logo 6:33 & Arno Strobl

Biographie

6:33 & Arno Strobl

Formé à Paris en 2010, 6h33 ne tarde pas à sortir un premier album en 2011, intitulé Orphan Of Good Manners. Au programme, metal barré saupoudré de quelques pincées de mathcore et de bien d’autres choses. En 2012, alors que son chanteur vient de partir, le groupe fait appel à Arno Strobl (ancien chanteur de Carnival In Coal), qui avait déjà fait un featuring sur leur premier album, et ils ne tardent pas à collaborer ensemble. Le résultat sera l’EP Giggles, Garlands and Gallows, 3 titres pour 30 minutes, inspiré de l’univers du cirque et des fêtes foraines (mais pas que). S’enchaînent des tournées en première partie de Devin Townsend et Shaka Ponk, puis le groupe, toujours accompagné d’Arno Strobl, ainsi que de son nouveau chanteur Rorschach, remet le couvert avec un deuxième album, The Stench From The Swelling, qui sort en avril 2013 en France, et en octobre 2013 dans toute l'Europe.

Chronique

16.5 / 20
7 commentaires (16.2143/20).
logo amazon

The Stench From The Swelling (A True Story) ( 2013 )

Attention, objet groovy en approche mesdames et messieurs, et non pour une fois ce ne sera pas un nouvel album de Patton, ni un truc japonais obscur, la France aussi a ses incroyables talents, qu'il faut malheureusement et bien souvent dénicher au petit bonheur la chance. Bouche à oreille, téléphone arabe, underground picard, belge ou parisien, peu importe, l'important est d'avoir sous la main un truc imparable, un joujou extra, qui fait crac boom boogie woogie...

Sans forcément savoir qui est à l'origine de cet album incroyable, l'essayer c'est dans l'instant l'adopter. On pourrait pendant des heures expliquer ce qui fait que ce deuxième album des parisiens est une tuerie, disséquer un travail de composition hallucinant, distribuer les éloges à s'en faire péter le champ lexical, etc... Pas besoin. La seule chose à faire c'est de se laisser emporter par le fil directeur de l'objet, à savoir un chemin tortueux mais jouissif ponctué de paysages musicaux tous plus groovy les uns que les autres, un télescopage de plusieurs genres (death, groove, electro, bizarre core, jazz, etc) tous au service d'une musique ultra variée, inclassable. Avec des influences évidentes (Faith No More, Mr Bungle) et d'autres un peu moins (SYL, Devin Townsend, Carnival In Coal), 6:33 pose les bases d'un album musicalement très réussi où se côtoient malsain, festif, étrange, autant de sentiments que de compositions très différentes sur lesquelles Arno Strobl (déjà présent sur l'EP Giggles, Garlands et Gallows) vient (im)poser son style inimitable.

(I should have known) Her Name Was Boogie
démarre et votre cerveau danse déjà, incroyable ce que des gens motivés (et sympas en plus, pour les avoir rencontrés au Hellfest, on y reviendra...) peuvent créer, comme ça, sans prétention aucune, sortis de nulle part, ce genre de titre qui vous remue le fondement. I like it, très Faith no more dans les sonorités et dans l'esprit donne dans le jazz / crooner, tandis que The stench from the swelling sera plus death. Puis ce sera Starlight, cover des Superman lovers, absolument délicieuse, qui vous fera danser sans aucune honte, sur du disco déjanté.

March of the clown's gonna crush the whole town...

Viendront Giggles, garlands anf Gallows part 1&2, tirés de l'EP du même nom, sorte de mini conte mettant en scène des nains, des clowns et une femme à barbe... Rien que ça ! Avec sa dimension visuelle assez bluffante, cette mini histoire qui vient clôturer l'album est le point fort de la collaboration entre 6:33 et Arno Strobl, tout y est résumé : gros délire à la freak show, double pédale en pagaille, une basse boulimique qui arrache tout, une composition fleuve riche en rebondissements et en breaks gourmands, mon dieu que c'est bon !

It ain't easy, being a midget baby !

Là où 6:33 tout seul réussissait avec talent la fusion des genres, cette collaboration avec Arno Strobl va plus loin en donnant de l'envergure au projet, du réalisme musical et surtout un cadre. Finis l'étrangeté omniprésente des compositions, les titres qui se terminent dans le mur ou les passages imbuvables, enfin une vraie batterie (plutôt jouissive d'ailleurs), cet album prend le meilleur des deux univers pour n'en former qu'un seul, cohérent, fédérateur - je suis à peu près certain que l'album dans son ensemble peut plaire à la grande majorité de nos lecteurs - sans oublier pour autant une certaine complexité autant dans la musique que dans les atmosphères et histoires créées tout au long de cette petite heure plus qu'agréable.
Pour résumer, c'est bien, c'est plaisant sans être mainstream et metalheads comme noobs de la double pédale peuvent s'y retrouver, et ça c'est pas donné à tout le monde mine de rien.

Bravo, tout simplement.

A écouter : En entier ou rien
6:33 & Arno Strobl

Style : Metal expérimental et barré
Tags : - -
Origine : France
Site Officiel : 633theband.com
Myspace :
Amateurs : 5 amateurs Facebook :