Chroniques
Pochette Terre Ancestrale
Pochette Juice B Crypts
Pochette Simulacrum
Pochette Pitfalls
Pochette R(h)ope Pochette Daemon

logo An Autumn For Crippled Children

Biographie

An Autumn For Crippled Children

Trio hollandais, An Autumn For Crippled Children pratique le Post-Black Metal depuis 2008. Le nom de la formation est dérivé d'une chanson d'Ebony Lake An Autumn To Cripple Children. En cinq années d'existence, le groupe se montre relativement prolixe, à raison d'un album tous les ans depuis 2010.

Côté influences, le groupe n'est pas très loin de Deafheaven pour son approche du Black Metal ainsi que d'Alcest pour l'importance accordée au Shoegaze et au Post-Rock.
Sortent respectivement chaque année de 2010 à 2013 Lost, Everything, Only The Ocean Knows et finalement Try Not To Destroy Everything You Love, accompagné la même année d'un EP deux titres, Hearts Of Light/Blossoms.

Chronique

Try Not To Destroy Everything You Love ( 2013 )

Quel avait donc été mon périple au milieu des tonitruants Internets, quel typhon d’URL et de scrobbling m’avait mené jusqu’à cet artwork aux lignes rose et nacre, défendant un nom de groupe et un titre à rallonge ? « Don’t judge a book by its cover » comme aiment à nous le rappeler nos amis britanniques. Mais leur vieil adage ne fit pas effet cette fois : tyrannie du marketing visuel ou caprice fugace de ma cornée saturée par un Black trop noir, je me lançais une fois de plus vers l’inconnu, sans vertiges ni attentes, sans peur et sans idée reçue. Ce jour-là encore, mon cœur s’était arrêté une fraction de seconde, un peu au hasard des dédales numériques. L’objet m’était étranger, mais comme par pressentiment, je songeais déjà avec délice que je m’étais égaré dans les grandes allées sombres et presque inexplorées de l’intarissable discothèque de la toile.

Dès le premier morceau, il était impossible de se tromper. C’était comme être happé, et devenir l’heureux  prisonnier d’un tourbillon sonore duquel le silence était exclu ; pour geôliers, ces riffs sans fin emplis de grandeur, étirés et parfois teintés d’une mélancolie profonde (« Never Complete », titre éponyme), cadencés par une batterie boudant blast-beats et autres patterns du genre pour des tentatives loin des conventions. Et comme si la noirceur du chant ne suffisait qu’à produire un Black Metal standard aux flancs déjà osseux et vieux de deux décennies, des claviers aveuglants bercaient  ce microcosme sonore d’une lumière renfermant à elle seule la Vie et la Beauté (« Hearts Of Light », « Sepia Mountains For Her Lament »).

Qu’avait-elle donc d’obscur, de ténébreux, d’impie ou de malfaisant cette œuvre qui semblait décidément destinée à tromper son petit monde ? Eh bien rien. Si elle ne faisait pas défaut en matière d’intensité (principalement grâce au chant), elle était en revanche totalement dénuée de quelconque volonté de nuire. Se plonger dans les méandres de Try Not To Destroy Everything You Love signifiait aussi accepter d’apprendre, et accueillir ces élans mélodiques poignants aux échos très Post-Rock/Shoegaze (« Starlit Spirits »), ou ces notes de piano galopantes avant le final tout en sublime violence de « Closer ».

A l’issue de ce disque il me sembla avoir baigné trois-quarts d’heure durant dans un environnement de coton et de lait-fraise amniotique, où la noyade était douce et sans douleur (claviers finaux d’ « Avoiding Winter »). A demi-mot, les Hollandais invitaient à fermer les yeux et à laisser le monde derrière soi, tant l’aspect Atmosphérique ouvrait des voies aériennes. Une élévation,  une purge de l’âme, un voyage que l’on voudrait sans retour.

Comme d’autres formations Post-Black récentes, (Deafheaven, Liturgy, Alcest, etc…), An Autumn For Crippled Children malmène les codes esthétiques et musicaux solidement établis d’un genre pourtant intransigeant. Adieu, interminables hivers boréals de la fin du siècle dernier, place aux vagues irradiantes de plaintives et charmeuses décibelles, pourfendant le nocturne Black 90’s en plein cœur, d’une aurore au spectre infini.
Le Noir Metal a beaucoup péché, voici venir sa rédemption.