Chroniques
Pochette Breathe In/Out
Pochette Don't Believe, Watch Out
Pochette Continuum / Fate
Pochette Etazhi
Pochette 8
Pochette Conundrum
Pochette Armour Pochette Old Smoke

Pourquoi on ne vous parle pas des conférences de presse tenues au Hellfest (même si on y assiste parfois)

Certains groupes, souvent parmi les plus hauts sur l'affiche, font des conférences de presse pendant le Hellfest. Cet exercice ressemble à une sorte d'interview collective, pendant lesquelles les personnes présentes peuvent chacune poser une question au groupe. Un animateur donne la parole aux gens qui se manifestent, les uns après les autres. Cela permet au groupe de n'accorder aux médias qu'un temps minimal au lieu de planifier des interviews (une interview classique prévue au Hellfest dure entre 10 et 30 minutes pour un seul média (site web, radio, magazine...), les groupes qui en font en enchaînent souvent plusieurs d'affilé), et ça permet aussi à chacun d'avoir une opportunité de rencontrer un artiste et de lui poser sa petite question. L’inconvénient est surtout pour nous, représentants des divers médias invités : il n'y a pas de notion d' "exclusivité", chaque personne présente assiste à la même interview.

Mais alors, pourquoi ne vous en parle-t-on pas ? Peut-être que vous ne vous posez pas la question. En tout cas, depuis le dernier Hellfest, nous avons une idée de la réponse. C'est parti pour le coup de gueule.



Lors du HF 2019, nous nous sommes rendus aux conférences de presse de Sonata Arctica, de Cult Of Luna, et de Demons And Wizards. Conscients que nous ne pourrions poser qu'une seule question à chaque groupe, nous avons fait un travail en amont pour trouver la question la plus pertinente (et une question de back-up, si quelqu'un posait la même que nous). Nous avons lu des interviews récentes des formations susnommées, réécouté leurs derniers albums, assisté à leur concert avant d'aller à la conférence de presse, et choisi d'orienter notre question, en toute logique, sur leur musique.

Or, il semble que tout le monde n'assiste pas aux conférences de presse en ayant eu les mêmes démarches. La plupart des questions posées ont été... nulles, franchement. Du coup, sur environ vingt minutes d'enregistrement audio (ce qui représente ensuite pour nous une à trois heures pour traduire, retranscrire à l'écrit, relire et mettre en page), il y a très peu de contenu intéressant. Pas assez pour fournir un article viable par groupe.
Evidemment, l'organisation de telles rencontres part d'un bon sentiment, et ce n'est pas la gestion de ces conférences par le Hellfest qui est à blâmer. Soyons clair, nous parlons uniquement de la préparation et des interventions des représentant.e.s des médias invités.

La personne qui gère la présentation de ces conférences de presse, afin de se faciliter la tâche, nous a proposé de nous envoyer les fichiers audio de toutes les conférences, et de nous laisser ensuite trier celles auxquelles on a assisté. Nous avons donc, en plus de celles où nous étions, aussi récupéré les échanges avec Sabaton, Amon Amarth, Dropkick Murphys, Mass Hysteria, DagobaZZ Top, Testament, et Within Temptation.
Nous avons tout écouté, et le triste constat que l'on a eu lors des rencontres avec Sonata Arctica, Cult Of Luna et Demons&Wizards peut se généraliser.

Voici donc un petit florilège des choses dont on voudrait ne plus être témoins lors de prochaines conférences de presse. En fin d'article, nous vous retranscrirons aussi les moments intéressants de chaque interviews, pêle-mêle en un seul article, puisqu'il y a trop peu de contenu pour un faire un par groupe.



I. Ce qui tue les conférences de presse

Les gens qui se présentent.
Sérieusement, au moins trois quarts des intervenants le font. Avant de poser une question, la personne à qui on vient de donner le micro annonce "je m'appelle [prénom et nom], je viens de [telle ville / telle région, dans tel pays], pour [telle radio / tel magazine / tel site web], je suis super heureux.se de pouvoir vous rencontrer, ma question est...". (Et encore, ça c'est le cas nominal, mais certain.e.s brodent plus que ça. Pendant la conf de Cult Of Luna, quelqu'un s'est par exemple présenté en indiquant venir de Bolivie, et que oui, vous avez des fans là-bas, mais en vrai je vis ici, et je vous ai déjà vus jouer en France du coup... Et cet autre type qui se sent obligé de dire qu'il a chopé le médiator du gratteux de Sonata Arctica et de se la péter en les remerciant pour leur musique en finnois, avant de poser sa question... Mais rhaaaaaa !)
Soyons franc, c'est inutile. Le groupe s'en fout. Mais alors royalement. Et les autres invité.e.s aussi, d'ailleurs. Quel est le but d'une telle démarche ? Faire un concours du média le plus légitime à être ici ? Mon magazine est plus "trve" que ta radio ? Je viens de plus loin donc j'ai mieux mérité de poser ma question ? Les enfants, écoutez, ce n'est pas un concours, personne n'a à se justifier. Nous sommes tous là pour la même chose, et si personne ne se présentait, peut-être que le total du temps gagné permettrait de poser une courte question de plus (ou au pire, de faire gagner ce temps-là à tout le monde), non ?

Dans la même catégorie, rajoutons les interviewers qui connaissent les interviewés, et qui le font savoir. "J'ai une question pour Richard de Dagoba" "Ah tiens salut Machin !" "Salut ouais ! Y a Truc qui te passe le bonjour accessoirement !" "Ahah, tu lui feras un bisou !"... C'est la cour de récré, franchement.

Les gens qui posent toujours la même question hors-sujet.
En vrai, soyons honnêtes, il y a sûrement un intérêt. Si on assiste à toutes les conférences de presse en posant à chaque fois la même question, il est possible ensuite de créer une sorte de dossier comparatif qui met en rapport les points de vue de différents artistes sur un même sujet. Mais pour que la question puisse s'appliquer à tous les groupes, elle doit forcément être générique, et décorélée de leur travail musical, puisque c'est impossible de comparer Testament, Within Temptation, et ZZ Top. C'est logique.
Du coup, pour les personnes qui ne veulent assister qu'à la conférence d'un seul groupe, c'est une question "à blanc", forcément inutile puisque trop générique. Cette année, la question posée à chaque conférence de presse (et toujours par la même personne) était "Si vous pouviez choisir n'importe quel groupe qui devait jouer une de vos chansons, de quel groupe et de quel titre s'agirait-il, et est-ce qu'il serait dans votre style ou dans leur style ?". Mouais. Encore une fois, la question n'est pas complètement nulle, et ça peut être amusant de compiler les réponses de chaque artiste dans un dossier à thème, mais nous préférons largement entendre un groupe parler de sa musique et lâcher des scoops.

Les gens qui prennent la parole mais ne posent pas de question.
Pendant la rencontre avec Sonata Arctica, une personne a prononcé une phrase en finnois qui a fait rire le groupe, mais personne d'autre n'a dû comprendre ; puis à posé sa question (nulle). C'est la partie qui fait rire qu'on voulait entendre...
Toujours pendant Sonata, on a assisté, stupéfaits, à l'intervention d'une personne qui a dit "j'ai demandé à des gens qui ont assisté à votre concert tout à l'heure, ce qu'ils voulaient vous dire. Deux choses en ressortent : venez jouer en France plus souvent, et vos fans vous aiment." Sérieusement ? Non seulement tu n'as pas de question, mais en plus tu fait perdre du temps à tout le monde (groupe inclus) pour expliquer que les fans de Sonata Arctica sont en fait... fans de Sonata Arctica ? Merci Sherlock !

Une autre personne, durant l'entrevue avec Cult Of Luna, les a remercié d'avoir fait un don à Médecins Sans Frontière suite à leur DVD Years In A Day. Certes, l'intention est louable, mais que faire de cette information ? Quelle est la question à laquelle répondre ?

Dans la même catégorie, mettons aussi les intervenants qui se la pètent en demandant confirmation d'un postulat qu'il énoncent dans leur question. Comme s'ils savaient déjà. Alors, pour être honnête, le fond est parfois pertinent, mais la forme ("ouais j'le savais et j'me la pète") est insupportable.

Les gens qui n'ont rien préparé.
A deux reprises (dans deux conf différentes), quelqu'un a pris la parole et a galéré à formuler sa question en anglais. Nous n'avons rien contre les non-anglophones, mais si tu veux parler à un artiste étranger, tu n'as pas beaucoup d'autres options. Et si tu ne parles pas anglais, tu prépares ta question, tu l'apprends par cœur, tu la récites pendant une semaine, et tu demandes à quelqu'un de t'aider à comprendre la réponse après-coup, plutôt que de faire perdre du temps à toute l'assemblée. Sérieusement, préparer ses questions, c'est juste le minimum qu'on peut demander aux gens qui conduisent des interviews, surtout quand on en a qu'une seule à gérer, non ?

Les gens qui n'écoutent pas.
Pendant la conférence de Within Temptation, quelqu'un a demandé "Vu que vous avez toujours des invités au chant, quels seront les guests dans le prochain album ?". Le groupe a répondu ne pas encore savoir, cela dépendra de ce que telle ou telle chanson nécessitera. Jusque là, ok. Mais l'intervenant suivant (et j'insiste, littéralement le SUIVANT) a posé exactement la même question. J'ai soufflé du nez très très très fort en écoutant ce passage.
Dans la même conférence, deux personnes ont demandé si c'était difficile d'être une femme dans ce milieu. Une problématique intéressante, mais là n'est pas le souci : le problème, c'est que la seconde personne a avoir posé la question n'écoutait pas quand Sharon Den Aden a répondu à la même chose huit minutes plus tôt.

Et surtout, surtout, les gens qui posent des questions, mais alors, vraiment nulles à chier.
On a une vingtaine de minutes pour glaner des informations intéressantes, on a le temps de ne poser qu'une seule question chacun, mais on a systématiquement perdu du temps avec des questions vraiment banales et/ou dont on se tamponne éperdument de la réponse, qui n'évoquent pas la musique ou les projets des artistes que l'on avait en face de nous. Honnêtement, nous pensons que certain.e.s des invité.e.s prennent la parole uniquement pour gonfler leur égo, et dire qu'ils ont posé une question à tel groupe, qui leur a répondu.

Quelques exemples, 100% garanti no fake :
- Je viens d'Australie. Allez-vous tourner bientôt en Australie ?
- Que vous voyez-vous faire après que vous ayez quitté le monde musical ?
- Est-ce que c'est un accomplissement de jouer au Hellfest en 2019, comparé à vos débuts il y a 20 ans ? / Comment vous sentez-vous, ici au Hellfest ? (Mais qui répondrait "non c'est pas ouf", putain ??! C'est juste LOGIQUE qu'on va tous "perdre" deux minutes à entendre des compliments (certes mérités) sur le festival !)
- Est-ce que vous faites attention à ce que vous mangez avant et pendant une tournée ?
- Je viens du Brésil. Allez-vous tourner bientôt au Brésil ?
- Est-ce que vous avez l'impression d'avoir fait un peu la promotion de la langue française pendant votre récente tournée en Chine ? (Ce à quoi Shawter de Dagoba répondra qu'il chante en anglais, et que tous les échanges se sont fait en anglais pour être compris. Voilà voilà. C'était évident putain !)
- Je viens de Mexico. Allez-vous tourner bientôt au Mexique ?
- Sur une échelle de un à dix, à quel point avez-vous hâte de jouer ce soir ? (Le chanteur des Dropkick Murphys à répondu "Douze. Prochaine question ?", merci à lui d'avoir fait si court.)
- Je viens de Grèce. Comment expliquez-vous que vous ayez autant de fans en Grèce ?
- (à Sonata Arctica) Quelle a été votre inspiration pour écrire la chanson Victoria's Secret ? (Elle est sortie en 2003, mec.)
- Je viens d'Argentine. Allez-vous tourner bientôt en Argentine ?

Dans la rubrique des questions nulles, mentionnons aussi "Que pensez-vous du réchauffement climatique ?" qui a été posée dans plusieurs conférences. Le sujet est évidemment grave et important. Mais soyons sincères. Quelle figure publique va oser répondre "oh bah moi j'm'en fous un peu" ? Surtout dans le "monde Metal", reconnu pour être un milieu qui sait s'engager et se politiser ? Personne. A chaque fois que cette question a été posée, on a donc perdu trois minutes. Bien sûr que c'est un sujet majeur, bien sûr que les enjeux environnementaux sont cruciaux. Mais avions nous besoin d'entendre Cult Of Luna ou Dropkick Murphys le souligner ? N'ayant qu'une poignée de minutes à passer avec un groupe, plutôt que de rappeler des choses sur lesquelles nous sommes déjà tous d'accord, n'est-il pas plus intéressant de parler de musique ? D'ailleurs, musique et environnement peuvent se concilier en une discussion réfléchie. "Que pensez-vous de l'impact-carbone des tournées internationales ? Comment réagiriez-vous si demain l'impact climatique est trop important pour continuer de prendre l'avion pour tourner ? Voyez-vous des alternatives ?" Et ces questions sont d'autant plus pertinentes quand elles trouvent leur cible. Demander ça à un groupe vegan et militant pour l'environnement sera sûrement constructif, car ces personnes auront probablement déjà réfléchi à ces problématiques. Demander à Metallica si ça valait le coup, écologiquement parlant, d'aller jouer en Antarctique devant 100 personnes, pourrait aussi créer un malaise intéressant.



II. Ce qui était intéressant, groupe par groupe (par ordre alphabétique)


Amon Amarth (10 minutes de conférence de presse)

Une des questions les plus intéressantes était pourtant assez générique : "pouvez-vous nous raconter le processus d'écriture et d'enregistrement de Berserker (NDLR : le dernier album du groupe, sorti en mai 2019) ?". Olavi Mikkonen, le guitariste soliste, a indiqué qu'une des principales différences avec les sorties précédentes était la pré-production. Le groupe a en effet enregistré au moins trois versions consécutives de démos pour faire maturer leurs chansons, avant de mettre en boite les versions finales.

Il a aussi été demandé des précisions sur l’intention des quelques chants clairs dans Berserker, qui sont une première pour le groupe. Johan Hegg a répondu que c'était à ses yeux un excellent moyen de mettre en valeur une partie plus violente qui arrive juste après celle en chant clair. Il se dit contre le fait de mettre du chant clair juste pour avoir du chant clair, mais n'est pas opposé à se plier à nouveau à l'exercice si un prochain titre a besoin d'en avoir.

Intéressant mais pas forcément pour tout le monde : si vous vous demandiez quel matos utilise Amon Amarth sur scène, quelqu'un l'a demandé pour vous. Les guitaristes jouent sur ESP EX et sur Jackson X Series Warrior, Jocke Wallgren officie sur une batterie Pearl avec des cymbales Sabian, et Ted Lundström fait juste de la basse. Elle est noire. (Oui, tout le monde a rit.)


Cult Of Luna (20 minutes de conférence de presse)

Le groupe a signé en mars 2019 chez Metal Blade Records. Il a été demandé ce que le groupe attendait de mieux (ou de différent) avec cette collaboration, par rapport à leur ancien label Indie Recordings. Les membres du groupe ont répondu qu'ils essayent de rester en dehors de tout ce qui n'est pas lié à l'écriture et à l'interprétation de leur musique. Ils espèrent que Metal Blade se chargera de la partie administrative sans que le groupe ne s’aperçoive vraiment de la transition. En dehors de ça, ils reconnaissent le statut important de Metal Blade et sont honorés de faire partie de leur roster.

Quand Cult Of Luna se sont-ils lancé dans l'écriture de A Down To Fear et combien de temps a pris le processus d'écriture / enregistrement / production ? La question était pertinente lors du HF 2019, trois mois avant la sortie de cet album dont on ne connaissait encore que le premier extrait, The Silent Man. Les Suédois disent avoir écrit certaines parties il y a très longtemps, mais que l'enregistrement n'a commencé qu'en novembre 2018, et que les premières recherches collectives d'idées ont été faites quelques mois avant.

Mariner a marqué les esprits, et quelqu'un a demandé si une autre collaboration du même genre était prévue. Pour les membres de Cult Of Luna, l'implication de Julie Christmas a été relativement spontanée, inattendue. S'ils ont adoré cette collaboration et ont envie de refaire ce genre d'exercice, ils sont incapables de planifier ça dans un futur à court ou a moyen terme.


Dagoba (20 minutes de conférence de presse)

Les musiciens ont expliqué qu'ils composent en permanence, même en tournée. Ils ont révélé qu'un nouvel album était en cours d'écriture, et était même assez bien avancé. Le timing de sa sortie sera dépendant de la suite des opportunités de tournées pour défendre Black Nova.

Rien d'autre de vraiment marquant. La quasi-totalité des questions posées étaient axées sur des félicitations au groupe pour s'être hissé en haut du game du Metal en France, ou sur leur tournée en Chine que Dagoba venait de boucler. Pas de question sur leur musique, leur processus d'écriture, le message de leurs paroles, rien. Dommage.


Demons And Wizards (20 minutes de conférence de presse)

La toute première question fut l'inévitable évocation du délai (quinze ans !) entre Touched By The Crimson King et III. Comme attendu, Hansi Kürsch a précisé que le groupe n'avait jamais splitté mais a simplement manqué de temps, à cause des plannings chargé de Blind Guardian et de Iced Earth. Jon Schaffer ajoute que leurs projets incluent deux albums studio et un album live, bien que seul III soit dans les tuyaux au moment de la conférence.

Sur scène, quelques heures avant l'interview, nous avions reconnu les membres du line-up live de Demons And Wizards (pour rappel, le groupe n'a que deux membres officiels, un chanteur et un guitariste) : il n'était constitué que de membres de Blind Guardian et de Iced Earth. Nous avons demandé si ce line-up était définitif, pour les prochains lives et pour l'enregistrement de l'album. Il nous a été répondu que le line-up "officiel" restait juste le duo à l'origine du projet. Au moins une partie des musiciens sur scène seraient crédités comme invités sur III, notamment Jake Dreyer (guitare lead). En revanche, si le batteur de BG était au Hellfest, c'est celui de Iced Earth qui officie sur l'album. Marcus Siepen (guitariste de Blind Guardian) jouait de la basse pour Demons And Wizards sur scène, mais ne participe pas au disque. De plus, cinq ingénieurs du son / producteurs sont impliqués dans III, car le groupe a enregistré à plusieurs endroits.


Dropkick Murphys (20 minutes de conférence de presse)

Pas grand chose d'intéressant à signaler. Certaines questions auraient pu mener à des choses intéressantes mais ont soit été mal tournées ("allez-vous revenir jouer à Rome après l'émeute qui vous a forcé à interrompre votre dernier concert là-bas ?", sujet pertinent mais la réponse a été "oui, nous y reviendrons", comme le veut la logique), soit éludées par le groupe qui y répondait ("comment gardez-vous autant d'énergie sur scène après 23 ans de carrière ?", la réponse a été un banal et déjà-vu "la musique et l'amitié nous font rester jeunes").

Seul point à rapporter : un nouvel album pourrait voir le jour d'ici un an, même si rien n'est encore dans les tuyaux.


* Mass Hysteria (20 minutes de conférence de presse)

Même ambiance que pour Dagoba. "La dernière fois qu'on s'est vus c'était à [random ville] dans une petite salle, bravo pour cette évolution jusqu'au Hellfest", ou "vous avez fait un show dantesque hier", rien de bien plus folichon que ça. Les quelques questions qui se sont démarquées portaient sur les réseaux sociaux, sur la réception du public québécois, rien de jamais entendu.

A noter : deux personnes ont posé une question en anglais. L'un des membres de Mass Hysteria lui a répondu dans un anglais parfait. Mais à partir de là, sachant qu'il y avait des anglophones dans la pièce, nous aurions trouvé logique qu'au moins une personne demande si c'était OK pour continuer en français. Or non, notre langue s'est ré-imposée naturellement, personne n'a rien demandé, et tant pis pour les non-locuteurs.

Sinon, le moment décalé :
"L'objectif d'Ultra Vomit hier soir c'était, je cite, de "crucifier Mass Hysteria", qu'est-ce que vous avez à répondre ?"
"On les a ENCULÉS !"
"POOOOOOOOH !"
et rires généraux.


Sabaton (25 minutes de conférence de presse)

La conférence de presse a eu lieu pendant le KnotFest, avant que nous apprenions tous que Manowar annulait sa prestation au Hellfest et que Sabaton les remplaçait. Rien n'a donc été évoqué à ce sujet.

D'après l'audio qu'on a récupéré, le groupe est arrivé en conférence de presse avec toute la chorale qu'on a pu voir avec eux sur scène lors du HF, le tout en formation militaire (on entend les claquements de talons, les ordres de départ et d'arrêt de la marche, etc). Les mecs sont des jusqu'au-boutistes, on ne peut pas leur enlever.

Il a été demandé à Sabaton de développer le clip de Bismarck et d'expliquer pourquoi ce titre ne figure pas dans The Great War, qui est sorti peu après le Hellfest. Ce morceau à été écrit pour fêter les 20 ans du groupe, et évoque le second thème le plus demandé par leurs fans (le premier étant Star Wars, après tout c'est aussi une histoire de guerre). Il ne s'inscrit pas dans le concept de The Great War et n'est donc pas dans l'album.

Le groupe a aussi évoqué sa chaîne YouTube Sabaton History, qui explique les détails dont parlent leurs chansons. Sabaton avait envie de faire cela depuis une quinzaine d'années (et avaient commencé à le faire dans les livrets de leurs albums, mais ils expliquent pendant la conférence que moins de gens achètent des disques et que YouTube est plus approprié aujourd'hui). Chaque épisode publié sur leur chaîne implique une dizaine de personnes, dont 5 historien.ne.s qui les épaulent.


Sonata Arctica (20 minutes de conférence de presse)

Talviyö n'était pas encore sorti en juin dernier. Demander si l'album aurait un thème ou un concept était donc pertinent à l'époque. Mais la réponse est non.

Le groupe a donné des concerts acoustiques début 2019 et la performance du HF était l'un de leurs premiers retours à un set amplifié. Nous avons voulu en savoir plus sur ce qui avait motivé ces concerts unplugged et si un album acoustique verrait le jour dans le futur. Il nous a été répondu que le groupe avait tenté une première expérience en acoustique il y a quelques années, alors qu'ils étaient entre deux albums et n'avaient rien de nouveau à proposer lors de la saison des festivals. L'idée ayant été bien accueillie, Sonata Arctica a mis en place ce "club tour" acoustique au printemps 2019. Ils referont probablement ça dans le futur, et espèrent enregistrer ces versions un jour même si rien n'est actuellement prévu en ce sens.


Testament (20 minutes de conférence de presse)

Fun fact : cet échange a eu lieu le jour de l'anniversaire du chanteur, Chuck Billy.

Titans Of Creation est sorti début avril 2020, donc les questions sur ce disque étaient pertinentes au moment de la conférence de presse. Il a été évoqué qu'il était (à l'époque) prévu pour fin janvier 2020, qu'il n'avait pas encore de nom, et qu'il serait mixé par Andy Sneap. Il a été évoqué comme étant "plus Thrash, plus rapide, plus old school".

Il a été demandé ce que pensaient les membres de Testament par rapport à la retraite annoncée de Slayer, et s'ils imaginaient que le concept de "Big Four" allait survivre (et si oui, s'ils étaient à prendre la place vacante !). Ils ont expliqué que deux tournées complètes avaient déjà réunis les deux formations et ils n'ont pas caché leur admiration pour Slayer. Ils n'ont pas évoqué la relève.


Within Temptation (15 minutes de conférence de presse)

Un des participants a rappelé une phrase dite par la chanteuse de Within Temptation dans une précédente interview (comme quoi, certaines et certains font quand même très bien leur boulot !) avant la sortie de Resist. A l'époque, l'album avait été annoncé comme "plus lourd, plus sale, et plus futuriste". Rétrospectivement, il a été demandé si le groupe pensait avoir réussi à faire avec ce disque ce qu'il avait annoncé. Sharon Den Adel y voit la première partie de ce processus. En environ 25 ans de carrière, elle estime que son groupe a su se renouveler, et que Resist est une nouvelle étape, légèrement différente des précédentes. Elle évoque l'album suivant, sur lequel WT devrait commencer à plancher, comme un prolongement de cette démarche de recherche d'un nouvel univers sonore.
Il lui a aussi été demandé si elle a déjà ressenti des difficultés liées au fait d'être une femme dans le milieu Metal. Sharon Den Adel a répondu que globalement non, à l'exception d'une publication déplacée par un magazine hollandais qui n'était justement pas spécialisé dans la musique.

L'album Gothic de Paradise Lost a été le premier que les membres de WT ait entendu qui incluait des chant féminin dans une musique extrême, et a été une inspiration pour eux.

Si Jacoby Shaddix (Papa Roach) n'est pas le clip de The Reckoning alors qu'il chante pourtant sur ce titre, c'est parce que son implication a été décidée au dernier moment.


* ZZ Top (10 minutes de conférence de presse)

ZZ Top est le groupe qui a tenu (et tient encore) le plus longtemps au monde sans changement de line-up, en tout cas selon une personne qui a posé la question suivante : comment faites-vous ? Réponse : "trois tour-bus différents et bien séparés".

Billy Gibbons a annoncé qu'un nouvel album de ZZ Top verrait le jour prochainement, et qu'il travaillait aussi a un album solo "à mi chemin entre du Rythm' N Blues et du Death Metal".

Il a aussi expliqué que sa collaboration avec Alice Cooper (dans son album Paranormal, 2017) s'est faite par hasard, après qu'ils se soient croisés dans un restaurant tex-mex.

Zbrlah (Juin 2020)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment