Chroniques
Pochette Impermanence
Pochette Crawler
Pochette Meandering Soul
Pochette II
Pochette Fuck These Fuckin Fascists Pochette Conquering
Découverte
Pochette HISS

Steelfest : peut-on séparer l'homme de l'affiche ?

Le 29 août dernier, le Steelfest Open Air dévoilait une programmation non exhaustive de 48 groupes pour son édition 2022. Un joli assortiment Metal extrême rassemblant Dismember, Sodom, Dark Funeral ,...mais pas que. La présence de formations notoirement NSBM comme Satanic WarmasterGraveland, ou encore Nokturnal Mortum a provoqué une levée de boucliers sur les réseaux sociaux. Et pour cause : on pouvait légitimement se demander ce que faisaient Melechesh aux côtés de Infernal War (anciennement Infernal SS), ou pourquoi Samael se retrouvait sur le même fest que Horna (qui a notamment partagé un split avec Peste Noire). 

Entre incompréhension et mécontentement, de nombreux internautes ont repartagé l’affiche, tant et si bien que le festival s’est vu dans l’obligation de publier un communiqué le 2 septembre. En effet, « deux ou trois » agences de booking/management (qui ne sont pas nommées) ont contacté le Steelfest, exprimant leur désapprobation quant à certains artistes sulfureux (« une douzaine ») programmés avant ou après leurs poulains. L’organisation décide de ne pas modifier son line-up malgré ces « pressions », et annonce donc aux festivaliers que des annulations vont certainement s’opérer. 

Il faut dire que ces formations peu recommandables ont été annoncées en catimini. Comme en témoigne Samael dans un communiqué annonçant leur rétractation, une première mouture de l’affiche avait été dévoilée au printemps 2021, bien moins problématique que la dernière salve de groupes annoncés récemment. 

Malgré tout les réactions se sont faites vives, et ce, à raison. Car le festival finlandais (malgré sa taille modeste) commence à être connu pour accueillir volontiers des groupes ouvertement d’extrême-droite. Maxwell/2Guys1TV abordait la question dans sa vidéo-report dès 2014 où l’on pouvait voir des saluts nazis complètement assumés. Déjà, l’organisateur bottait en touche, invoquant l’apolitisme et sa passion pour la musique (un joker imparable). Pourtant, Google aussi semble être au courant : la troisième suggestion du moteur de recherche parle d’elle-même. Et puis, un simple coup d’œil sur les éditions passées donne le ton : Baise Ma HacheNokturnal Mortum et Satanic Warmaster en 2018, Peste Noire en 2017, Horna et Graveland l’année précédente...Il en incombe donc aux tourneurs de redoubler de vigilance afin de savoir où leurs musiciens mettent les pieds. 

Pour autant, le statut facebook le martèle une fois encore : le festival ne s’associe à aucun mouvement politique ni à aucune idéologie raciste, puisque la musique est sa priorité. Et comme pour prouver sa bonne foi et un apolitisme sans borne, l’auteur du post prend soin de dévoiler une anecdote...courageuse. 

« Nous avons reçu des critiques concernant le line-up ou la vie privée de certains artistes programmés, mais nous n’avons pas non plus échappé à des menaces de la part de gens qui considèrent que certaines formations ne devraient pas jouer au Steelfest en raison de leur nationalité ou de leur couleur de peau. Voilà qui peut paraître étonnant pour certains, mais cela rappelle bien que nous ne sommes pas là pour satisfaire tel ou tel groupuscule extrémiste mais plutôt pour défendre une esthétique musicale »

En faisant tout de même jouer des musiciens pas tous complètement aryens, l’orga s’imagine sans doute décrocher une médaille d’antifascisme. Mais au-delà de la plaisanterie, le simple fait que le Steelfest subisse de telles pressions est éloquent quant à une frange de leur public se sentant en terrain conquis, en droit de faire la pluie et le beau temps sur fond de discrimination raciste. 

Reste que tout ne s’est pas passé comme prévu. Est-ce le signe que les choses évoluent petit à petit dans le bon sens ? Le programme de 2019, pourtant bien politisé lui-aussi (Seigneur VolandHornaKroda), avait causé moins d’émois chez les fans de Immolation ou Asphyx, également sur scène cette année là. Peut-être une dynamique chanceuse des algorithmes a-t-elle fait davantage réagir la toile ces derniers jours. Ou bien, peut-être était-ce la fois de trop, dans un monde où l’extrême droite gagne du terrain et impose ses obsessions en permanence dans le débat public. Quoi qu’il en soit, l’élan de protestation et de questionnement aura porté ses fruits, évitant à Sodom, Samael, Melechesh (et peut-être d’autres à venir), de prendre part à cette date pas vraiment reluisante. 

Skaldmax (Septembre 2021)

Partager :
Kindle

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

EukaLe Vendredi 10 septembre 2021 à 19H56

Gallia > Oo

GalliaLe Vendredi 10 septembre 2021 à 16H20

Le gauchisme et une maladie mentale. ça commence à envahir la scène Metal, il convient de les dégager. Il ne faut pas discuter, ça ne sert à rien. C'est indubitablement lié à la féminisation de la scène. Il faut être intraitable dans la fosse et sur les réseaux dits sociaux.

MarximeLe Mardi 07 septembre 2021 à 11H09

@SkaldMax : Après toutes ces annulations, on peut maintenant imaginer les conséquences. Par quoi l'organisateur va-t-il remplacer ces groupes ? D'autres groupes "normaux" ? C'est presque certain que non. Donc il va combler les trous par des groupes tout aussi douteux que les "12 autres". Au final : l'affiche risque d'être encore plus radicale et propagandiste qu'au début. Et le Fest aura bénéficié d'un "bad buzz" qui, en matière de communication, n'existe pas ! Une mauvaise pub reste toujours de la pub.
Donc plus de gens, plus de groupes NS, plus de recettes pour le fest, plus d'exposition pour ces groupes. Pas sûr que tout cela serve à quelque chose...

D'où question, fallait-il ne rien faire ? Laisser passer comme avant ? Pas sûr non plus. Mais ça pose en dernier ressort une vraie question, comment agir efficacement ? Comment faire en sorte que ce "mélange des genres" ne se fasse plus ? Je n'ai pas la réponse personnellement. Mais il faut répondre à ça avant d'agir, car sinon, cela risque d'être toujours au bénéfice des groupes NS.

SkaldMaxLe Lundi 06 septembre 2021 à 16H28

Salut @Marxime, merci pour ce commentaire fouillé.

1) "Écouter Melechesh en 2016 faisait-il d'un coup, de chaque auditeur, un soutien indirect de ces groupes, et donc de leur idéologie ? Il semble que non." Non bien entendu, d'autant que personnellement je n'avais pas l'info par exemple.

2) "Rien n'a été annoncé "en catimini"" C'est la ligne de Samael dans son communiqué en tout cas, c'est peut-être un bon moyen pour eux de retomber sur leurs pattes. Comme tu le dis, n'importe qui d'un minimum renseigné sait que le Steelfest craint depuis un moment.

3) "Que s'est-il donc passé entre hier et aujourd'hui ? Pourquoi est-ce un problème maintenant, et pas avant ? C'est bien là le coeur de la question." Complètement d'accord, et je rejoins ton analyse sur le fait que ce sont les tourneurs qui réagissent car ils pensent argent et réputation. Ce que je pense, c'est que la médiatisation de cette affaire a pu faire pencher la balance : l'affiche du Steelfest a pas mal tourné sur les réseaux une fois les groupes NS annoncés, pour dire que ça puait clairement et que les groupes "normaux" devraient se retirer. Je suis peut-être très optimiste mais je pense que les foutages de gueule/dénonciations de l'affiche qui ont tourné sur fb/twitter ont pu mettre la puce à l'oreille des tourneurs. Ca va dans le bon sens, même si c'est peut-être purement mercantile et calculateur à la base comme tu le suggères. C'est pas idéal loin de là, mais c'est déjà quelque chose. J'ai pas souvenir que le fest ait été aussi pointé du doigt lors de ses précédentes éditions, c'est pour ça que j'y vois une sorte d'évolution positive côté public.

MarximeLe Lundi 06 septembre 2021 à 12H21

Rappelons quelques faits :

1) Melechesh a déjà joué avec Satanic Warmaster, Nokturnal Mortum et Temnozor en 2015, sans que cela leur pose problème. Pareil pour Sodom (en 2013 et en 2019 au SteelChaos), ou Primordial en 2014 aux côtés de Goatmoon, etc. Toujours avec des groupes borderline, sans la moindre plainte d'un côté comme de l'autre. "L'éthique" est donc une fausse excuse, ou alors à géométrie (très) variable !
Écouter Melechesh en 2016 faisait-il d'un coup, de chaque auditeur, un soutien indirect de ces groupes, et donc de leur idéologie ? Il semble que non.

2) Rien n'a été annoncé "en catimini", car les groupes "problématiques" ont déjà tous joués au moins une fois au Steelfest les années précédentes (Graveland, Satanic Warmaster, Horna, Nokturnal Mortum, etc.). Bref, les groupes savent très bien où ils mettent les pieds. L'affiche de 2020 devait d’ailleurs comporter quelques groupes "suspect" (Osculum, Akitsa, Infernal War) dont Samael connaissait parfaitement l'existence, leur excuse ne tient pas deux secondes.

3) Depuis le début du festival, des groupes "normaux" jouent aux côtés de groupes sulfureux sans aucun soucis. Watain ont joué en 2018 et ne sont pourtant pas suspectés de nazisme, pareil pour Primordial, Moonsorrow, Marduk, Asphyx, Immolation, etc. Il n'y avait donc, de fait, aucun problème avant cette annonce de 2022, où même des habitués du festival se sont rétractés (Moonsorrow, Primordial, Havukruunu). Que s'est-il donc passé entre hier et aujourd'hui ? Pourquoi est-ce un problème maintenant, et pas avant ? C'est bien là le coeur de la question.

4) Un début de réponse vient de la manière dont cela s'est passé. Il se trouve que ce sont les tourneurs / manageurs a avoir été les premiers pour monter au créneaux, faisant pression sur l'organisateur pour qu'il retire ces "12 groupes" problématiques. De son côté, l'orga ayant déjà programmé ces 12 groupes au moins une fois par le passé, il ne voit bien sûr aucune raison de le faire plus aujourd'hui qu'hier. C'est dans l'ADN du festival. Il ne cède donc pas. Les manageurs vont donc se retourner vers leurs groupes, qui eux, vont céder. C'est leur gagne-pain, après tout !

5) Ce n'est donc pas lié à une "prise de conscience" ou par éthique personnelles que les groupes cèdent cette fois-ci, mais bien par la peur de voir disparaitre leur gagne-pain ! Ces groupes ne font pas plus "barrage" à l'extrême-droite aujourd'hui qu'hier, ils cèdent car on les force à le faire. La raison "morale" arrive vraiment en dernier ressort comme verni pour masquer la honte d'avoir déjà participer une ou plusieurs fois au Steelfest ces dernières années.

Bref, ne croyez pas que cette "shitstorm" est une bonne nouvelle pour autant ! C'est bien plus cynique que cela, quand on y regarde de plus près.

Baptiste08Le Lundi 06 septembre 2021 à 10H52

L'excuse de "on est apolitique", "nous c'est la musique avant tout", c'est vrai que c'est chiant... Comme si mettre des groupes d'extrême droite à l'affiche, ce n'était pas politique.