Profil consulté : 4 fois.
25 commentaires

Derniers commentaires (6 / 25)

Marilyn Manson - Heaven Upside Down - 9 / 20 Le 30/09/2017 à 17H48

Faisant partie de cette espèce rare qui apprécie même des The High End Of Low ou Born Villain, je n'attends jamais rien de Manson, dans la mesure où il m'apparaît évident que la formule fonctionnera dès qu'un album sort. C'est en gros ce qui se passe depuis 20 ans.

La dernière tournée avait de quoi exciter : bon groupe, Manson très en forme vocalement, nouveaux titres très efficaces dans une volonté de reproposer une espèce de mélange de la trilogie culte. Et Heaven Upside Down débarque et là, ça la fout un peu mauvaise.
Depuis The High End Of Low (inclus), on connaît la manie de Manson de vouloir caser un peu tous les styles et genres qui le caractérisent depuis ses débuts. Sauf que sur le petit dernier, l'effet ne prend pas et ça manque sérieusement d'une identité propre, d'une ambiance, d'un fil.
Pour y aller titre par titre :

- Revelation #12 : bonne intro bien musclée qui renvoie forcément à Antichrist pour sa basse (trop peu présente ceci dit) et à Holy Wood pour l'agressivité rock indus. Très efficace. Premier défaut cependant avec cette batterie sous-mixée qu'on n'entend quasiment pas (double pédale sur le pont totalement inaudible).
- Tattoued In Reverse : bouillie pas bien fine qui mise davantage sur une ambiance militaire que sur la mélodie. C'est lourdingue et assez peu cohérent avec la piste précédente. Ou comment rater la suite surproduite de "Slave Only Dreams To Be King" - qui n'était déjà pas un chef-d'oeuvre.
- WKWYFL : single de lancement assez prévisible, accompagné par l'un des clips les plus ridicules et minables de Manson. Le morceau est pourtant bon, très heavy avec cette ambiance Holy Wood et certaines parties rappelant "The Collector" de Nine Inch Nails, agrémenté d'une voix au top et d'un thème parfaitement exploité. Même problème cependant que "Revelation #12" : batterie dégueulasse, ça va vite vieillir.
- SAY10 : excellent retour à des titres poisseux comme "Spade". Moderne sans être jetable, violent mais pas trop et construction intéressante. Ça méritait des paroles nettement moins idiotes...
- KILL4ME : vous voyez "You're so vain" ? En voici la copie maquillée d'une production putassière au possible. Typiquement le genre d'horreur qui pourrait passer sur Oui FM.
- Saturnalia : une fois n'est pas coutume, Manson s'est permis de piller le répertoire de Bauhaus. Ça donne donc un "Bela Lugosi's Dead" version MM : un titre très minimaliste s'étendant sur huit minutes. Mais putain, grosse tuerie ! Les guitares et les parties électroniques de Mechanical Animals reviennent, tout est exploité à la perfection. Vraiment énorme, du grand Manson.
- Je$u$ Cri$i$ : et vas-y que ça repart vers un truc lourdingue à la "Tattoued" ou "KILL4ME" avec un texte des plus cons qui se veut, comble du comble, subversif. Là, franchement, je sature. La deuxième partie plus énervée fait son effet, mais ça ne rattrape pas grand-chose.
- Blood Honey : la piste plus posée typique. C'est anecdotique mais pas désagréable, même si la production est ringarde et le traitement de la voix horrible (du Eat Me, Drink Me quoi).
- Heaven Upside Down : wtf ??? On dirait un rejet ultra plat de The High End Of Low mixé à du (mauvais) Bowie, genre "Time Will Crawl". La pseudo-touche glam est mal amenée et c'est indigeste. Nul.
- Threats Of Romance : encore un clin-d'oeil évident à Bowie, un délire cabaret aux sonorités rock. Sauf que cette fois, c'est original et plutôt bien réalisé. Difficile néanmoins de comprendre un tel final...

Ce qui amène bien sûr à ceci : Heaven Upside Down est un fourre-tout indigeste, sans direction et très inégal dans sa production. Pris à part, les morceaux fonctionnent plus ou moins - sauf trois ou quatre grosses exceptions, ce qui est déjà important - mais l'album en lui-même est épuisant à écouter d'une traite.
Point positif malgré tout sur les efforts et le travail effectués autour de la voix. Manson a clairement progressé et ça se constate aussi en live.

Sinon, bah... The Golden Age Of The Grotesque reste pour moi le moins bon album de Manson - bien qu'il soit, lui, totalement cohérent et maîtrisé du début à la fin. Ce Heaven Upside Down n'est pas loin de lui piquer la place.

Myrkur - Myrkur - 14 / 20 Le 19/09/2017 à 00H05

Numenorean - Home - 17 / 20 Le 20/12/2016 à 22H18

Pas la motivation de développer, vais donc me contenter de dire que cet album passe à peu près tous les jours et que c'est énorme à chaque fois.
Voilà.
Joyeux Noyel.

Acwl - Internel - 17 / 20 Le 18/12/2016 à 15H48

Acwl fait partie depuis 2001 de ces groupes qui démontrent une identité et un style forts sans jamais s'enliser dans la répétition au fil des albums, ce qui fait que chaque sortie promet toujours une certaine surprise.
Internel ne mise ainsi pas vraiment sur les grosses couches de guitares des trois premiers cd puisque Acwl privilégie davantage un côté ambient, plus rêveur que véritablement sombre. Une bonne moitié des titres de ce nouvel album ne comportent d'ailleurs pas de textes, ce qui laisse un peu le loisir d'imaginer ce qu'on veut à leur écoute. Beaucoup de piano et d'instruments originaux ponctuent le tout, de même que les expérimentations vocales qui renvoient forcément à quelques scènes gothiques des années 80 et à plusieurs formations black actuelles.

La grande qualité de l'album tient surtout à créer des ambiances sur un bloc cohérent tout en délivrant une diversité bienvenue. On passe alors de la douce mélancolie d'"Infini intérieur" au metal faussement doom de "To whatever end", à la dream pop progressive de "Et je lui souris" (plus typique d'Acwl avec sa variation finale), ou au rock très énergique de "Mon coeur n'est à personne". Comme toujours, les textes sont particulièrement soignés et le mélange des voix féminines et masculines fonctionne parfaitement.
J'aurais du mal à établir un classement de mes albums favoris du groupe, vu que je les aime à peu près tous autant, mais Internel est encore une fois une réussite qui ne cherche pas à surfer sur des modes ni à répondre bêtement à un style. Du Acwl en somme.

A écouter (je plagie le concept du site, tant qu'à faire) : "To whatever end", "E-mortelle", "Serpent de tulle", "OXC de l'étrange", "La porte étroite".

Metallica - Hardwired…To Self-Destruct - 12 / 20 Le 18/12/2016 à 00H15

Lampray - Récif Echo Rail - 16 / 20 Le 18/12/2016 à 00H12

Voir la suite