logo 9 millimetres

Biographie

9 millimetres

Formé en 1998 sur les cendres des groupes Atride et Dartwin, ce groupe de Montauban fonde avec Fat Society et Clamor le collectif Ghost Prod en 2000. Ayant partagé la scène avec Lofofora, Watcha, Psykup, Zombie Eaters, Svinkels, le groupe a également tourné en 2001 en Belgique aux cotés de Lagony. Et après avoir participé à la bande son d’une vidéo de sport extrême (Pyreneum), le groupe se lance directement dans la réalisation de son album sorti le 21 juin 2003.

Chronique

14 / 20
1 commentaire (16.5/20).
logo amazon

[iR(R)ev3Rsibl(e)] ( 2003 )

A écouter ce qu’il se disait de ci, de là, on aurait pu s’attendre à être déçu par Irréversible, album auto-produit, enregistré avec les moyens du bord, dans l’urgence…
Et pourtant dès les premières notes, le résultat est là : un son plus que correct, de gros riffs et ça chante en français.
Le tout fait beaucoup penser à Linkin Park (l’intro de Plus rien à prouver en est un des exemples) : un néo-métal efficace et bien fait, pas spécialement très novateur, des refrains entêtants, et la présence d’interludes instrumentaux samplés et de quelques scratchs… mais, parce qu’il y’a toujours un « mais », avec un truc en plus, qui fait la différence, et qui pourrait être défini en 1 mot : la sincérité.
En effet à l’opposé des 6 richissimes métalleux américains, la zik de 9mm n’est pas « asseptisée » par une production surdéveloppée, elle reste brute, directe et presque même fougueuse comme sur le titre Irréversible. Et autre différence, il n’y a qu’un chanteur alternant entre chant clair et hurlé : le chant clair est assez particulier et risque de déplaire à certains, du fait peut-être que c’est « trop » chanté.
Mais là où réside vraiment l’originalité de ce disque, c’est qu’il s’axe sur 2 parties, chacune composée de 4 chansons et qui s’achève respectivement par un interlude instrumental (ce disque aurait été parfait pour sortir en 33t). Il se dégage de la première moitié de l’album une impression de pessimisme, rien qu’à voir les titres des chansons : Au fil du temps, Je ne pense pas que les choses vont changer, Plus rien à prouver, Rien n’est plus pareil. Il s’agit d’une sorte « d’état des lieux » du monde dans lequel on vit, le tempo des chansons est assez lent, les riffs de gratte assez lourd… Puis l’interlude vient nous changer les idées, et même apaiser avec une nappe de samples de piano, puis ça repart à toute vitesse avec Irréversible qui prend réellement le contre-pied des précédentes chansons (le batteur sort même la double pédale). Ils enchaînent avec une ballade, Lost Love, et on sent réellement sur cette seconde partie un changement d’ambiance par rapport à la première partie du CD : on ressort la tête de l’eau et on voit les choses à faire (car ils le disent « rien n’est irréversible »). Candelian parle des problèmes pour faire bouger les choses (« je reste de glace »). Le disque se finit par une touche d’espoir avec Nature Humaine, et le second interlude plutôt oppressant. Tout est résumé dans la phrase qui sert d’introduction à l’album « il aurait fallu utiliser cette richesse créée par tous afin que le plus grand nombre vive ».

A noter aussi l’artwork du livret vraiment excellent : comme l’album s’appelle irréversible, il vous faudra donc un miroir pour lire les paroles qui ont été imprimé à l’envers.

Nous voici donc en présence d’un 1er (concept ?) album bien prometteur et on se demande bien ce qu’ils auraient pu faire avec plus de moyens. Du Linkin Park ? Je ne pense pas… La réponse bientôt.

A écouter : Irr
9 millimetres

Style : Neo metal
Tags :
Origine : France
Site Officiel : 9millimetres.com
Amateurs : 11 amateurs Facebook :