Les Dossiers De Metalorgie #12 Octobre 2018 : "Riffs Or Treats", la sélection d'Halloween

It’s that time of the year again ! Les rues se parent de citrouilles, de toiles d’araignées et autres diableries. Le moment idéal pour se repasser les meilleurs ou les pires films d’horreurs, au choix, et pourquoi pas accompagner ça de quelques disques hantés, des plus grand-guignolesques aux plus terrifiants. A votre tour de foutre les chocottes aux gamins qui sonnent chaque année à votre porte fin octobre.

Riffs : 

ImpetigoHorror Of The Zombies (1992)
On aurait pu choisir n’importe quel disque de Death Metal traditionnel, on aurait forcément trouvé un lien avec des morts-vivants marchant à la vitesse d’un riff de Sunn O))). Il se trouve que ça tombe sur Impetigo et son Horror Of The Zombies. Vous nous voyez venir, il y a le titre, la pochette originale franchement moche et la réédition plus réussie. Mais surtout, Impetigo c’est du Death Metal qui ne va pas faire semblant d’avoir un cerveau, et c’est même carrément crétin vus le jeu des guitares (que Autopsy ne renierait sans doute pas). Horror Of The Zombies a en fait pas mal de caractéristiques du disque nanardesque, avec un rythme généralement traînant, un son gras et pas subtil pour un sou, des samples de série B et un goût général d’amateurisme qui a clairement son charme. Exit le Death trop calibré, ça sort tout juste des tripes, c’est bancal, mais ça fait bien plus froid dans le dos que nombre de disques qui veulent jouer les grands méchants.

Zombie Zombie - Plays John Carpenter (2010)
Mais quel est l'intérêt de ce disque ? Retrouver les bandes sons de John Carpenter avec notamment ici Halloween ou encore The Thing. On est loin du côté Métal horrifique mais Halloween est l'un des films cultes de cette période de l'année, et la reprise de ce titre (monumental !) permet à ce disque de se retrouver dans cette liste thématique avec des sonorité Electro / Krautrock. Un seul mot, foncez !

Mütiilation - Vampires Of Black Imperial Blood (1995)
Ce premier LP des français est pas mal inspiré par les suceurs de sang vivant seuls dans leur château. Et on ne parle pas que des paroles car l'assemblage de riffs True Black associés à une production chaotique foutent effectivement une sale ambiance de manoir abandonné. Vous pensiez que l'Inner Circle norvégien était le summum de la désolation ? Vampires Of Black Imperial Blood vous abreuvera de glauque jusqu'à plus soif. A cause notamment de son aspect bancal, des mélodies plombées par les âges et la noirceur et de la bouillie sonore se rapprochant parfois du Dark Ambient. Plus globalement, intéressez-vous aux autres sorties des Légions Noires (Vlad TepesAäkon Këëtrëh,…) si Mütiilation ne vous a pas déjà amené au fond du trou. 

Cultes Des Ghoules – Henbane (2013)
Cultes Des Ghoules. Avec un nom pareil, les Polonais auraient pu jouer du Power Metal Fanfare qu’ils se seraient quand même retrouvés dans cette sélection. Plus sérieusement, la formation avait déjà de quoi effrayer le chaland avec son premier vrai long format, Haxan (littéralement « Sorcière » en suédois). Un Black Metal porté par une production cradingue et un chant possédé, qui s’enrichit considérablement avec Henbane. Sur ce deuxième effort, les ambiances sont décuplées, rythmées par des cris masculins et féminins incarnant le mal à la perfection (jetez vous sur The Passion Of A Sorceress), le tout posé sur des riffs traînants qui rappellent Darkthrone ou Celtic Frost. J’insiste, Henbane est une expérience à tenter peu importe vos goûts musicaux, tant la musique est au service de l’atmosphère occulte qui règne sur cette galette.

Acid Witch - Witchtanic Hellucinations (2008)
En veux-tu en voilà, de la B.O. de train fantôme. Clairement assumé second degré, Acid Witch est tout de même un groupe que l'on peut prendre au sérieux vue la solidité de leurs morceaux. C'est un Doom Death teinté de Stoner et baignant dans la bave de crapaud que nous livrent les Américains, et ça déborde d'effets psyché  sonnant comme des bulles au dessus d'un chaudron verdâtre. Une potion détonnante qui fonctionne en n'étant pas dénuée d'humour, touillée par une Sorcière Acide qui envoie des compos plus efficaces que les derniers méfaits du Sorcier Électrique notamment.

Chthe’ilistLe Dernier Crépuscule (2016)
H. P. Lovecraft est l’un précurseurs et l’un des maîtres de la littérature d’horreur, et toute la mythologie tissée autour du mythe de Cthulhu a toujours une influence incroyable aujourd’hui sur de nombreuses formes d’art, du cinéma aux jeux-vidéo en passant par, bien entendu, la musique. Si les écrits de l’Américain sont rarement « gore » (sont plutôt évoquées des horreurs tellement indicibles et irrationnelles que les personnages qui s’y confrontent sombrent souvent dans la folie), le Death Metal de Chthe’ilist n’a pas la même subtilité. Malgré un rendu volontairement sale, qu’on qualifierait spontanément de « marécageux », chaque instrument est audible et a son rôle à jouer dans la reformulation de la violence des psychoses lovecraftiennes. Tout est glauque, lugubre, suintant, obscur, y compris les paroles, évidemment, qui nous forcent (grâce au pronom « you » largement employé) à sombrer dans l’angoisse et la panique.

The Great Old OnesTekeli-Li (2014)
Les Français de The Great Old Ones ont décidé de privilégier une approche plus mesurée, avec un Post-Black mélodique, très construit, envoûtant, mais pourtant tout aussi possédé par les monstres de l’écrivain de Providence. Mais là où Chthe’ilist expose des causes (des horreurs trop dures à soutenir pour l’esprit humain), les Bordelais présentent leurs conséquences (l’incompréhension et donc le refus de ces monstres, induisant la perte de la raison, la psychose). Tekili-Li est l’adaptation du récit Les Montagnes Hallucinées, et les paroles des six titres suivent le déroulé de l’histoire, commençant simplement par une mission de sauvetage et se terminant inéluctablement dans une spirale infernale de folie. Le chant est en anglais mais la narration (dans Je Ne Suis Pas Fou, Awakening, et Behind The Mountains) est en français, renforçant encore la sensation d’un esprit dissocié et plein de doutes. Ajoutez à ça un Black Metal contemplatif et élevé, chargé d’équilibres précaires entre ambiances atmosphériques et moments de furie, et vous obtenez la recette parfaite de 53 minutes de terreur tout en subtilité.

Macabre - Murder Metal (2003)
S’il existe des groupes de série Z, Macabre est très certainement de ceux-là. Instigateur d’un Thrash/Death qui aura influencé les acteurs majeurs du Mort Metal, Macabre a toujours eu une patte assez ironique pour ne pas dire comique. Avec Murder Metal sorti en 2003, le groupe se focalise sur les tueurs en série (Kenneth Bianchi et Angelo Buono, Jerry Brudos,…) et n’hésite pas à verser dans le gore côté texte (Fatal Foot Fetish est à vomir). Question musique, les gars de l’Illinois font retentir des titres courts, guidés par des mélodies parfois grotesques (The Hillside Stranglers) et un chant aigu qu’on hésite à attribuer à la folie ou à quelque substance illicite. Ce n’est pas du grand art, et passés quelques morceaux on comprend bien vite la recette, mais il y a quand même ces accointances avec le Grindcore à l’esprit Gore Fun/débile qui rendent le disque sympathique. 
PS : on vous recommande d’aller jeter un œil à la pochette de Sinister Slaughter pour sa réinterprétation très réussie de Sgt. Pepper

...Or Treats : 

Terra Tenebrosa - Where Shadows Have Teeth 
La musique des ex-Breach n'est déjà pas des plus accueillantes (euphémisme) avec ses relents Black Metal, Sludge et Indus, et un coup d’oeil à leurs pochettes, leurs dégaines sur scène et leurs clips assoit l’aura malsaine des Suédois. Oui malsaine, car mélanger masques horrifiques et jouets enfantins sous une lumière blafarde n’est généralement pas une bonne idée pour faire de beaux rêves ensuite. 

PortalCurtain 
Portal n’est pas non plus en reste pour évoquer l’horreur la plus abstraite et enfouie au fond de nous à travers sa musique. Alors quand il s’agit de mettre des images là-dessus, rien de plus étonnant à ce que l’on se retrouve plongé dans une mise en scène aussi noire que burlesque sur fond de marionnettes glauques à souhait.

Meshuggah - Bleed
Cette vidéo est sans doute bien connue de certains d'entre vous mais qu'importe. Plutôt que l’habituel clip-hangar/usine désaffectée/tout lieu un peu terrifiant, Meshuggah offre ici une mise en scène passablement dérangeante, orchestrée par un Dieu tout-puissant asservissant les humains à sa guise. Engrenage, fatalité mécanique aussi bien dans la musique que dans les images elles-mêmes, Meshuggah illustre à merveille le châtiment qui nous attend peut-être tous.

Slipknot - Spit It Out 
Les masques de nos bons vieux Slipknot ont évolué au fil de leur carrière pour devenir plus travaillés et moins en toc. Mais…l’amateurisme des premières panoplies les rend plus vraies, plus flippantes. Alors quand nos gus s’affairent à rendre hommage à un classique de l’horreur on rigole bien sûr, mais êtes-vous sûr de vouloir croiser Shawn Crahan et Chris Fehn dans le couloir d’un hôtel vide ? 

Comeback Kid - Wake the Dead 
Attention, il ne s'agit pas de la version officielle du clip, mais bien d'une vision d'un fan qui s'est retrouvée quand même sur la chaîne Youtube du label Victory Records. Ca parle de zombies et d'invasions (bien avant l'explosion du genre avec The Walking Dead), la vidéo a toutefois maintenant une dizaine d'années et la qualité s'en ressent mais on tombe pile dans le thème de l'horreur pour un titre qui reste un incontournable.

Destrage - My Green Neighbour 
Comme dans tous les autres médias, en musique aussi on peut coupler le gore et le second degré - si vous avez aimé Shaun Of The Dead ou Bienvenue A Zombieland, alors vous adopterez les morts-vivants marathoniens mis en scène par Destrage.

Metalorgie Team (Octobre 2018)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

ZbrlahLe Mercredi 31 octobre 2018 à 08H56

« le Mort Metal »
C’est un oui.

iam_trying_to_beliveLe Mercredi 31 octobre 2018 à 08H38

Wednesday 13!!!