Obituary, Exodus, Prong, King Parrot le 23/10/16 Rennes (L'Etage)

Deuxième soirée Metal concoctée en ce mois d'octobre sur Rennes par Garmonbozia, tout juste accolée au lendemain de la très belle affiche Behemoth, Secrets Of The Moon et Mgla. Au revoir Black Metal et bienvenue à une affiche d'avantage orientée Death Metal avec l'un des fondateurs du genre : Obituary.

Des quatre groupes présents ce soir, King Parrot est le plus récent, mais n'est absolument pas novice en manière de brutalité et de sévices. Leur mélange de Grindcore, Thrash et Death Metal est joué sans retenue, de manière primaire et bestiale. Constamment à la recherche du public, le chanteur invective, crache, hurle comme un damné et chacun de ses mouvements est imprévisible. Les gobelets de bières volent, les curieux des premiers rangs se sont reculés, laissant les plus courageux se débattre devant le frontman. La tête du bassiste aux yeux révulsés n'a pas de prix et tout le groupe donne tout ce qu'il a pendant un bonne demi heure. C'est joué avec une hargne Punk, en mode totalement rien à foutre, avec des vieux ralentissement Sludge bien dégueux. On ne s'attendait clairement pas à ça. Une très bonne surprise !

La suite est beaucoup, beaucoup plus polissonne avec l'arrivée de Prong. Le trio délivre un Metal Alternatif vaguement Indus et très (mais alors très) légèrement Thrashisé qui peine tout de suite à convaincre une partie du public. Les riffs semblent bien inoffensifs, la batterie est calée en mid tempo et les titres se déroulent sans répercussion. C'est gentil, un peu énergique, ça sent presque le Néo Metal 90's pour le plaisir de certains, mais surtout pas mal décevant dans le déroulé des titres (issus des derniers albums et de notamment X-No Absolutes) et dans l’exécution sur scène qui fait très (trop?) produite / groupe de Metal US basique. Seul les deux derniers morceaux Whose Fist Is This Anyway?, Snap Your Fingers, Snap Your Neck feront bien plaisir aux anciens et sortent du lot. Mais pas de quoi se relever la nuit malheureusement.

On reprend une bonne dose de testostérone avec les vétérans d'Exodus. C'est presque sans surprise qu'on peut encore une fois annoncer que les américains vont délivrer un set intense de plus d'une heure porté par un Thrash Metal sans faille. C'est à la fois le cas dans la fosse ou le public s'est d'avantage massé devant la scène et réagit tout de suite aux exclamations de Steve Souza, sans doute aidé par les t-shirts (Fuck Isis et hommage à Charlie Hebdo) portés par Kragen Lum et Lee Altus, mais également sur scène où les musiciens ont véritablement de l'énergie à revendre. Tout est impeccable dans l'exécution, les soli rendent à merveille et c'est nettement au dessus en terme de sonorisation que pour Prong. Les titres défilent. Les récents passent bien l'épreuve du live, le morceau War Is My Shepherd est un moment marquant dans le set porté par le bref discours de  Steve. Quelques vieilles compositions issues du culte Bonded By Blood ont également et logiquement plus d'impact sur le public gonflé à bloc. En fait, si on aime Exodus à la base, difficile d'être déçu par ce concert qui avait tout pour ravir les fans.

On pourrait aussi partir du même constat pour Obituary. Pas d'ouverture sur Redneck Stomp, dommage. C'est Internal Bleeding qui ouvre le bal. Ca va, on ne va pas se plaindre. Tout de suite on comprend pourquoi les mecs sont encore là. Les riffs sont secs et gras, les hurlements de John Tardy toujours aussi méchants, la section rythmique s'impose en lourdeur. Dans le genre old school, Obituary a encore de très beaux restes, surtout quand ils axent leur set sur leurs deux premiers albums, cultes, que sont Slowly We Rot et Cause Of Death. Le groupe parle peu entre les titres et enchaîne les torpilles casse-nuque : Chopped In Half, Intoxicated, Deadly Intentions, Bloodsoaked, Find The Arise, jusqu'aux monstrueux rappels 'Til Death et Slowly We Rot. Une bonne heure de set qui est passé à toute vitesse, les américains sont allés à l'essentiel et ont joué une très grande partie de leurs meilleurs titres. De quoi être largement satisfait donc.

Pentacle (Novembre 2016)

Merci à Garmonbozia pour l'accréditation.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment