Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

Biographie

500 Miles To Memphis

Nommé ainsi en fonction de la distance qui sépare leur ville natale de la célèbre Graceland, les 500 Miles To Memphis sévissent dans un genre pop punk chargé de flux country. Largement inspiré par la musique né dans les Appalaches au 19e siècle, aussi bien fans des Clash que de Lucero, le sextuor (deux guitares, une basse, une batterie, un violon et une lap steel ) trouve quelques temps après sa formation un écho auprès du célèbre label indie Deep ELM (LastDaysOfApril, Clair De Lune, Latterman) qui produit en 2007 le premier album du combo : Sunshine In A Shotglass.

Chronique

Sunshine In A Shot Glass ( 2007 )

Il y a fort à parier que si on devait organiser la rencontre entre un punk errant et un cowboy ivre, on utiliserait 500 Miles To Memphis en trame sonore pour trouver un terrain d’entente aux deux protagonistes.

Bruits de pintes qui s’entrechoquent, martèlement du plancher aux santiags, cris de pochetrons accoudés au bar, 500 Miles To Memphis ouvre son Sunshine In A Shot Glass comme la porte d’un saloon, violon à l’épaule et chant goguenard. Avec comme titre de préambule "All My Friends Are Crazy", il n’est pas étonnant de retrouver d’emblée une ambiance cowboy bon enfant, légèrement déjantée qui donne envie de se prendre par le bras et de tourner en rond autour d’un feu de camp. Avec le fanion cowpunk en bandoulière, 500MTM ne renierait pas quelques lointains rattachement au lasso avec des formations comme Social Distorsion, Armchair Martian ou Drive-By Truckers, mais évocation n’est pas calque et à sa manière aigre douce d’agencer ses ballades, la formation américaine parvient à trouver un point de jonction entre le punk, la pop, l’emo et la country singulier.

Rythmé et chaleureux, allégrement chargé au Jack Daniel, l’orchestre joue donc un répertoire rock western dont les sonorités nous rappellent les vieux airs des postes de radio usés qu’on peut entendre dans les stations service du Texas. "Broken, Busted, Bloody " use du banjo, "Don’t Mislead" offre une chevauché de batterie tandis que le featuring féminin de "Darlin’" évoque incontestablement les célèbres duo de Johnny Cash et June Carter. Mais réduire le sextuor a des animateurs de zinc serait une erreur, car la bande de Cincinnati compose principalement pour trouver le refrain accrocheur ("Fireflies"), la mélodie qu’on sifflote en regardant le couchant rougir les plaines. Et c’est souvent dans ces morceaux les plus ralentis et les plus emo que 500MTM nous touchent majoritairement ("My Time Is Up", "Keep It Together)". La voix de Ryan Malott prend alors des tonalités proches de celles de Dustin Kensrue en solo et le rendu trouve son feu le plus crépitant.

500 Miles To Memphis souhaitait un album reflet de leurs différentes influences, qui oserait le mélange de la musique country traditionnelle et de l’emopop. A ce titre SunShine In A Shotglass est indéniablement réussi. Reste au rang des bémols, un certain manque d’excellence dans quelques compositions, une ou deux longueurs et un vague sentiment de répétition par moments qui contraste avec les instants les plus savoureux ("All My Friends Are Crazy", "My Time Is Up", "Fireflies"). Mais la conquête du Farwest ne s’étant pas faite en un jour, on misera bien un dollar sur la découverte prochaine d’une rivière tout à fait dorée. Avec le temps.

En écoute sur myspace.

A écouter : "All My Friends Are Crazy", "My Time Is Up", "Fireflies"
500 Miles To Memphis

Style : Punk / Pop / Country
Tags : - -
Origine : USA
Site Officiel : 500milesmusic.com
Amateurs : 0 amateur Facebook :