logo 20 Seconds Falling Man

Biographie

20 Seconds Falling Man

Actif depuis 2008 l'orchestre de Post-Metal / Post-Hardcore nantais sort un premier EP en 2011 à la suite duquel surviendra un long hiatus jusqu'en 2017. Les retrouvailles de ses membres ont permis à 20 Seconds Falling Man de se remettre sérieusement à l'écriture en vu de produire un long format. Pour officialiser tout ça le groupe est mis à l'honneur lors du Hellfest From Home, série de concerts filmés au Ferrailleur à Nantes pour la chaîne Youtube localisée LFTV (avec aussi Birds In Row et Watertank notamment). Le premier album VOID, fabriqué à la maison et produit par Christophe Hogommat (Mad Foxes, ex-sound designer chez Ubisoft), débarque ensuite à la fin de l'an de disgrâce 2021.

Chronique

16.5 / 20
1 commentaire (17/20).
logo album du moment

VOID ( 2021 )

Débutées en 2008, les aventures de 20 Seconds Falling Man ont d’abord un peu trop vite tourné court puisque le groupe se sépare après la sortie de son premier EP en 2011, chaque membre ayant d’autres aventures à gérer. Mais les choses se réactivent six ans plus loin, toujours à Nantes, puis tout s’enchaîne : second EP dans la foulée, écriture de nouveaux titres en vue d’un album, pandémie, enregistrement d’un live au Hellfest From Home du Ferrailleur (incluant une belle reprise du titre A Forest de The Cure), quelques concerts contrôlés sanitairement, et enfin le long format, VOID, tel un aboutissement que le quintette a nécessairement pris le temps d’optimiser, au calme à la maison.

On captait déjà sur le EP #2 une écriture bien plus sûre et calibrée qu’en 2011, avec du chant en français (écoutez le très fameux Demain) et un côté débraillé mais puissant dans le rendu qui donnait déjà au groupe une identité forte, malgré des influences évidentes du côté des éternels Cult Of Luna, Isis, mais aussi Dirge, Impure Wilhelmina ou Unfold. A la fois épique et torturée, la musique de 20 Seconds Falling Man combine la massivité du Metal d’après avec la sensibilité à fleur de peau du Hardcore. Et pour ce premier album le groupe échange une basse au rendu sensiblement keupon pour une autre un peu plus ronde et précise, ce qui n’enlève rien aux sensations grignoteuses de tripes de la précédente. VOID ne fait qu’étoffer la formule en y injectant des plans Post-Rock et des ambiances plus filmiques. Il faut dire que les Nantais ont eu le temps de penser et de peaufiner leur bébé, entre les confinements et restrictions abusives du spectacle vivant.

Et comment imaginer meilleure entame que The Last Freedom, plus de six minutes intenses qui nous plongent dans les méandres insondables d’un vide annoncé en lettres capitales. Nos corps percutent les parois en slow motion, écorchés par la pierre, martelés par une gravité contre laquelle on ne peut lutter. Une saveur science-fictionnelle se dégage de ce trou noir, rappelant les regrettés Aside From A Day, bien qu’il n’y ait pas de synthés ici, l’écrin délicieux des guitares faisant idéalement le job. Confirmation avec le viscéral Dear Lord, rouleau compresseur multi-couches, suivi du grandiose I See Land, au groove ample, alors que l’on contemple un champ labouré par une batterie en lévitation. 20 Seconds Falling Man nous happe et nous trimballe parmi les ruines de l’existence, dans le néant chargé de la somme de nos actes manqués, mais nous offre l’option d’échapper un instant à l’inévitable (A Way Out), tout en accélérant la chute vers l’inconnu et surtout l’allégresse, aussi bien rythmique que mélodique. Frissons garantis. 

Ajoutons à cette densité instrumentale un chant (clair et fragilisé comme hurlé à la mort) qui touche au cœur en appuyant sur les plaies ouvertes aux moments opportuns, un visuel sublime signé Jeff Grimal (Bruit, The Great Old Ones) ainsi qu’une production maison (de Christophe Hogommat) digne des darons du genre, et on obtient l’un des albums Post-whatever de l’année. On pourra éventuellement regretter l’absence de textes en céfran, mais ceci paraîtra bien dérisoire après avoir digéré ce VOID, qui réclamera en effet une certaine implication pour en capturer toutes les sensations.

Chouffe le Bandcamp.

A écouter : en chute libre.
20 Seconds Falling Man

Style : Post-Metal / Post-Hardcore
Tags : - -
Origine : France
Bandcamp :
Facebook :
Amateurs : 1 amateur Facebook :