Steve Tucker (Morbid Angel) par téléphone, novembre 2017

"Celtic Frost est un groupe qui m'a brisé le cœur."

Morbid Angel est décidément un groupe à l'existence tumultueuse. Après avoir sorti en 2011 un album honni et moqué par la quasi-intégralité de la scène metal extrême (sur le label français Season of Mist, cocorico), le line-up est évincé, laissant Trey Azagthoth seul pour reconstruire le groupe en 2015. Peu de temps après, le retour du vocaliste / bassiste et compositeur Steve Tucker est annoncé, nouvelle accueillie avec joie par une partie des fans, Steve ayant participé à l'écriture de superbes albums avec Morbid Angel, les plus notoires étant Formulas Fatal to The Flesh et Gateways to Annihilation. Les voici donc de retour avec un nouvel album, résolument plus agressif que son prédécesseur, l'occasion idéale pour en discuter avec Steve. Et non, désolé, nous ne savons toujours pas comment ils ont pu annuler deux tournées européennes d'affilée pour des raisons aussi foireuses !




A ton avis, pourquoi Trey voulait-il que tu reviennes dans Morbid Angel ?

Je ne sais pas, il faudrait lui demander. Mon opinion est qu'il voulait que le prochain Morbid Angel soit très lourd, que la musique et le chant soient plus agressifs. Je crois aussi qu'il voulait à nouveau travailler avec moi et qu'il savait ce qui devait être fait avec les titres qu'il avait écrit. Il a toujours apprécié l'apport que je donnais à ses chansons. Les thèmes abordés et les paroles qui sont aussi très importants pour Trey et mes idées et les siennes vont toujours très bien ensembles. 

Quand tu es revenu dans le groupe, tu as clairement déclaré que Kingdoms Disdained marquerait un retour au Death Metal. Est-ce que tu penses que c'est la nature authentique de Morbid Angel ?

Je considère vraiment que c'est l'essence de Morbid Angel. Trey considère peut-être les choses d'une manière un peu différente, étant un membre fondateur. Avant même que le terme Death Metal existe, Trey jouait déjà dans Morbid Angel. Le genre s'est crée spontanément à partir de groupes qui jouaient ce genre de musique. En ce qui me concerne, je suis très à l'aise avec l'étiquette Death Metal, c'est une forme de musique que j'embrasse complètement. Morbid Angel est, avec d'autres groupes, l'âme du genre. Quand quelqu'un qui ne connaît rien au Death Metal veut découvrir ce style, quelqu'un qui s'y connaît va lui dire d'écouter Morbid Angel, Cannibal Corpse, Deicide... Donc oui, pour moi, Morbid Angel et Death Metal vont clairement ensemble.

Quel était votre objectif avec Trey sur cet album, si vous en aviez un, en considérant ce que vous aviez déjà fait avec Morbid Angel ?

Un objectif ? Je ne sais pas si c'est pertinent de parler d'un "objectif". C'est une de ces choses où l'on savait exactement ce qui devait être fait. Tu écris un album, tu sors un album et tu fais une tournée pour promouvoir cet album ou je ne sais quoi d'autre. Promouvoir l'album est quelque chose que tu es obligé de faire par rapport au label, mais pour nous, le plus important est de faire des concerts. Je veux dire, c'est pour ça que je joue de la musique. Je joue d'un instrument pour jouer de la musique sur scène. Je veux juste sortir de chez moi et faire des concerts. C'est sympa d'écrire des chansons de son côté, mais mon désir profond est de jouer ces chansons devant un public et d'interpréter ces titres aussi parfaitement que possible humainement. Toutes ces choses sont mes objectifs. Mon but principal est de jouer un concert parfait, mec : ne pas rater la moindre note, mot ou respiration et que tout cela se fasse naturellement. Et honnêtement, c'est un objectif que je n'ai pas encore atteint aujourd'hui ! (rires) Et je ne sais pas si je vais y arriver un jour parce qu'il se passe tellement de choses sur scène... Je peux être au milieu d'une phrase, un type donne un coup sur mon micro, et voilà, je ne finirai pas cette phrase ou ce couplet. Il se passe toujours quelque chose d'imprévu sur scène et c'est justement l'une des raisons qui rend ça intéressant. Tu dois faire des ajustements quand tu es en plein dedans. Ca en devient presque... Un sport en fait. Tu t'entraînes encore et toujours, mais quand tu es dans le match, tu dois penser dans l'instant et réagir rapidement. Et bien, c'est exactement la même chose quand tu joues de la musique sur scène. Tu dois être capable de t'ajuster alors que la chanson se déroule et maintenir les choses en ordre pour donner l'impression que c'est parfait.

Comment cet album s'est-il écrit, dans un studio ou chacun de votre côté ?

C'était une combinaison des deux méthodes. Trey et moi vivons à peu près à 1000 kilomètres l'un de l'autre. Pour qu'on se voit en personne, je dois prendre l'avion ou lui doit en faire de même. Mais ce n'est vraiment pas nécessaire avec la technologie actuelle. Nous avons l'internet haut débit, nous avons tous les deux des ordinateurs qui permettent d'enregistrer des démos et on sait aussi comment programmer une batterie sur un logiciel. La majorité de l'album a été faite de cette manière, en faisant des démos en home-studio. Et à un certain moment, nous avons commencé les répétitions en trio avec Trey et Scottie. C'est là que nous avons ressenti que l'album avait besoin de plus de chansons. Nous en avions sept ou huit, mais ce n'était pas assez. L'album avait besoin de plus de diversité. Du coup, nous avons écrit trois morceaux en studio de répétition. J'ai écrit deux chansons avec Scottie, lui à la batterie et moi à la guitare. Et ensuite, nous les avons montrées à Trey pour que chacun puisse donner son avis. Donc tout le monde a travaillé sur ces chansons, c'est juste que j'ai été le principal compositeur sur deux d'entre elles et de toute façon, je demande toujours l'avis de Trey dessus. Trey a également écrit une chanson avec Scottie dans le studio de répétition. Donc trois chansons ont été écrites ensembles en jam, et le reste chez nous en se basant sur des démos, chacun de son côté. J'ai écrit toutes les paroles, et certaines pendant que Trey travaillait sur ses parties de guitare en studio. Donc chaque titre a eu un processus de développement bien spécifique. Mais je suis très satisfait, je crois qu'il y a une bonne cohérence musicale sur cet album. 

Quelles sont les chansons qui ont été écrites en jam ?

Honnêtement, je ne m'en souviens plus. Je vais regarder la tracklist et te dire, je n'ai pas pensé à ça depuis qu'on a travaillé et enregistré ces morceaux. La dernière, Fall Of Idols, a été écrite par Trey en studio de répétition. Je crois qu'il a aussi fait For No Master. From The Hand Of Kings a aussi été écrite de cette façon.


Steve avec Trey, et une grosse voiture.

Récemment, nous apprenions le décès de Martin Ain de Celtic Frost. Est-ce que ce groupe a été, ou est toujours, une influence pour Morbid Angel ?

Ce genre de question est très personnel, je ne voudrais pas me prononcer à la place de Trey sur ses influences. Les groupes influencent les gens de manière très personnelles. En ce qui me concerne mec, Celtic Frost a été à la fois un groupe complètement novateur et aussi un groupe qui m'a brisé le coeur. C'est assez ironique. Mais je dois d'abord dire que Martin était incroyable, un mec super. Son décès est une tragédie. C'est dingue, j'ai l'impression qu'à chaque fois que j'ouvre mes mails, je reçois des trucs sur des personnes qui viennent de mourir. Ca vient avec le temps et l'âge et ça doit nous arriver à tous... Mais moi, quand j'ai entendu Celtic Frost pour la première fois, c'était un des trucs les plus extra-terrestres (ndlr : Steve utilise ici le mot "alien") que j'avais jamais écouté dans ma vie. Et j'ai adoré, tout ce qui avait attrait à Celtic Frost... Je ne sais pas comment le dire : leur énergie, leur nature, leurs concerts aux US, tout ! C'était un groupe extra-terrestre et excellent. Et ensuite est venu Cold Lake et leur clip Cherry Orchards. Je me souviens avoir attendu la première diffusion de ce clip sur MTV, quand il y avait encore Headbanger's Ball. J'étais un gosse de 14 ans et quand t'étais un vrai metalleux, tu devais te taper trois heures de clips de musique de merde, de Pop Metal, pour finalement pouvoir regarder un clip trop cool. Tu devais attendre tout ce temps pour voir une vidéo de Kreator, ou de Celtic Frost. Quand cette vidéo est passée à la télé, j'avais invité mes potes chez moi pour qu'on voit ça ensemble, tu vois ? Ca été un des moments les plus décevants de ma vie. Mais je ne leur en veux pas. C'est comme ça, c'était une autre époque et pour être honnête je n'ai que du respect pour toutes les personnes qui se sont impliquées dans le groupe. Je veux dire, Tom est un génie. Donc j'adore ces gars, mais je dois vraiment dire qu'ils m'ont aussi brisé le coeur. Voilà, ça, c'est mon histoire sans faux semblants avec Celtic Frost. Ils ont influencé plus ou moins tous les aspects de mon approche en quelque sorte. C'était tellement unique que je suis devenu accroc à cette musique. Puis ils ont changé, mais ça, c'est la vie ! Je pense que tout ce qu'ils ont fait ensuite a largement rattrapé cette bévue, même chose pour tout ce que Tom a fait ensuite. 

Puisque tu parles d'influences... Gojira vous ont ouvertement reconnu comme une de leurs influences principales. Est-ce que tu reconnais au moins en partie la patte de Morbid Angel dans Gojira ?

Je connais les gars de Gojira, je les ai rencontré de nombreuses fois avant même qu'ils aient été signés sur un label. Ils nous filaient tout ce qu'ils avaient, toutes leurs démos, avant même qu'ils prennent le nom de Gojira, quand ils s'appelaient Godzilla. Ils filaient leurs démos à quiconque les acceptait. Ils étaient vraiment sympas, de vrais fans qui nous manifestaient leur enthousiasme. De fait, j'identifie précisément certains éléments de notre musique dans ce qu'ils font, le plus évident étant probablement sur Gateways To Annihilation. Mais, soyons clair là-dessus : selon moi, ce n'est pas du plagiat. Ca semble vraiment être une influence légitime. S'ils ont effectivement pris des éléments, ils les ont complètement changés. Je pense que leur façon d'utiliser les guitares peut être considérée comme une réminiscence de Gateways To Annihilation. Mais ce que fait leur batteur est différent et ce qu'ils font avec la voix est différent aussi. Ils ont fait ce que font beaucoup de grands musiciens selon moi : ils ont exploité une influence. Mais ils ne l'ont en aucun cas volée, tu vois ce que je veux dire ? Maintenant, ils sont devenus un groupe que tout le monde connaît et apprécie, ils ne sont plus considérés comme les plus extrêmes. Mais je trouve qu'ils n'ont pas tant changé leur recette par rapport à ce qu'ils faisaient à leurs débuts. Ils ont toujours joué de cette façon, c'est leur signature, et personnellement, je trouve que ça tue. Par contre, je ne considère pas ça comme du Death Metal. Je pense qu'ils ont juste pris beaucoup d'éléments différents pour faire leur propre musique. Et je suis un fan de Gojira, depuis les premières démos en 1998 si je ne me trompe pas. Ces démos étaient excellentes, mec, ce mélange bizarre de Death Metal et de Pantera, tu vois ce que je veux dire ? (rires)

Morbid Angel a toujours voulu aller de l'avant, essayer de nouvelles choses et apporter une vision musicale personnelle. Que penses-tu de la tendance actuelle à glorifier et répéter le passé dans le Metal ? Comment se place Morbid Angel dans ce contexte avec Kingdoms Disdained ?

Je crois que quand il y a un retour en arrière comme ça, c'est tout simplement parce que cette musique était géniale. Maintenant, il y a cette résurgence de Thrash Metal à l'ancienne, avec des ados de 15 ans qui se mettent à ecouter Destruction, Kreator, Exodus, des groupes comme ça. Je pense vraiment que c'est parce que les créateurs de ces genres étaient excellents et originaux. Mais plus que tout, ces groupes écrivaient de bonnes chansons. D'une manière ou d'une autre, il y avait cette habilité à l'époque d'écrire de super titres. Ce n'était pas juste une histoire de riffs cools ou de rythmes ingénieux. Mais ça a changé. Aujourd'hui, tous les nouveaux groupes se concentrent trop sur les syncopes et le fait de trouver des rythmes élaborés et ils n'essayent rien en terme de mélodie. Enfin, parfois ils essayent avec la voix, mais c'est pas terrible. (rires) Les vieux groupes savaient écrire des chansons sans être influencés par des gens qui jouaient le même genre de musique avant eux. Ils étaient influencés par d'autres styles de musique, comme le Rock n' Roll. Ces musiciens de la scène Thrash, maintenant, ont la cinquantaine. Et ils étaient autant influencés par Alice Cooper que par Black Sabbath, Led Zeppelin ou Judas Priest. A un moment, ils ont eu envie de faire quelque chose de plus fou et extrême que ce qu'ils écoutaient. Mais ils voulaient aussi se poser des limites musicales, comme le format "chanson". Je crois qu'avec Morbid Angel, ça a toujours été le cas. Une des premières discussions que nous avons eu avec Trey en 1996, au moment où il m'avait abordé pour intégrer le groupe, Trey voulait écrire de bonnes chansons et que je comprenne qu'on ne se contente pas de jouer des plans juste parce qu'ils sont cools, ou que d'autres personnes pensent que c'est comme ça qu'on devrait jouer. Il voulait écrire de grandes chansons, dont l'arrangement pourrait être utilisé par un orchestre et que ça fonctionne parfaitement de cette façon. Honnêtement, j'avais exactement le même avis sur la musique. C'est un tout, peu importe le genre, à quelle point elle est extrême ou avec quels instruments elle est jouée. Une chanson devrait toujours du flow, avoir un rythme sur lequel tu peux taper du pied. Je ne veux pas avoir un discours tourné pour rabaisser d'autres genres musicaux, mais quand le Néo Metal est arrivé, la mélodie est passée au second plan, au profit du rythme, notamment pour avoir un côté tribal. Sepultura est un de ces groupes qui l'a fait et ça a commencé après Beneath The Remains, avec Arise. Les compos avaient une touche tribale, je suppose qu'ils ont puisé dans les rythmes sud-américains. C'est devenu plus rythmique à partir de là, au lieu d'être mélodique, y compris des mélodies sombres. En ce qui concerne, nous avons approché les chansons pour Kingdoms Disdained de la même façon que pour Gateways To Annihilation. Il s'agit d'écrire quelque chose qui te marque et te reste à l'esprit et plus tu l'écoutes, plus tu découvriras d'éléments. Nous voulons écrire de la musique qui a de la profondeur. Tu sais, tous ces riffs ne viennent jamais en se posant avec une guitare, la plupart viennent d'ailleurs. D'autres choses les inspirent. Par exemple, Trey va prendre sa guitare et va essayer de reproduire cette sensation. J'ai entendu tellement de riffs avec les années et je suis convaincu que Trey est une personne avec un profond puits d'originalité, très profond même. Ce mec a tellement de riffs et d'idées qui ont fait émerger des centaines d'idées à d'autres personnes. C'est vraiment un guitariste extrêmement original et ça vaut aussi pour lui en tant que personne ! (rires)


Après toutes ces années, j'ai tout de même l'impression que tes albums avec Morbid Angel sont sous-estimés, si on compare avec l'impact qu'ont eu les quatres premiers albums. Comment expliquerais-tu cela?

J'en sais rien mec et je vais te dire une chose : il y a plein de gens qui viennent me voir et qui me disent à quel point ils aiment ces albums, ou alors qu'ils ont vu Morbid Angel pour la première fois quand j'étais au chant. Je n'entends pas vraiment de personnes dire des choses négatives ou qui viennent me dire ce genre de choses. Ce que je vois et ce que l'opinion public pense est radicalement différent. De fait, quand j'ai rejoint Morbid Angel la première fois, nous avons joué pour énormement de monde et nous avons vendu beaucoup d'albums. Le groupe se portait très bien pendant ces années et certaines des choses les plus importantes pour Morbid Angel se sont passées quand j'étais dans le groupe. En général, j'entends des gens m'expliquer pourquoi Gateways To Annihilation est leur album préféré ou Formulas Fatal To The Flesh. De nos jours, tu as des gens qui écoutent du Death Metal depuis une trentaine d'années et tu as des gamins de 19 ans qui en écoutent depuis six ans. Et si tu veux mon avis, il y a un bon paquet de personnes qui apprécient beaucoup ce que j'ai fait avec Morbid Angel. Je crois que la première période du groupe et la seconde sont vraiment deux entités différentes et il y a juste une version qui est plus énervée que l'autre. 

As-tu écouté des choses ces derniers temps ?

Honnêtement, le seul truc que j'ai testé ces derniers temps, c'est le nouveau Cannibal Corpse. J'ai été très occupé à faire interview et promouvoir Kingdoms Disdained. Et quand je finis de faire ces choses, j'ai besoin de silence pour un petit moment. J'ai écouté un peu de musique aujourd'hui, et c'était du vieux Iron Maiden. Pendant encore un mois, je ne vais pas vraiment pouvoir écouter de musique. Je me rattraperai plus tard. 

Est-ce que ça t'intéresserait de jouer des albums en entier ?

Pourquoi pas, je sais que Morbid Angel l'a déjà fait avec Covenant. Si les gens le demandent, on pourrait le faire. De fait, je ne suis pas opposé à rien concernant Morbid Angel. Je fais partie du groupe et je m'y investis à fond, je savais très bien ce qui m'attendait en revenant. Je veux juste jouer des chansons de Morbid Angel. Si Trey vient vers moi et me demande de jouer la version demo de Blasphemy Of The Holy Ghost, je le ferai, car ça fait partie de l'héritage du groupe. C'est comme ça. S'il veut jouer God Of Emptiness, Where The Slime Lives ou Rapture, ma réponse sera la même : OK. Le problème est juste que nous avons beaucoup d'albums aujourd'hui et que nous devons faire un choix. Nous voulons aussi jouer les nouvelles chansons. Nous avons passé un an et demi à écrire cet album, donc nous avons envie de les jouer. Ca devient plus difficile chaque année de faire une setlist et de ne pas se retrouver à jouer trois heures et demi, ce qui serait presque impossible à faire physiquement avec ce genre de musique.

Neredude (Décembre 2017)

Interview par Neredude (Facebook)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment