Titre : Until The Ink Runs Out Année : 2000
Acheter : logo amazon
Collection : 1 membre possède cet album.

Moyenne lecteurs : 17/20 (1 avis dont 1 avec commentaire)

Laisser votre avis

Commentaires

TonioPizza 17 / 20 Le 06/09/2006 à 19H35

Premier opus distribué à grande échelle après Yesterday Is Time Killed et Loveless (EP), c'est une démonstration de force pour 18visions. Until The Ink Runs Out, qui risque de vous filer un bon mal de crâne en cas d'écoute prématurée, est un collage de riffs tous plus tortueux les uns que les autres, avec une voix linéairement gueulante, aucun passage mélodique à part cette sombre intro de Flowers For Ingrid dans les aigus, et des extraits de Shining, le film, au début des pistes. Et l'artwork est assez dégoulinant aussi, avec en prime à l'intérieur des clous rouillés et lames de rasoir qui donnent bien l'impression que le groupe n'a pour lui aucune finesse. Alors qu'est-ce que c'est à part du bruit? Eh bien du hardcore chaotique joué par une bande de sourds, avec un vrai côté rock n roll, des chansons tribute qui vont vers Elvis et John Lennon, des riffs répétitifs mais jouissifs, on y revient, et après tout cet album ne vous laissera pas vous remplir la tête d'autre chose, c'est du massif, merci Eighteen Visions!

A écouter: Who The Fuck Killed John Lennon?, Champagne And Sleeping Pills, She Looks Good In Velvet (pour la mise en bouche..) et Wine'em, Dine'em, 69'em.