Biographie

29/09

29/09 est une entité musicale éphémère fondée autour de Fikce (ex-La Ligne), qui utilise sa création comme exutoire suite à une expérience personelle douloureuse. Accompagné de Toad/Gru (Ultra Vomit, ex-La Ligne) et Didje (No Talent Nor Comment), le chanteur-batteur de ce concept band y expérimente la violence thérapeutique et laisse éclater deux années de rage contenue au long d'un unique album sorti en septembre 2007 et lors de rares performances live d'une intensité ne laissant personne indifférent. Un projet très personnel en somme...

Chronique

15.5 / 20
4 commentaires (16.38/20).

La Violence Thérapeutique ( 2007 )

Fikce est mal. Fikce a mal…va mal. Au bout de deux ans de purgatoire, 29/09 sera sa liberté.

Profondément meurtri dans son âme c’est un être humain perdu, largué, bouffé par l’irrationalité régissant à l’occasion les rapports humains (homme/femme dans ce cas précis). En cela il est un peu de nous et nous sommes un peu de ce qu’il est. Né d’un esprit blessé 29/09 est sa solution :
Un projet soupape, comme une plaie béante, une automutilation musicale laissant se déverser un malaise et une rancœur trop longtemps retenus. Le procédé est extrême. Choquant même, et ce tant sur son fond que dans sa forme.

La Violence Thérapeutique, ou le besoin de (se) faire mal pour aller mieux. Concept glissant s’il en est, maintenu dans un équilibre précaire une demi heure durant, au long de onze titres agressifs, violents et d’inspiration foncièrement mauvaise. Fikce y hurle tout ce qu’il peut et martyrise ses fûts avec l’énergie du désespoir au milieu d’une ambiance de mort. Les textes sont triviaux, directs, voire même abjects (« le suicide te va si bien / tu devrais le porter plus souvent / même si ce n'est que l'espace d'un instant / je suis sur qu'il t'irait comme un gant /il fait froid dans mon coeur (meurs) / alors couvre toi de douleur d'essence et de chaleur (meurs).  […] pends toi.»)
Tout ici est borderline: des vocaux à la limite de la rupture à ces blasts incessants, de ces guitares cran d’arrêt vous perforant les plus épais blindages psychiques aux émotions véhiculées en passant toujours par ces textes d’une violence apparemment sans limite (« j'ai du feu dans les veines de la lave dans la carotide / et je rêve de la tienne et de moi qui la vide / parait-il que le sang de salope est un bon combustible. Brûle »). Nous suivons l'apnée prolongée d'un être humain en détresse... L’excès est la règle, la musique comme catharsis: un but.
La Violence Thérapeutique use et dérange mais en dépit de/via cela La Violence Thérapeutique atteint son but. 29/09 se fait incendiaire et prend en bout de course le mal être par l’autre coté. L’éradication violente d'un souvenir envahissant, douloureux et destructeur n’est plus tant synonyme de fin que de nouveau départ potentiel. Il en va de même pour l’auditeur… submergé par la déferlante 29/09, imprégné de sa rage, c’est choqué mais apaisé que l’on ressort de cette expérience pas tout à fait comme les autres et qui ne plaira assurément pas à tout le monde.

La Violence Thérapeutique nous révèle un projet profondément malsain au jusqu’auboutisme revendiqué, d’une noirceur sale et fascinante. Le malaise comme mot d’ordre, un violent rush musical, comme une balle en pleine tête, pour silhouette et la mort au bout du chemin. Car 29/09, espérons le, ne reviendra plus jamais…

Cet album très particulier a été accompagné de quelques performances scéniques qui, bien mieux qu'une chronique, auront révélé toute l'ampleur de ce projet, difficilement réalisable via la seule écoute de La Violence Thérapeutique.

A écouter : comme une purge
29/09

Style : Grindcore / Emo Violence
Tags : - - -
Origine : France
Myspace :
Amateurs : 19 amateurs Facebook :