logo Ambitions

Biographie

Ambitions

Jay Aust - Chant
Jeff Aust - Guitare
Jhon Ross - Basse
Keith "Maddog" Sidorowizc - Batterie
Jake Woodruff - Guitare

Ambitions est formé en 2005 à Plainville (Connecticut) par les frères Aust, qui évoluent parallèlement dans With Honor comme guitaristes. Jay Aust débute comme batteur puis passe au chant, alors que John Ross (batteur de With Honor) rejoint le projet en tant que bassiste. Le trio enregistre une première démo, No Limits, en septembre 2005 et part en tournée en compagnie de deux amis, Matt Fox et Matt Fletcher de Shai Hulud. Ambitions sort son premier ep, Question, en septembre 2006 chez Think Fast Records. Le line-up du groupe se stabilise alors avec l'arrivée de Jake Woodruff à la guitare et de Keith Sidorowicz à la batterie. De nombreux concerts suivent avec notamment Have Heart, Verse, Bane, Modern Life Is War ou Shipwreck. Le groupe attire l'attention de Bridge Nine Records chez qui il va signer rapidement.
En mars 2007, No Limits est remasterisé et édité en vynil par Surprise Attack Records, puis, en mai, Think Fast Records sort un 7" (quatre titres) intitulé Neon Lights, comportant une reprise du titre "Astro Zombies" des Misfits. Durant l'été le groupe effectue de nombreux shows avec une pléiade de groupes tels Rise Against, Comeback Kid, Silverstein, Only Crime, Crime In Stereo, Have Heart, Ceremony, Blacklisted.
La première réalisation d'Ambitions chez Bridge Nine Records est un 7" (trois titres), Exile, qui précède de deux mois la sortie de son premier album en novembre 2007, Stranger, produit par Greg Thomas et enregistré au Silver Bullet Studio.

Chronique

15 / 20
1 commentaire (14.5/20).
logo amazon

Stranger ( 2007 )

Ayant pris une réelle dimension, le side-project des frères Aust (With Honor) a attiré l'attention du fameux label Bridge Nine Records, sous l'égide duquel, Stranger, premier album du groupe vient de voir le jour. Le titre de l'opus n'est pas trompeur, il s'agit bien, en effet, d'une référence à "L'Etranger" de Camus, dont la pensée a influencé le chanteur Jay Aust quant au thème central de l'album.

Stranger s'ouvre par une courte introduction musicale, très émo, intitulée "The Habit Of Dispair Is Worse Than Dispair Itself" (citation extraite de "L'Etranger") à la suite de laquelle se déploie un hardcore hyper mélodique proche de With Honor et Ignite ("The Illusion", "Sinking", "Postscript"), oscillant entre tempos rapides et mid-tempos. Ce hardcore se caractérise également par un net penchant emo/post hardcore, débordant d'harmonies, qui fort heureusement ne tombe jamais dans la mièvrerie et où l'influence de Quicksand, voire de Jimmy Eat World (dans une moindre mesure), se fait ressentir ("Fact Remains", "Redemptive Soul"). Un soupçon de Bluetip ("Overstep"), quelques effluves quasi Killing Jokiennes, période Night Time ("Rapid Succession") : le groupe ne s'impose aucune limite musicale et parvient somme toute à une très bonne synthèse des divers styles. Sans compter l'incroyable voix de Jay Aust, qui pourrait quasiment rivaliser avec Zoli Teglas (Ignite), offrant un chant aérien, clair, nuancé, qui se fait plus éraillé et agressif sur les passages les plus nerveux. Il est souvent soutenu par de solides back vocals ("Postscript", "The Illusion") qui donnent un réel dynamisme à l'ensemble. D'autre part, Stranger est empli d'agréables mélodies, facilement assimilables et les compositions sont relativement bien structurées et inspirées.
Néanmoins, après plusieurs écoutes, une lassitude s'installe à partir de "Culmination", peut-être du fait de la durée de l'album ou de l'inspiration plus faible dont pâtissent les trois derniers titres, même si Patt Flynn (Have Heart) vient prêter main forte à ses collègues de Bridge Nine, de très belle façon, sur le refrain de "Redemptive Soul". Dommage, car persiste la sensation que Stranger ne tient pas la longueur.

Ambitions livre un fort bel album, à la fois solide et mélodique, aux compositions variées et aux influences diverses. Certes, le groupe n'invente rien mais l'ensemble est d'une écoute plaisante, bien que le final soit un peu poussif. A noter également un superbe artwork signé Elliott Gagnon.

A écouter sur Myspace : Postscript, Rapid Succession, Sinking

A écouter : Overstep, Fact Remains, Sinking