Albums du moment
Pochette Fallow
Pochette Material Control
Pochette Eroded Corridors Of Unbeing Pochette The Dusk In Us
Découverte
Pochette Démo

Carpenter Brut Motocultor 2016

Une fois n'est pas coutume, l'interview de Carpenter Brut commence par renverser les rôles, et c'est le musicien qui nous pose la première question.

Je sais pas si je confonds pas avec un autre webzine, mais Metalorgie, c'est pas vous qui avez fait une news sur Carpenter Brut y a pas longtemps ?

Si, on a relayé tes dates de concerts.

Alors si tu veux refaire une news... C'est pas sûr du tout, en fait, je sais pas si on peut l'annoncer... Mais en principe on va peut-être faire six dates avec Ghost aux Etats-Unis.

Bravo ! Et pas de dates en France ?

Eh non, c'est une tournée américaine seulement.

Comment ça s'est goupillé ?

C'est compliqué. On a reçu un message du management de Ghost : "Ouais, est-ce que ça vous intéresse ?", nous on avait toute la tournée européenne de bouclée, et ça logeait vraiment dans le dernier trou qu'on avait. Je suis super content parce qu'en plus je suis ultra fan de Ghost ! Mais bon, je parle, je parle, je suppose que vous avez des vraies questions ?

La première est un peu classique, mais est-ce que tu peux nous dire comment tu es arrivé à former Carpenter Brut ?


Bah écoute, j'en avais un peu marre de... enfin, pas de jouer dans des groupes de Metal, mais du Metal en général en gros. Je n'étais pas musicien avant, mais à force de dire aux groupes que j'enregistrais avant "fais ci, fais ça", je me suis dit "je vais essayer moi-même". Et puis on commençait à entendre parler de Kavinsky, j'étais déjà fan de Justice, et je me disais "putain, ce serait énorme si Justice c'était un peu plus Metal" quoi ! Je me suis dis "bon écoute... je vais le faire !".



Ca s'est fait au moment de la sortie du film Drive ?

Bizarrement, ouais. Il y avait ce morceau de Kavinsky (NDLR : Nightcall) qui tournait et je ne connaissais pas à l'époque. Mais Kavinsky ça existe depuis longtemps par contre. Donc voilà, c'est parti de là, de l'envie de mélanger les genres que j'aime bien. J'ai dû tout apprendre, parce que l'Electro j'y connaissais rien, j'avais juste vu quelques trucs sur YouTube, je connaissais le matériel d'enregistrement, les synthés, etc, mais c'était juste théorique. C'est une science très différente du Metal, l'Electro. Les mecs se permettent de faire le même beat pendant 32 mesures, si tu fais ça en Metal tu te fais défoncer ! Faut apprendre ces codes. Et à un moment je me suis dit que ces codes j'arrivais pas à les choper, mais que je m'en battais les couilles et que je voulais faire mes morceaux quand même. Et ça a donné Carpenter Brut.

Tu as commencé avec quel matos ?

J'étais habitué à Cubase mais on m'a dit qu'il valait mieux que je me mette à Ableton Live, que c'était plus adapté. Il a fallu que j'apprenne un nouveau logiciel du coup. J'ai commencé simplement. Les morceaux c'était de la merde ! (rires) Et quand j'ai commencé à gagner un peu d'argent avec Carpenter Brut, j'ai acheté de vrais synthés. Mais pour composer je les utilise pas, tu passes trop de temps à chercher un son sur un synthés... En live, je les utilise, mais en studio, je prends un plug et quand tu réouvres tes sessions d'enregistrement six mois après t'as encore le même son.

Si tu ne composes pas au synthé, tu utilises peut-être une guitare ?

Ah pas du tout. Je ne suis pas guitariste. J'ai une guitare, pour des "gniiii gniiiiiiii", des petites notes de merde... Mais je ne suis pas guitariste. Tu vois, je suis gaucher et c'est une guitare de droitier que j'ai... Je ne sais jouer que du synthé et un peu de batterie, même si je suis nul aussi à la batterie, je m'en sors mieux qu'à la guitare.

Le terme "Synthwave" est à la mode ces temps-ci, qu'est-ce que ça t'évoque, à toi ?

Bah, toi, t'es un webzine axé Metal ou Hard-Rock ? Tu vois, au final on s'en branle. Synthwave c'est un mot que j'ai connu après avoir déjà sorti mes deux premiers EPs, donc ça ne m'a pas influencé, je me suis pas dit "d'accord, je vais faire de la Synthwave". Bon j'étais sûr que c'était pas de la Country... Mais bon, les étiquettes, ça situe vaguement un contexte pour les gens qui te découvrent, mais ça va pas plus loin je pense.

J'ai recontré James Kent (Perturbator) il y a quelques temps et on avait parlé de jeux vidéo, de films comme Akira ou Blade Runner par exemple... Vous avez le même genres d'influences ?

On a tous les deux aimé Blade Runner. Après quand je dis que je pourrais être son père je déconne presque pas, il a 22/23 ans, donc lui c'est des références qu'il a eu avec ses parents qui étaient critiques musicaux, alors que moi ce sont des références que j'ai parce que j'ai grandi avec. Du coup, je ne peux pas vraiment te dire ce qu'on partage en commun, parce que c'est pas comme si c'était un pote d'école avec qui j'avais grandi.

J'ai l'impression qu'il a une culture énorme...


Ah oui, moi j'avais pas sa culture à 23 ans, ça c'est certain !

Rien à voir, mais tu as une façon de composer qui est assez percutante, je trouve.

En fait je ne me mets pas de barrière mais je me mets un objectif. Il faut que ce soit... Attend, écoute, y a un groupe qui s'appelle AC/DC, et eux, toutes leurs rythmiques c'est "poum-tchak". T'en as rien à branler si tu connais le morceau ou pas, t'es toujours pris dans ce truc. Et c'est aussi le principe de l'Electro, les mecs ils t'emmènent avec un beat qui est lié à la pulsation de ton cœur. C'est pour ça qu'en Electro tu as beaucoup de mouvements musicaux qui sont à 111 bpm, à 127 bpm, parce qu'en fonction de la vitesse ton cœur prend le même rythme, surtout si t'es un peu "sous produits" tu vois... Enfin, du coup je compose sans barrière mais avec cet impératif : être tout le temps efficace. Après, ce que je mets dedans, c'est en fonction de l'humeur !

C'est lié à une sorte de transe ce que peuvent ressentir les personnes en concerts, notamment ceux Electro.


Je prends toujours une image, pour les concerts : le public ça va être l'assiette de frites au Flunch, sous une lumière rouge. J'ai envie de voir... ce que j'ai jamais vu en Metal, pourtant, alors que c'est une musique assez violente, mais j'ai jamais vu des gens péter des câbles. J'ai jamais vu les gens partir en transe. Et en Electro... En fait je veux voir à quel moment l'être humain il pète un câble, tu vois ? Et on a fait deux-trois dates où ça a été à la limite, avec des meufs qui montent sur scène pour montrer leurs nichons, est-ce que ça va finir en partouze ou pas, c'est une sorte d'expérience sociologique... Parce que la musique c'est quand même quelque chose qui est viscéral. On passe notre temps à expliquer ce qu'on fait, mais dans l'absolu, on devrait pas le faire. C'est ça qui est intéressant : pourquoi y a des musiques qui te font pleurer ? Pourquoi à chaque fois que tu mets Anathema ou My Dying Bride ça fait *gneeeuuu* (il fait semblant de pleurer) et puis pourquoi quand tu mets du AC/DC c'est de suite plus joyeux, et pourquoi Meshuggah ça donne envie d'arracher des cerveaux ? Je me suis rendu compte que dans le Metal, y a des groupes qui essayent d'être violents, mais qui au final ne déclenchent rien. Je suis allé voir Mgla à Nantes et j'avais l'impression que ces mecs sont passés au niveau au-dessus du Black Metal. Ils ont amené un truc dans leur son qui fait que c'est "wooow", quoi. Y a une atmosphère... Pas forcément musicalement, y a une ambiance globale, c'était génial. Comme Kickback aussi, ça c'est de la vraie attitude. Je peux pas dire que je les déteste, parce qu'on sent bien que c'est des fakers, mais ça leur donne un sens du spectacle génial. Ils sont carrément dangereux quoi, c'est ça qui est génial. Ou un groupe de Black Metal qui va essayer de te faire peur avec des têtes de porcs sur scène, ou des flammes, c'est cool pour le show, mais t'as pas vraiment peur... Alors que Kickback, mon pote, c'est pas la même hein.



T'as des morceaux, Anarchy Road et The Good Old Call sur lesquels on trouve du chant dessus. Avec qui tu as bossé sur ces morceaux-là ?


Des potes. L'ancien batteur d'Appollonia, qui chante sur The Good Old Call, et sur Anarchy Road c'est un autre pote à moi qui chante dans un autre groupe, à qui j'ai proposé de faire du chant pour moi. Après pour le prochain album, j'essaye de voir avec... Bon, évidemment, j'ai contacté Papa Emeritus, qui m'a gentiment répondu que c'était chaud, donc je pense qu'il a pas le temps et je ne lui en veux absolument pas hein... Ca tu le mets pas dans l'interview hein ! (rires) Par contre, j'ai contacté le mec d'anciennement Beastmilk, maintenant c'est Grave Pleasures, Kvohst. On a fait des petits essais déjà sur un morceau. Et puis j'ai peut-être une possibilité avec le mec d'Ulver aussi. Ca sera peut-être des featurings sur le prochain, ou pas, en fonction de comment ça se passe.

Et des voix féminines ? C'est peut-être moins ce que tu recherches ?

Non, non, j'adore les chants féminins, c'est pas le problème. Le problème c'est qu'il faut faire une chanson qui... Moi je suis un mec, et... C'est pas une question de féminisme, mais je pense pas avoir la sensibilité nécessaire pour créer une chanson qui puisse coller avec une voix de femme. Pour une femme qui chante, j'aurais envie de faire un morceau hyper beau, et je suis pas sûr d'en être capable. Mais ceci-dit, y a une meuf qui s'appelle Katherine, dans la scène Synthwave, je crois qu'elle est grecque, et avec elle ça me plairait bien de tenter. Mais tu vois, vraiment, pour un morceau à la Flashdance et tout... Alors que avec le mec d'Ulver, je fais quoi, je vais pas faire du Ulver, j'ai pas le niveau. Mais je peux faire d'autres choses. Un morceau Pop 80's, ça serait pas mal, ou un morceau dans le genre du duo qu'il avait fait la chanteuse de The Gathering... Voilà, il y a des opportunités qui peuvent se faire. Je suis pas foncièrement fan du chant, mais le problème de l'instrumental c'est qu'il arrive tôt ou tard un moment où y a des trucs que tu peux pas faire passer sans chant. Et puis y a des riffs, ils ont beau être tout cons, ils sont justifiés si y a un bon chant dessus. Si y a pas de chanteur et que tu fais que le riff, bah il se passe plus rien quoi. Je pense à des moments sur le dernier Comeback Kid par exemple...

Donc, tu parlais d'un prochain album...

Je vais sortir un live en fin d'année et ensuite je vais plancher sur l'album pour qu'il sorte au mieux fin 2017 et sinon courant 2018. Mais j'ai beaucoup de dates et y a plein de trucs qui se préparent pour 2017, on va essayer de tourner en Europe et aux Etats-Unis.

Ca ne te met pas trop la pression ?

J'ai vachement la pression pour l'album, ouais. Mais pas parce que j'ai peur que ça ne plaise pas. C'est surtout parce que j'ai peur de ne pas faire mieux. Après les gens ils aiment ou ils aiment pas...

Et la pression sur les tournées, à l'étranger ?

C'est toujours une nouveauté, quoi. Et puis y a des trucs à la con... Genre tu vas aux Etats-Unis, ils sont en 110 volts et nous on est en 220, donc faut réfléchir à tout ce bordel. Là on est en train de faire des trucs pour des visas, c'est n'importe quoi, ils me demandent si j'ai déjà fait du trafic d'enfants, c'est hallucinant. Donc c'est cette pression-là que j'ai, c'est pas de savoir si les gens vont venir ou s'ils vont kiffer, ça c'est plus de mon ressort. La pression c'est que tout se passe bien. Là on va faire Kiev, Helsinki, Saint-Pétersbourg et là-bas aussi on a la pression, faut qu'on prenne l'avion, puis le train, on fait de la location de matos, c'est pas le même matos tous les soirs, la pression elle est là, sur l'orga.

Le live que tu vas sortir, il est déjà enregistré ?

Oui oui. On l'a enregistré à Midwich, pendant le bal de promo de Karine (rires). Je ne te dirais pas où exactement il a été enregistré, juste que c'était à Midwich.

Ce sera seulement audio, ou vidéo aussi ?


Pas de vidéo, non, pour des raisons de droit à l'image. C'est tout un bordel et j'avais pas envie de me lancer là-dedans. Et puis les deux lives de Justice il n'y a pas de vidéo, pour faire original je vais faire comme eux !

C'est No Quarter qui avait édité Trilogy. Est-ce que Blood Music t'ont contacté ?

Oui. Je pense qu'ils seraient très contents de me signer, ouais. Sauf que No Quarter, c'est mon label, je le gère avec ma chérie, on signe pas d'autres groupes pour le moment même si c'est pas impossible qu'on s'y mette un jour. Du coup pour Trilogy on s'était fait aider par Neuropa qui est le label d'Ulver, qui fait des trucs pour Ulver, Amenra, etc, et qui sont hyper cools. Le live, on ne sait pas encore si on va le sortir juste sur No Quarter ou si on le fera encore avec Neuropa. Donc oui, j'ai eu quelques propositions de labels que j'ai refusées gentiment parce que j'ai envie de me démerder tout seul. Et puis des fois c'est drôle, t'as envie de leur dire "mais t'étais où toi quand je t'ai envoyé des démos il y a quelques années, pourquoi maintenant tu te réveilles ?" (rires)

C'est Fortifem qui a fait tes visuels ?


Fortifem ils ont fait tous mes visuels depuis le premier jour. En fait la pochette des trois EPs ce sont des photos, mais ils ont créé le logo, les t-shirts, la pochette de Trilogy, et là ils vont faire la pochette du live. On va aussi ressortir Trilogy en vinyle avec une troisième pochette et ils la feront aussi. En fait on s'amuse à faire vieillir la nature morte qu'on voit sur la pochette. La troisième sera encore plus défoncée que la deuxième, qui est elle-même plus défoncée que la première. Si je fais dix repressages à la fin y aura plus rien, ce sera tout noir, à la Metallica ! (rires)



Comment t'en est arrivé à bosser avec eux ?

C'est une copine à nous qui les connaissait, une copine à ma meuf, elle me les a présentés comme étant des graphistes et moi je leur ai dit "ouais est-ce que ça vous intéresse, je suis personne". A l'époque ils avaient déjà un peu un nom, mais depuis ils ont explosé, ils bossent avec Opeth et Gojira...

Tu as aussi planché sur la B.O. du jeu Furi.


Ouais ! En fait je crois que je fais que des musiques que pour les jeux chiants et difficiles, parce que Hotline Miami c'est pareil ! C'est pas ma faute, je sais pas, ça doit bien coller au truc !

Du coup, c'est un plaisir pour toi de faire des musiques pour des jeux hardcore ?


Écoute, ce qui est génial, c'est de se dire qu'il y a des mecs qui vont écouter ma musique pendant une heure sur le même niveau ! (rires) Après je pense que je vais prendre une pause pour me concentrer sur mon album. Si on me propose à nouveau un truc du genre, je pense que je dirais non, j'ai pas envie d'être le mec qui fait que des musiques de jeux et qui est connu pour ça... Tu vois, quand AdopteUnMec ils ont pris Le Perv pour leur pub, il y a des mecs ils se sont dit "ouais mais c'est une honte de prendre une musique de Hotline Miami pour une pub !".

Les geeks sont un peu cons, aussi, des fois...

Des fois ? (rires)

Le travail de composition, c'était une autre approche ?

Pour Hotline Miami, ils ont pris mes morceaux tels quels, ils existaient déjà. Pour Furi, j'ai composé exprès et il faut que tu fasses des boucles en fonction de ce que fait le bonhomme. Quand il change de zone t'as une nouvelle musique, ou selon l'état du perso, ou selon le boss parce que les boss ont plusieurs niveaux de puissance ou je sais pas quoi... Donc tu bosses que sur des boucles, et puis y a eu la décision de sortir une B.O. et donc il fallait faire des morceaux à partir des boucles.

Tu pouvais tester au fur et à mesure pour voir si ça allait ?


Non, je n'avais que des vidéos. Mais les mecs qui testaient me faisaient des retours, mais au final y a pas eu tant que ça d'aller-retours. C'est juste moi qui ne suis pas persuadé à 100% d'avoir fait un truc parfait quoi. Sur mes eps je creuse les idées à fond, mais là comme je n'ai pas bossé de la même manière, je ne suis pas sûr d'avoir fait ce que je pouvais faire de mieux.



Tu joues à des jeux vidéo ?


Je n'ai pas trop le temps. Mais je me suis pris Day Of The Tentacle, c'est un jeu que j'ai jamais eu le temps de finir sur Amiga. J'ai adoré The Last Of Us, pour moi c'est la perfection de ce que j'aime comme univers. Là j'ai joué à Uncharted 4. Le jeu est cool, mais surtout, quand je vois la qualité graphique, je me dis que The Last Of Us 2 ça va être génial. J'ai acheté le coffret 4 vinyles de la B.O. d'ailleurs.

Tu irais voir des concerts de musiques de jeux vidéo, comme ceux de Final Fantasy ?


Non, ça je n'irais pas, mais si le mec qui a fait la B.O. de The Last Of Us passe dans le coin, je serais tenté d'aller voir ça.

Tu ne fais pas de conventions du genre Japan Expo ?

Pas vraiment... J'en ai fait une à Tours l'année dernière. Bon c'est cool hein, y a des mecs déguisés, moi ça me fait marrer, les filles ont des petits shorts, c'est très bien. Mais non, je suis pas fan à ce point-là. Ah si, j'en avais fait une à Montréal aussi. Mais bon voilà, c'est marrant le cosplay, les mecs ils délirent... J'adore aussi le fait qu'il y ait toujours des gens pour se foutre de leur gueule ! Mais laissez-les faire ce qu'ils veulent, bordel. J'ai beaucoup d'admiration pour les gens qui s'éclatent, qui emmerdent le monde et qui s'amusent de leur côté. En ça, c'est toujours cool d'aller voir une Japan Expo, parce que les mecs ils sont dans leur monde.

Plus ou moins en lien avec ça du coup, le rapport entre ve type de musique, la pop culture etc... J'avais posé une question à James Kent par rapport au fait que beaucoup de metalleux s'intéressent à sa musique et à ta musique aussi du coup. Est-ce que ça te fais plaisir ? Comment tu l'expliques ?

Ouais ça me fait plaisir ! Et je crois qu'il y a une espèce de lassitude, un peu, dans le Metal... Et aussi que le monde de l'Electro, aux yeux des metalleux qui sont des gens assez ouverts (je le sais parce que je suis comme vous hein, j'écoute plein de trucs, en Metal et tout), bah t'en as un peu marre d'entendre toujours un mec qui gueule... Je sais pas, on a peut-être réussi à faire une espèce de lien avec un monde qu'ils connaissent pas vraiment, et qu'ils pourraient découvrir des mecs comme Gesaffelstein ou In Slaughter Natives, des trucs de Cold Meat Industry... Peut-être que c'est un mélange de ça, et puis, tu sais les metalleux il y en a beaucoup qui ont la trentaine maintenant. C'est un courant récent le Metal, moi je suis né en même temps que Metallica ou Pantera. Je me souviens quand le premier Meshuggah est sorti, c'était une tuerie jamais vue. Et en Metal je pense qu'il n'y a plus d'album comme ça, qui sort et qui casse tout. Enfin, de ce que j'écoute, après j'écoute pas tout.

Y a tellement de groupes que c'est peut-être difficile de faire la part des choses...


La scène est ultra-blindée, c'est vrai. C'est pour ça que t'as toujours 160 groupes au Hellfest. La scène est ultra-grande et il y en a pour tous les goûts. Pour répondre à ta question, il y a tellement de styles différents au sein du Metal... Tu vois moi Dragonforce ça me fait délirer. Je pense qu'en majorité on est comme ça, on ne va pas dire "ouais c'est de la merde", on aime bien le Metal en général. Et comme on arrive avec des thématiques un peu Metal, un peu sombre, que c'est pas comme le reste de l'Electro avec des couleurs fluos... Bah ça marche peut-être pour ça.

Pour la dernière question vu qu'on est un peu à la boure, je voulais aussi savoir si ça t'intéressait de faire des reprises ? 


On a déjà fait Maniac de Flashdance. Et là il y en a une qu'on aimerait bien faire, je pense qu'on la fera quand on jouera dans des trucs vraiment typés Metal, c'est Scratch The Surface de Sick Of It All. Je sais pas du tout ce que ça va rendre par contre ! Mais ce morceau-là il déchire tellement le gueule que j'aimerai bien le jouer. Mais après les reprises c'est pas vraiment le propos quoi, mais de temps en temps je me dis, pour les mecs qui te connaissent pas, tu balances un petit Scratch The Surface... (rires)

Metalorgie Team (Décembre 2017)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment