James Kent (Perturbator, L'Enfant de La Forêt) Paris, 2017


"Quand j'ai vu le concert de Linkin Park sur les écrans du Hellfest, et que c'était à mon tour de jouer, je me sentais un peu plus légitime qu'eux !"

Depuis la sortie de The Uncanny Valley, plus rien n'arrête James "Perturbator" Kent : succès au Roadburn 2017, concert de clôture sur la Temple au Hellfest 2017, première partie de John Carpenter, sans oublier un excellent EP beaucoup plus sombre sorti la même année... Nous l'avons rencontré pour faire le bilan de cette actualité brûlante, sans oublier ses projets futurs, qui s'annoncent passionnants, et également discuter de son deuxième album à venir avec l'Enfant de la forêt, son projet ambiant / indus.



Ton nouvel EP New Model est bien plus agressif. En plus de ça, certaines chansons sont beaucoup moins axées sur les synthés, moins Synthwave en fait, notamment le single Tactical Precision Disarray que tu as sorti l'année dernière.


James Kent : En gros, pour New Model, j'ai voulu me délester des clichés de la scène Synthwave que je trouve beaucoup trop présents, par exemple sur internet, trop usés, dont l'usage est trop abusif par beaucoup de musiciens, sans vouloir pointer du doigt qui que ce soit. Du coup, je voulais faire un truc un peu plus brut. Et je voulais surtout me prouver que je pouvais faire du Perturbator sans m'attacher à cette thématique années 80. Perturbator, ça peut être de l'Electro / Indus ou quelque chose de très expérimental ou de l'Ambient... Avec New Model, je voulais faire un album qui reste du Perturbator, mais qui soit différent.

Donc cette nouvelle orientation était volontaire, ce n'était pas totalement spontané ?

Oui. Après, l'écriture est restée assez spontanée. Mais effectivement, quand j'étais face à ma page blanche, j'ai commencé à écrire avec cette idée en tête.

Sur cet ep, j'ai remarqué une certaine omniprésence du charley dans les rythmiques, ce qui m'a parfois fait penser à des instrus de Hip-Hop. Un de mes collègues chez Metalorgie a aussi pensé à la scène Techno de Détroit. Est-ce que tu confirmes que ce genre de musique aurait pu t'influencer sur New Model ?

Ouais, il y a un peu de tout. Vu que je me suis "forcé" à oublier les années 80, les soundtracks de John Carpenter etc, il a fallu que je trouve d'autres choses qui m'inspirent. Ca n'a pas été trop difficile vu que j'écoute aussi de la musique actuelle. En effet, il y a du Hip-Hop, je dirais même plus précisément la Trap Music, dans la première chanson par exemple ou dans les charley, oui. Il y a aussi la Techno de Détroit effectivement, ou la Techno berlinoise, des trucs comme ça, assez modernes, ou anciens... C'est un mélange de beaucoup de styles Electro dark que j'ai essayé d'assembler en faisant une espèce de vieille créature, un peu à la Frankenstein, sur chaque chanson. Je pense que cet EP est beaucoup plus axé sur les rythmes. Ce sont les kicks de batterie les plus aboutis que j'ai fait jusque-là. Donc c'était important pour moi d'avoir une batterie qui sonne presque organique parfois, ou trop froid et jouer sur ces nuances.

Justement, tu dis ne pas vouloir t'enfermer dans un cadre avec Perturbator, mais quand je regarde tes setlists, je vois qu'elles sont toujours vachement axées sur ton répertoire rapide et agressif. Pourtant, notamment sur The Uncanny Valley, tu as pas mal de chansons mid-tempo qui sont excellentes. Certes, tu t'es mis à jouer Venger mais il y en a d'autres comme Weapons For Children, The Uncanny Valley...

Le truc, c'est qu'en live, ça m'arrive relativement régulièrement de jouer pour des publics qui ne sont pas conquis, ou qui sont très fermés à l'Electro. Surtout quand on considère le fait qu'il y a beaucoup de metalleux qui viennent à mes concerts. Du coup, je me dis tout le temps qu'il faut que je leur mette une bonne claque dans la gueule, un truc vraiment surpuissant. Et c'est vrai qu'il y a des moments où, si j'avais plus de temps de set, ce je vais sans doute avoir à l'avenir... plus je ferai de concerts, plus les gens me connaîtront et plus je pourrai jouer longtemps. Si je joue deux heures, évidemment je jouerais plus de chansons calmes, des interludes, ce genre de choses... Mais pour l'instant, en une heure, une heure et quart de show, c'est important que le public soit essoufflé à la fin.

Quel est ton avis sur Blade Runner 2049 ? Est-ce que ça a confirmé ta lassitude pour les années 80 ?

C'est marrant que tu parles de ça, parce que dans une des scènes, t'as Jared Leto qui dit, après un moment de silence et un gros plan sur lui : "The new model" ! Et là, je me suis dit "Ah putain !!" Mais j'ai beaucoup aimé le film, je suis même surpris de l'avoir aimé. Blade Runner est mon film préféré de tous les temps et faire une suite, c'était vraiment risqué. Je pense que Denis Villeneuve a fait quelque chose de très personnel, il a fait son propre Blade Runner qui n'essaye pas d'être l'original, et ça, c'est quelque chose que je respecte. Ca se voit dès les premiers plans, dès l'ouverture du film. Ta nostalgie, tu la mets au placard. Là, c'est vraiment la suite de Blade Runner, c'est moderne, c'est sorti en 2017, c'est maintenant. J'ai donc beaucoup aimé le film, l'histoire, les thématiques et les questions qu'il pose. Le seul petit point noir que je mettrais, c'est sur la bande-son. Et je trouve ça dommage, parce que pour moi, Blade Runner implique une certaine subtilité musicale, et Hans Zimmer n'a pas vraiment réussi à retranscrire cette subtilité. Il y a quelques tracks que j'aime bien, notamment celle du climax à la fin, que j'adore. Mais c'est la seule track où c'est bien vu d'avoir mis des gros cuivres et des gros synthés. Il y a beaucoup de chansons où je me suis dit qu'il aurait dû faire quelque chose de beaucoup plus posé, plus élégant, plus subtil. Bon, tant pis !

Il paraît qu'il a recours à des ghost writers maintenant.

Si c'est vrai, c'est bien triste. Beaucoup de gens mettent Hans Zimmer sur un piédestal, mais en réalité, c'est loin d'être le meilleur compositeur d'OST de tous les temps, c'est juste qu'il est en vogue depuis quelques temps. En fait, ses mélodies sont très simples, très catchy, elles te collent à la tête. Je trouve ça dommage que... (rires) Nan, j'y crois pas ! Je n'arrive pas à croire que Hans Zimmer ait recours à des ghost writers, parce que ce qu'il fait est tellement simple et c'est son style. La simplicité et le fait que tout le monde aime. Interstellar, c'est la même chose. S'il en a, je suis vraiment déçu.

Le fait est qu'ils sont plusieurs à bosser dans le même studio, et que des gens comme Harry Gregson-Williams, qui y ont travaillé, ont un style qui ressemble beaucoup. Mais ce qui met la puce à l'oreille, c'est aussi son rythme de composition : il enchaîne les OST comme une usine !

Ouais, tu peux te demander comme il arrive à le faire...

Et du coup, tu aimais les musiques de Johan Johannsson, le compositeur évincé de Blade Runner 2049 ?

Oui, j'aime bien. Et encore, je trouve qu'il y a beaucoup de musiciens, dans le monde de la musique électronique, qui auraient pu faire quelque chose d'innovant. Je veux dire, quand Blade Runner est sorti, j'étais pas né. Mais je crois qu'on peut tous dire que ce qu'a fait Vangelis était "alien", c'était des territoires inconnus à l'époque, et ça rajoutait beaucoup à la mystique du film. Quand les gens regardaient le film, la musique était tellement d'un autre monde pour eux... Et je pense qu'il aurait fallu un projet de ce type pour 2049, un Boards Of Canada, un Flying Lotus, un Lorn, un truc non conventionnel. Je pense que ça aurait marché.

C'est une histoire de goûts, mais je pense que ça aurait pu le faire avec Johan Johannsson !

Ouais, c'est ça aurait pu marcher aussi, carrément. C'est triste ce qui lui est arrivé.

Du coup, tu n'as pas trouvé que Blade Runner 2049 tapait trop dans la nostalgie des années 80 ?

C'est pas du pastiche. L'univers de Blade Runner est ancré dans le rétro-futurisme, un peu comme l'univers d'Alien, ils ont tous encore des écrans catodiques, etc... Du coup, je fais une vraie séparation entre un Stranger Things qui tape dans les années 80 sans s'en cacher et un Blade Runner 2049 qui te sort des années 80 rétrofuturistes parce que c'est le thème du film, c'est son propos. Si le premier Blade Runner s'était passé de tout ça, avec des hologrammes et cetera, le deuxième aurait fait ça aussi par soucis de continuité. Ca me dérange moins, parce que je ne trouve pas ça maladroit. Alors que Thor Ragnarok et Stranger Things, mon gars... Putain, ça sert à rien ! "Oh, regardez, Mickael Jackson, c'était trop bien en fait !" Bah oui, on sait. "Les années 80, c'était cool!" Bah oui, on sait ! C'est tout le temps comme ça... Alors que Blade Runner 2049, je le trouve plus élégant dans sa démarche, plus logique en fait. 



Eh bien, justement, tu as récemment sorti ton clip de Venger réalisé par David Fitt, qui est très typé Blade Runner. Est-ce que tu lui as donné des directives ?

Alors, non. C'est marrant, parce que du coup, effectivement, les gens disent que le clip ressemble à Blade Runner ou Ghost In The Shell. Le fait est que le clip a été réalisé avant que Blade Runner 2049 soit sorti, donc on n'a pas fait ça pour surfer sur cette vague. L'autre truc, c'est que le mec qui a bossé sur les effets spéciaux, c'est aussi le gars qui a bossé sur ceux de la version américaine de Ghost In The Shell. Du coup, c'est presque normal que ça se ressemble, c'est sa patte en fait. Concernant le clip, j'ai pas eu beaucoup de trucs à dire en fait. Ils ont regardé le storyline de The Uncanny Valley et ils ont choisi de faire un clip sur Venger, avec un mec qui joue aux échecs, etc... Moi, j'ai dit ok, je me suis contenté de financer. J'avais confiance, parce que j'aime bien le regard de David Fitt, et je suis même très pote avec lui. Et le gars des effets spéciaux, bah son CV parle pour lui en fait. Quand j'ai reçu le clip, j'ai halluciné. Ca défonçait, ça allait au delà de toutes mes attentes. Le seul truc que je regrette, c'est que ce soit un clip pour The Uncanny Valley, j'aurais bien aimé que ce soit un clip pour New Model. Mais bon, il y a des clips pour cet ep qui sont en route.

Qu'est-ce qui leur a fait choisir Venger ?

En fait, je leur ai envoyé l'album et ils ont trouvé que Venger était la chanson la plus accessible de l'album. Donc ils se sont dit que le meilleur moyen pour toucher le plus de gens possible serait de bosser sur cette chanson.

Bon, félicitations pour la première partie de John Carpenter. Tu dois être sur un nuage !

(rires) Ouais, c'était une très bonne nouvelle, j'étais super content.

Comment ça s'est passé, c'est lui qui t'a "choisi" ou son booker ?

Si j'ai bien compris, on lui a envoyé une proposition et il en avait reçu plusieurs. Parmis les propositions, John Carpenter a écouté Perturbator et il a dit "Ouais, ça c'est bien". Et voilà ! (rires) Life goal achievement !

Du coup, le concert était il y a quelques jours. Le bilan ?

Pour être très honnête, je n'ai pas trop aimé le concert de John Carpenter. En fait, c'est un espèce de ciné-concert. Tout le monde est assis, ils regardent l'écran et ils voient John Carpenter jouer les morceaux. C'est très posé, très calme en fait. Et ma musique, elle a une espèce de frénésie... Et quand on m'a dit que le public serait assis, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Si on fait le bilan, je ne sais pas si c'est mon pire concert, mais c'est sans doute un des concerts les plus étranges que j'ai fait. J'étais en train de me donner à fond sur scène, et les gens étaient assis, à me regarder... Au bout d'un moment, c'est très pesant. Après, j'ai joué que 45 minutes, je suis parti, je me prends pas pour une rock-star, je m'en tape ! J'étais là pour ouvrir  John Carpenter, c'est fait, c'est coché dans ma liste. Mais le concert n'était pas fou.

Tu as pu lui parler ?

Ouais. Il était en train de manger un kebab !(rires) C'est important de le préciser. Il mangeait son kebab avec son fils Cody. Et je lui ai dit "C'est un honneur de pouvoir jouer avec toi." Et il m'a dit "Ouais, il y a pas de problème ! C'est cool ! Fais un bon concert !" J'ai voulu prendre une photo, mais j'ai pas osé. En plus, il mangeait un kebab et tout, c'était un peu gênant de demander de prendre un photo à ce moment là.

Du coup, que peux-tu me dire sur le prochain album de Perturbator ? Est-ce que tu vas continuer dans le style de New Model, ou encore autre chose ?

Eh bien justement, je pense que ça sera encore autre chose. Je pense que maintenant que j'ai habitué mon public à ne pas savoir à quoi s'attendre, et j'aime bien jouer là-dessus. C'est assez important pour moi. Les gens qui s'attendent à ce que je fasse un album complet dans le style de New Model seront peut être déçus ! Après, je dis pas que c'est impossible. Ce n'est pas non plus impossible que je revienne à des compos dans le style années 80. C'est juste que là pour l'instant, je prends plaisir à expérimenter d'autres choses.

Tu as déjà commencé à composer ?

J'ai composé quelques trucs pour l'instant mais vu l'emploi du temps que j'ai c'est compliqué. Je prendrai quelques mois de vacances pour bien me concentrer là-dessus.

Miami Disco est la chanson qui t'a lancé, et c'est une des préférées des fans. Pourtant je crois bien que tu ne l'aimes pas trop. D'ailleurs, tu ne la joues que très rarement, la dernière fois, c'était en Russie. Pourquoi ?

Ouais, c'est un peu ma chanson maudite.

Ton Smells Like Teen Spirit ?

Ouais, c'est ça ! (rires) C'est la chanson que tout le monde veut, que tout le monde attend. En fait, c'est pas que je la trouve spécialement mauvaise, c'est plus que je trouve qu'à l'heure actuelle, elle ne représente pas du tout Perturbator, mon état d'esprit ou même le projet dans sa globalité. Je l'ai jouée en Russie parce qu'il y avait une demande, au point que les gens ne voulaient pas partir de la salle ! (rires)

Dans ce cas-là, il faut se soumettre au public !

Exactement. Donc finalement, j'ai craqué. Je l'ai jouée en Russie et à d'autres rares occasions. Je pense pas la rejouer de toute façon. Ou alors je pourrais faire une nouvelle version alternative. Une mise à jour, disons.



Après des hésitations, j'ai cru comprendre que tu voulais intégrer d'autres musiciens dans ta formation live ?

Absolument. Ca sera un batteur.

C'est Dylan, ton ancien batteur dans I, The Omniscient, je suppose ?

Ouais, c'est ça. Je vais mettre ça en place en janvier / février. On va voir ce que ça donne.

Qu'est-ce qui a motivé ce choix d'avoir un batteur ?

C'est un 50/50 entre le public et moi. Dylan, c'est un pote d'enfance et surtout un très bon batteur. J'ai joué de la guitare sur scène avec lui plusieurs fois et ça me manque un peu d'avoir d'autres musiciens sur scène avec moi dans Perturbator. L'autre raison qui fait que j'ai envie de tester, c'est que beaucoup de gens n'aiment pas Perturbator parce qu'ils trouvent ça trop électronique, trop peu organique. Donc plutôt que dire "fermez-vos gueules, c'est Electro, c'est assumé.", j'aimerais bien essayer quand même et voir si ça apporte quelque chose. Si ça n'apporte rien, ça durera un an et c'est tout quoi.

Tu as joué après Emperor cette année au Hellfest. Est-ce que tu te sentais légitime ?

Alors je jouais après Emperor, mais je jouais surtout en même temps que Linkin Park ! Et Linkin Park ont servi... Bah après, c'est les goûts et les couleurs, mais moi, j'ai trouvé leur concert vraiment odieux.

Beaucoup de gens l'ont dit.

Ouais, une espèce d'EDM très David Guetta sur les bords... Du coup, quand j'ai vu ça sur les écrans, et que c'était à mon tour de jouer, je me sentais un peu plus légitime que Linkin Park.(rires) Mais ouais, c'était une expérience assez flippante de jouer devant un public comme ça. Surtout que j'ai été festivalier du Hellfest six fois d'affilée.

Ouais, du coup tu connaissais les attentes de ce public.

C'est ça, ouais. (rires) C'est un endroit que je connais assez bien, que ce soit le site ou le festival en lui-même. Et c'est la première fois que j'étais sur scène là-bas. C'était un peu un rêve de gosse qui se réalisait. Et quand j'ai vu la réaction des gens, qui était plutôt bonne et qu'ils étaient très nombreux, j'étais vraiment ravi !

Récemment, tu as posté une photo de toi avec Phil Anselmo. Comment ça s'est passé ?

Je jouais à la House of Blues de la Nouvelle Orléans le même soir que lui avec Superjoint Ritual, mais pas sur la même scène dans le bâtiment. Quand j'ai fini mon concert, je suis rentré dans mon tour-bus, et à ce moment là, mon tour manager vient me voir et me dit que Phil Anselmo et Jimmy Bower vous invitent dans leur tour bus. Donc j'y vais, et là je vois Phil et Jimmy. Je leur ai même signé un autographe ! Maintenant, ils ont tous les deux un vinyle de New Model signé !

La grande classe, ce n'est pas d'avoir un autographe de Phil Anselmo, c'est qu'il te l'ait demandé !

J'ai essayé de contenir le fanboy en moi !(rires) Ils sont oufs !

Bon, je voulais quand même parler de ton projet Indus / Ambient L'Enfant De La Forêt. Le nouvel album sort quand ?

C'est compliqué. J'aimerais le sortir cette année, mais je peux même pas annoncer sur quel label il sortira. C'est en cours. Le truc, c'est que Perturbator me prend tellement de temps que L'Enfant De La Forêt passe un tout petit peu trop à la trappe. Ca me fait bien chier, surtout que l'album est fini. Je n'ai pas de date de sortie actuellement. Le label que j'ai trouvé veulent tester un peu l'engouement sur le projet en éditant Abraxas  en vinyle. Et le nouvel album sortira sans doute juste après.

J'avais entendu que Mkm d'Antaeus / Aosoth devait chanter dessus.

Non, ça ne s'est pas fait, mais il y a d'autres invités très intéressants. Je ne peux pas les dévoiler.

J'avais aussi lu le nom de Neige (Alcest) quelque part.

Alors j'ai rencontré Neige et on est super chauds pour bosser ensemble. C'est un gars que j'adore, j'adore sa voix et j'admire son talent. Il n'est pas sur le nouvel album de L'Enfant De La Forêt mais on va forcément faire quelque chose ensemble un jour. J'en ai vraiment envie et lui aussi, j'espère. D'ailleurs, ca se fera peut être sur Perturbator, pas forcément que L'Enfant De La Forêt



Quelles sont tes écoutes de ces derniers mois ?

Ulver. Le dernier album et même l'ep qu'ils viennent de sortir. J'adore, j'adore vraiment. Ulver a toujours été un de mes groupes préférés et à chaque fois qu'ils sortent un album je me dis "Putain, ça sera quoi la suite ? Qu'est-ce qu'ils vont faire après ?" J'ai été agréablement surpris qu'ils fassent une sorte de New-Wave et en plus, ça me connecte un peu plus à eux, vu que je fais moi-même une musique basée sur les synthés, même si je ne fais pas de la New-Wave. Du coup, je me sens encore plus proche d'eux sur ces derniers albums, et The Assassination Of Julius Caesar est incroyable, j'adore cet album ! Et l'ep continue un peu dans cette lignée vraiment New-Wave, et je trouve ça ouf. C'est le truc que j'écoute le plus en ce moment avec Drab Majesty, un groupe très Cold Wave à l'ancienne, mais sans clichés. C'est ça aussi qui m'agace avec la Synthwave, il faut prendre les choses qui étaient bien dans les années 80 et les moderniser, plutôt que de tomber dans le pastiche. Et des gens comme UlverDrab Majesty le font bien... Et moi, enfin, j'espère !

Pas trop de Metal du coup ?

Non pas trop. J'ai bien aimé le dernier Nightbringer, mais je ne l'écoute pas trop. Le dernier The Ruins Of Beverast est génial. C'est tout. En fait je crois que ma liste d'albums de fin d'année, ça sera Ulver. (rires)

Est-ce que tu connais Xurious ?

Jamais entendu parler. C'est quoi ?

En fait, c'est de la Synthwave avec une esthétique nazie. Apparemment le mec y croit vraiment, et sort une chanson toute les deux semaines.

Oh non... Il y a eu une histoire là-dessus. Buzzfeed a publié un article sur ce qu'ils appellent la fashwave, au moment des événements à Charlottesville. Et t'as plusieurs groupes de Synthwave qui détournent ça en mode nazi. Je ne connais pas Xurious, mais je connais Cybernazi (sic) C'est le mec qui a fait le buzz. Que veux-tu que je te dise là-dessus ? (rires)

Je voulais savoir si tu avais écouté.

En fait, je suis cité dans cet article de Buzzfeed, en mode "When Synthwave becomes faschist". Ca ne m'a pas plu du tout. Et du coup, j'ai écouté Cybernazi... Tu sais quoi, c'est comme le Black Metal : ton propos, j'en ai un petit peu rien à branler. Si ta musique, c'est de la merde, ça vaut pas le coup d'être écouté. Il y a des groupes qui sont vraiment borderline là-dessus, mais leurs compositions sont incroyables. Et ça me fait chier, parce que j'ai envie de les écouter. Mais il y a d'autres groupes qui sont à fond dans l'esthétique nazie et leurs compos n'ont aucun intérêt. Donc j'ai écouté Cybernazi en me disant que c'était potentiellement de la bonne Synthwave, mais c'est de la merde. Je le dis, c'est pas bon musicalement. Du coup, ça m'intéresse pas. C'est un petit buzz passager. La politique ne m'intéresse pas, c'est l'artistique qui me motive.

Est-ce que tu as écouté le dernier album de ton camarade de label Dan Terminus ?

Oh ça oui, je l'ai beaucoup écouté, au point de le connaître par coeur. On en a longuement discuté avec Dan et j'ai été franc avec lui : je suis pas très fan de Automated Refrains. C'est à dire qu'à l'époque, j'étais en train de bosser sur New Model, et j'étais dans un état d'esprit où je voulais vraiment retourner la synthwave et tous ces codes. Et là Dan m'a envoyé son album en me demandant que je lui donne mon avis honnêtement. Je l'ai écouté et je n'arrive pas à entrer dedans. C'est peut être un problème avec moi, mais quand je l'écoute, j'ai l'impression qu'on reste dans le carcan Synthwave classique. Je pense que Dan peut faire beaucoup mieux et c'est ce que je lui ai dit : aller plus loin, dans un style personnel, intimiste. Ce n'est pas un album de merde hein, c'est correct. Après il a un style à lui et je pense que les vrais fans de Dan Terminus vont aimer ce qu'il a fait et apprécier sa progression. Moi j'ai pas vraiment écouté la progression de Dan Terminus, j'écoute chacun de ses albums comme si c'était son premier.

Du coup, maintenant, c'est au tour de Rémi Gallego (The Algorithm) de faire de la Synthwave. Tu as écouté ?

J'ai écouté la chanson qui est sortie. Je peux pas trop donner un avis, vu que je n'ai pas écouté tout l'ep. Mais il y a quelques années, j'ai longtemps parlé avec Rémi qui me disait qu'il aimait beaucoup le mouvement Synthwave. Et qu'il voulait un peu jouer avec, s'orienter vers ça. Et il y a eu l'idée de faire une collaboration entre moi et Rémi. J'étais très chaud, mais cette année-là était très intense pour moi. Je passais cinq jours par mois à Paris, et quand je rentrais chez moi, il y avait toujours des trucs à faire. Je n'avais plus le temps de composer. J'ai du prendre des "congés" pour faire New Model. Mais j'aurais vraiment aimé le faire. La chanson de Boucle Infinie que j'ai écouté a l'air cool, c'est très posé, très chill. J'aurais aimé faire cette chanson avec lui. Peut être plus tard ! J'espère que ça marche pour lui en tout cas et qu'il va réussir à se démarquer.

En parlant de collaboration, Manuel Gagneux de Zeal And Ardor nous avait dit qu'il en avait une avec toi.

En fait, en ce moment, je suis très heureux parce que je bosse avec des artistes que j'adore. A la sortie de New Model, il y a plein d'artistes qui ont pris contact avec moi pour collaborer. J'ai fait un remix pour Zeal And Ardor. Je serai sur le prochain album de Hangman's Chair qui est juste incroyable. C'est une tuerie et Hangman's Chair est sans doute l'un des groupes français les plus sous-estimés que je connaisse. Et pour la grosse nouvelle, je bosse avec Cult Of Luna. Voilà, je peux pas t'en dire plus, mais c'est en cours. J'ai aussi bossé avec Health, il y a Grave Pleasures qui m'ont demandé un remix... Du coup, en ce moment, je me focalise sur le fait d'apporter le style Perturbator à ces projets. C'est excitant !

Est-ce qu'il y aura des dates françaises de Perturbator prochainement ?

Rien de prévu pour le moment. Je me concentre pour l'instant sur les US et le Royaume-Uni. Mais il y en aura très certainement en 2018.

Neredude (Novembre 2017)

Interview par Neredude (Facebook)


Photos :
David Fitt / © 2015 

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

bing666Le Samedi 25 novembre 2017 à 06H05

Waw, incroyable cette histoire avec Phil Anselmo quand même! C'est tout dire le talent de Perturbator et l'impact qu'il a! J'espère qu'il continuera sur sa voie... perso je le trouve une classe au dessus de tout le monde dans la synthwave.
Par contre je trouve qu'il se contredit un peu quand il parle de l'inutilité de choses comme Strangers Things directement inspirées des cool trucs 80's, alors qu'il a lui-même pas mal utilisé une démarche similaire. J'imagine qu'il sous-entend qu'il y a un manque d'âme et de creativité, je trouve pas mais bon, je suis que le consommateur! :)