La flamme et l’expérience sont présentes, ne reste plus qu’à passer un coup de balai sur les quelques longueurs assommantes et à trouver un studio qui puisse matérialiser toutes ces joyeusetés sous une forme plus digne. Une formation qui aspire à être fer de lance dans un genre peu convoité par les musiciens français aujourd’hui et qui avance sur un bon sentier!

Direction le Myspace du groupe pour vous procurer la démo gratuitement et légalement !

A écouter : avec attention!
And Summer Dies

Style : Black/death sympho progressif
Tags :
Origine : France
Site Officiel : andsummerdies.1s.fr
Myspace :
Amateurs : 5 amateurs Facebook :