Albums du moment
Pochette A Spectre Is Haunting The World
Pochette Only Human Crust Pochette Glow
Découverte
Pochette Moozoonsii

Playlist confinée par Regarde Les Hommes Tomber

Dans l'idée de vous accompagner en musique pendant le confinement, nous avons demandé à des artistes de nous préparer des playlists pour réviser vos classiques ou faire des découvertes. 

Cette fois, ce sont les nantais de Regarde Les Hommes Tomber qui s'occupent de la programmation. Les cinq membres ont chacun choisi trois chansons pour constituer cette playlist de 15 titres, qui pourrait plus d'un. 



Dispo sur Spotify, Deezer et Youtube.



Photos par David Fitt


T.C (chant) :

Diary Of Dreams - "Tears Of Laughter"

Un titre de leurs débuts (1996), peu représentatif de la carrière longue et variée du groupe, mais ô combien beau.


Tiamat - "The Return Of The Son Of Nothing" 

Beaucoup estiment qu'il y a tout à jeter dans le goth metal des années 2000. Je ne suis clairement pas de cet avis, pour moi les albums Judas Christ et Prey restent des incontournables. Ce titre qui ouvre Judas Christ prouve sans grandes difficultés que ce style peut très, très bien vieillir. 


Germ - "Butterfly" (feat. Audrey Sylvain)

Autant j'ai pu trouver cet album assez inégal, autant ce titre est très certainement la meilleure chose qu'il m'ait été donné d'écouter pendant le premier confinement. L'arpège du début ouvre tellement de portes. Le chant d'Audrey ramène tout droit au regretté Amesoeurs et à l'excellent Malenuit. Un texte et une interprétation sincères, dans l'intensité d'une authentique simplicité.


A.B (basse) : 

Cro-mags parce que Cro-mags, un titre survolté qui donne envie de parcourir les rues de New York dans les années 90 habillé en survet dragon à pression.

Power Trip et Iron Age en hommage respectivement à Riley Gale&Wade Allison qui nous ont quitté bien trop brusquement cette année (décidément une vraie année de merde). Deux groupes qui me sont très chers personnellement, à réécouter en boucle pour toujours (ou à découvrir pour certains).



J.J.S (guitare) : 

Núll - "Reduced Beyond the point of renewal"  

Je ne connais pas grand chose de ce groupe hormis qu’il est issu de la scène black metal de Reykiavik en Islande. J’ai tout de suite été frappé par le chant ultra habité et les arpèges de guitare tristes à mourir. Un titre qui ressemble à une sorte de chant scandé par un marin solitaire, désabusé mais toujours épris par la beauté de l’océan.

Wovenhand - "Masonic Youth"

La voix de David Eugene Edwards m’a toujours fasciné. Elle transcende totalement son œuvre. J’aime particulièrement ce titre car, pour moi, il arrive à faire le mix parfait entre ses titres chamaniques et ses titres plus rock. Un vrai voyage.

Ulcerate - "Dissolved Orders" 

Pour moi, l’album Stare Into Death And Be Still est le chef d’œuvre de l’année 2020. Ce titre est mon préféré.


A.M (guitare) : 

Gorgoroth

Est de la Pologne, village d’Eylau, 1807. Après avoir mis à genou la Prusse en 4 semaines l’année précédente, l’Empereur se retrouve cette fois-ci face 65 000 Russes. Canonnades, charges à la baïonnette, tempête de neige, une des plus féroce bataille Napoléonienne fait rage. Soudain, Une éclaircie dévoile le carnage : des centaines de cadavres et une brèche de 1 500 mètres s'est ouverte dans la ligne française. L'Empereur lance alors une partie de la cavalerie pour endiguer la percée Russe puis se tourne vers Murat : « Te laisseras-tu dévorer par ces gens-là ?! » 
Murat rassemble alors TOUTE la cavalerie disponible et s’ensuivit la plus grande charge de cavalerie de tous les temps : 80 escadrons, soit 11 000 cavaliers. 11 000 cavaliers se jetant avec panache sur l’ennemi, sabrant à l’aller et au retour. Ils rétablirent la situation, l’Empereur gagna une nouvelle fois et cette charge resta dans la légende. C’est cet instant de gloire que m’évoquent les trois annonces de riffs successifs de ce titre. 

Sargeist : 

Je pensais que la période glorieuse de Sargeist (Let the Devil InSatanic Black Devotion) était révolue mais le précédent album Unbound, et surtout cet EP de 4 titres m'ont donné tort. Excellent titre des Finlandais, sur lequel l’ombre du diable Français semble encore planer. 

Black Curse : 

Quand la dream team du death metal Américaine (Blood Incantation, Spectral Voice, Primitive Man etc.) se réunit avec Arthur Rizk (Summerlands, Inquisition, Eternal Champion, PowerTrip etc.) aux manettes. Riffs possédés, chant incantatoire halluciné, production parfaite… et qu’importe le name dropping stupide, cet album est tout simplement la meilleure sortie de cette misérable année 2020.


R.R (batterie) :


Cryptopsy : 

Pour la nostalgie des années lycée, et le jeu très singulier de Flo Mounier. 


Mayhem :

Ce morceau de Mayhem qui représente pour moi le meilleur de Blasphemer.

Infinite Misery :  

Une lourde et lente boucle infernale vers le chaos sonore d'un solo qui vous paralyse.


Neredude (Décembre 2020)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment