Profil consulté : 894 fois.
182 commentaires

Derniers commentaires (6 / 182)

Stupeflip - Stupeflip - 13.5 / 20 Le 23/02/2017 à 12H12

Le premier méfait de King Ju, un truc stupéfiant (c'est facile mais c'est tellement ça!) qui ne laisse pas indifférent. Il irrite ("Stupeflip"), il chatouille ("Carry On"), il amuse ("Comme les Zot'"), il intrigue (les interludes qui cadrent le CROU, même qu'on ne comprend toujours rien), il fout la gène ("Je fume pu d'shit"), il terrifie ("L'épouvantable épouvantail"), il séduit ("L.E.C.R.O.U."), il défonce ("À bas la hiérarchie")... et dans tous les cas on y revient!
Alors oui, c'est inégal, c'est très surprenant et pas toujours agréable à l'oreille, mais Stupeflip entre dans l'industrie du disque de manière fracassante, annonçant un joli succès critique et public (fait de hauts et de bas néanmoins) et surtout un statut de groupe culte. L'histoire abracadabrante du CROU, des riffs acérés, un flow hyper hargneux, des punchlines ravageuses, le tout dans ce mélange d'hip-hop, d'électro, de pop et de rock.

Il n'est pas facile d'adhérer à l'univers du Stup, mais une fois que vous êtés entrés dedans, il est impossible d'en sortir... Ce premier album reste inégal et King Ju n'a pas encore complètement développé son truc, mais l'ovni s'est définitivement installé sur Terre, avec un univers réellement singulier et des hits qui resteront.

À écouter : "Stupeflip", "Je fume pu d'shit", "L.E.C.R.O.U.", "À bas la hiérarchie".

G.L.O.S.S. - Trans Day Of Revenge - 16 / 20 Le 09/01/2017 à 12H44

En une poignée de minutes à peine, G.L.O.S.S. donne un immense coup de fraîcheur au hardcore. Dans la veine de la première démo, en encore un peu mieux, le groupe balance ses tripes et se positionne comme un Minor Threat des années 2010.
Puissant, efficace, vindicatif, hardcore. Une carrière déjà stoppée, pour des raisons toujours un peu étranges, et un EP qui pourrait bien devenir culte d'ici les 20 prochaines années.

À écouter : tout, pas le temps de choisir

Wednesday 13 - The Dixie Dead - 15 / 20 Le 02/12/2015 à 14H54

Après une petite perte d'inspiration sur Calling All Corpses, Wednesday 13 revient en bonne forme sans pour autant renouveler son répertoire. Les titres sont tout ce qu'il y a de plus "classiques", par rapport à son style habituel, mais se révèlent efficaces. Le rythme est toujours moins soutenu que sur ses deux premiers albums mais les morceaux mid-tempo ("The Dixie Dead", "Ghost Stories"), quelques riffs bien sentis ("Curse of Living") et un son bien lourd ("Heil Ming", "Bloodsucker", "Too Fast for Blood") en font un résultat plus que satisfaisant.
Comme le dit iam_trying_to_believe, ce disque est plus heavy mais aussi plus abouti, sans qu'il n'ait pris aucun risque. Juste une chose, je remarque quelques solos de guitare peut-être un peu différents, comme par exemple celui de "Fuck You" qui ne ferait pas tache sur un titre de Social Distortion.
Plaisant.

À écouter : "Curse of Living", "Hail Ming", "The Dixie Dead".

Immortal - All Shall Fall - 14.5 / 20 Le 01/12/2015 à 09H15

Immortal signe ici un retour plus que correct après quelques années d'absence. L'originalité n'est certes pas au rendez-vous mais les norvégiens offrent un album solide qui confirme avant tout leur statut de pilier du black metal.
Six ans plus tard, le groupe a replongé… Reste une belle discographie et des prestations scéniques épiques.

À écouter : "Unhealthy Kingdom".

Expire - Pretty Low - 14 / 20 Le 16/11/2015 à 13H21

Expire envoie du lourd, du très lourd dans les oreilles de l'auditeur. Aucun temps mort, à peine l'un ou l'autre break, c'est la grosse bastonnade qui fait du bien tout en manquant sérieusement d'originalité et de variations. Le chant est très linéaire, l'album s'écoute d'une traite.
On hoche la tête en cadence, plus quelques passages donnant envie de lancer bras et jambes dans les airs. C'est bien de foncer tête baissée, mais il faudra un moment la relever pour voir si quelques écarts ne seraient pas judicieux.

À écouter : "Pretty Low", "Rejection", "Second Face".

Marilyn Manson - The Pale Emperor - 15 / 20 Le 15/04/2015 à 13H55

Soyons clair d'entrée de jeu : pour moi, Manson ne retrouve pas son niveau d'antan et cet album ne passera pas à la postérité ; cependant, il s'agit de son travail le plus excitant depuis l'excellent – bien que décalé – Eat Me, Drink Me.
C'est la comparaison avec ce dernier qui m'est rapidement venue à l'esprit. Manson s'écarte du processus habituel pour s'enfermer avec un songwriter multi-instrumentiste venu apporter sa touche personnelle à l'oeuvre. Pour ma part, j'adore Eat Me, Drink Me et je trouve que Tim Sköld a fait un boulot remarquable, riche et inventif. Dans le cas présent, Tyler Bates se révèle tout aussi inventif et inspiré mais le travail réalisé diffère : alors que le premier proposait des compos lumineuses agrémentées d'un jeu de guitare épique, le second joue davantage sur les ambiances et les mélodies. Aux côtés d'une basse omniprésente, les guitares se font discrètes, tournant régulièrement vers le blues et offrant quelques intros imparables ("Killing Strangers", "Third Day of a Seven Day Binge", "Cupid Carries a Gun"). La tonalité générale est donc différente mais les deux comparses évoluent toutefois en terrain conquis à certaines occasions (le jeu de basse rappelant celui d'Eat Me, Drink Me ; "Deep Six", rappelant le jeu de guitare efficace et lourd de John 5 ; "Odds of Even", qui n'aurait pas dénoté sur Holy Wood).
Malgré un peu d'ennui et quelques longueurs ("Birds of Hell Awaiting", "Warship My Wreck"), Manson réussit un joli coup, notamment grâce à quelques passages bien sentis ("Killing Strangers" – "We got guns, we got guns, motherfuckers better run" –, le refrain de "The Mephistopheles of Los Angeles", l'entêtante "Cupid Carries a Gun"). Tyler Bates a plus que fait son job, évinçant par la même occasion un Twiggy Ramirez dont les talents de composition semblent être restés dans le 20ème siècle. Alors que je n'attendais plus rien de Marilyn Manson en 2015, tout en continuant à suivre le groupe, je me suis trouvé charmé après une écoute. La surprise s'érodera peut-être au fil du temps, mais elle fut bonne.

À écouter : "The Mephistopheles of Los Angeles", "Cupid Carries a Gun", "Odds of Even".

Voir la suite
Ses prochains concerts
Aucun concert à afficher
Vu en concerts
Baptiste08 n'a pas encore ajouté de groupes vu en concert.