Albums du moment
Pochette The Waste Land
Pochette Total Dump
Pochette Hier Déjà Mort Pochette Lost Empyrean
Chroniques
Pochette I, The Mask
Pochette Broken
Pochette Algorythm
Pochette Traveler
Pochette Rituals of Power
Pochette 2020
Pochette VLF Pochette Heart Of Darkness
Découverte
Pochette Nosebleeds

logo 7 Seconds

Biographie

7 Seconds

Kevin Seconds - chant
Steve Youth - basse
Bobby Adams - guitare
Troy Mowat - batterie

En 1982, la scène punk US se répartit entre divers points de la côte Est et de la côte Ouest. Pendant que tout le monde a les oreilles rivées sur les foyers que sont Boston, New York, Washington D.C., Los Angeles et San Francisco, 7 Seconds met le feu à sa petite ville de Reno (Nevada), jouant intensément, et parvenant à se faire rapidement un nom par le biais des fanzines et du bouche-à-oreille. Le groupe a déjà deux ep à son actif, 3 Chord Politics (1981) et Skins, Brains and Guts, édité par Jello Biafra sur le label Alternatives Tentacles. Cette sortie constitue un véritable coup de fouet pour 7 Seconds juste avant la parution du single Committed For Life.

Aux alentours de 1983, le groupe est repéré par Shawn Stern, chanteur de Youth Brigade (le groupe de LA pas celui de DC), et boss du label Better Youth Organisation. Alors sur le point de sortir leur premier album sur Alternatives Tentacles, 7 Seconds saisit l'opportunité de l'éditer plus rapidement sur son label. Entre décembre 1983 et avril 1984, Dan Pozniak (guitare), Steve Youth (basse), Troy Mowat (drums), et Kevin Seconds (chant) se retrouvent dans un studio californien pour enregistrer The Crew, album qui influencera toute une génération de groupes punks. Rapidement, 7 Seconds devient un pilier de la scène hardcore underground US et tourne aux côtés de Minor Threat, Dead Kennedys, Bad Religion ou les Descendents.
 
Il faut attendre trois années pour que sorte le second album du groupe. Enregistré aux Inner Ear Studio et produit par Ian Mackaye, Walk Together, Rock Together comprend une partie studio sur laquelle apparaissent des titres aussi célèbres que "Regress No Way" ou "We're Gonna Fight" et une partie live captée au LA's Fender en 1985 par un ingénieur du son nommé Brett Gurewitz (Bad Religion). Cette année 1986 constitue un tournant pour la scène hardcore. Avec les retraits de Black Flag, Misfits, ou Dead Kennedys, c'est un chapitre entier qui se referme (un nouveau s'ouvrira deux années plus tard avec l'avènement des Chain of Strenght, Gorilla Biscuits, Youth of Today et consorts). 7 Seconds continue sa route sans ses prestigieux acolytes et sort l'album New Wind qui marque un virage dans la discographie du groupe. A compter de ce moment, le groupe prend une orientation musicale en totale rupture avec le hardcore des débuts, dérivant dans une pop-punk fade aux accents de U2. Durant cette période,7 Seconds enregistrera plusieurs albums plus ou moins intéressants tels que Soulforce Revolution ou Ourselves.

La sortie de Good to Go en 1999 sur le label Side One Dummy marque le retour à un punk davantage fidèle à l'esprit de 1983. 7 Seconds, eu égard à son passé, connaît un net regain de notoriété qui lui vaut d'apparaître dans de prestigieux festivals tels que le Vans Warped Tour ou, plus récemment, le Eastpack Resistance sur lequel il partage l'affiche avec Suicide Machines ou Sick of it All.  En ce début d'année 2005 devrait sortir son dernier opus intitulé Take it Back, Take it On, Take it Over.

Chronique

18 / 20
2 commentaires (18.75/20).
logo amazon

The Crew ( 1984 )

Pour celui qui aime les jeux mais dont la vie de couple ne va pas très fort, un séjour à Reno peut s'avérer des plus bénéfiques. En effet,  la ville, située au pied de la Sierra Nevada, est un centre important de jeux de hasard et dispose d'une législation spéciale facilitant le divorce. Manque de bol, en 1984, Kevin Seconds n'est pas très féru de Black Jack ni de Backgammon et n'est pas encore en âge de se marier. Préférant, de loin, le punk hardcore qu'il pratique avec son groupe 7 Seconds, il sort The Crew sur le label BYO Records, album qui sera à l'origine de beaucoup de vocations (Gorilla Biscuits, Chain of Strenght...).

Enregistré en Californie sous la houlette de Kevin Seconds et Brett Gurewitz (Bad Religion), The Crew constitue un véritable condensé d'énergie brute. En une vingtaine de minutes, 7 Seconds nous expédie 18 tranches d'un punk hardcore sautillant qui puise son inspiration essentiellement du côté de Washington où Minor Threat et les Bad Brains font concurrence aux dinosaures de la West Coast que sont les Dead Kennedys et Black Flag. Pour la composition, 7 Seconds ne s'embarrasse pas de fioritures et va directement à l'essentiel. Résultat, des morceaux dont la durée dépasse rarement les 1'30 mn, structurés de manière assez sommaire (couplet/refrain x 2) mais à l'efficacité redoutable. L'enchaînement des titres ne laisse place à aucun répit. La majorité sont exécutés sur un rythme extrêmement rapide exploitant au maximum les possibilités de chant de Kevin Seconds dont le flow et la voix claire sont assez impressionnants ("Young Until I Die", "Here's Your Warning"), et celles de Bobby Adams dont les riffs incisifs et chaleureux suscitent un enthousiasme pouvant provoquer quelques séances de stage dive sur canapé (enfin, tout dépend où l'on se trouve). Les seules fois où 7 Seconds ralentit le tempo sont l'occasion pour le groupe de se lancer dans des sing along traditionnels ("This is The Angry pt 2") dont il sera difficile de se défaire une fois l'écoute effectuée.  

Bien que tranchant avec l'austérité de Black Flag, les textes de 7 Seconds n'en demeurent pas moins revendicatifs et s'inspirent directement de la politique américaine et de ses répercussions sur la société. La différence réside seulement dans la manière de faire passer le message. Pour ce faire, le groupe s'appuie sur une positivité absolue, arguant du fait que la critique n'est utile que si elle est constructive et que seul l'optimisme permet d'avancer.

Au total, si quelques oeuvres ont parfois tendance à manquer de fraîcheur au delà d'une certaine limite, ce n'est évidemment pas le cas de The Crew qui conserve toujours la même intensité et provoque la même excitation qu'il y a vingt ans. Même s'ils risquent d'être un peu surpris par le son, au demeurant fort correct, cet album est à conseiller aux fans de Champion, Over My Dead Body et consorts. 

A écouter : "Here's Your Warning", "Definite Choice"