Comment j'ai signé Enslaved ! (Osmose Productions) par mail, novembre 2017

Après avoir discuté de Textures avec Listenable Records, nous continuons notre voyage en nous arrêtant chez Osmose Productions, le label qui a lancé Immortal, Samael, Rotting Christ, Impaled Nazarene et tant d'autres... Et Enslaved.  Parler avec Hervé Herbaut, fondateur du label, signifie généralement que vous en saurez un peu plus sur le metal extrême à la fin de la conversation, un sourire aux lèvres en prime. Osmose a sorti six albums d'Enslaved, de Frost jusqu'à Below The Lights, suivant l'inexorable métamorphose du groupe en ce qu'il est devenu aujourd'hui. Nous avons évoqué cette longue aventure avec Hervé, qui a tout été sauf un long fleuve tranquille.



Comment as-tu connu Enslaved avant qu'ils ne signent avec Osmose Productions ?


En fait, le groupe m'avait déjà envoyé deux advance tape que je dois encore avoir répondant au nom de Nema il me semble et évidemment Yggdrasill. Mais à cette époque, nous avions déjà pas mal de groupes signés dont nous avions beaucoup de mal à sortir les disques du fait de l'aspect financier déplorable auquel nous devions faire face. Donc nous avions déclinés la signature.

Comment en es-tu arrivé à signer Enslaved et pour quelles raisons ?

Suite à ce refus de notre part, le groupe a travaillé avec Candlelight Records, puis Deathlike Silence Productions et il me semble même que nous avions signé le groupe alors même que Vikingligr Veldi n'était pas encore sorti.

Est-ce que ça a marché dès le début ? Parce qu'il y a beaucoup de groupes qui n'ont marché que beaucoup plus tard dans le Black Metal.

Enslaved, tout comme les autres groupes, n'ont pas vendu des milliers de disques d'entrée, ce n'est que bien plus tard que les albums se sont mis à s'écouler d'avantage. Si mes souvenirs sont exacts, durant la première année de sortie, nous avions dû en vendre quelques 3/4000 exemplaires, ce qui était vraiment peu à cette époque.

Comment as-tu réagi quand tu as vu le groupe changer d'orientation musicale au fur et à mesure des albums chez vous ?

En fait plus nous sortions d'albums d’Enslaved, moins nous les vendions! Je me souviens d'un overstock sur Monumension de plus de 5000 disques renvoyés par les distributeurs car personne n'en voulait! 60% de retour sur la mise en place, une vraie catastrophe à sa sortie. C'était le début de la débâcle au sein même du groupe qui se cherchait une nouvelle orientation.

Ton album préféré d'Enslaved (dans ceux que tu as sorti et les autres) ?

Et bien c'est paradoxal, mais l'album que je préfère le plus maintenant des six que nous avons sorti, c'est justement le Monumension ! Et je pense que celui le plus abouti de toute leur discographie est In Times. J'ai écouté le dernier en date, E, qui vient de sortir et là, le groupe en fait trop, c'est même franchement pas bon.



J'ai lu dans une précédente interview de toi que leur départ d'Osmose Productions avait marqué le début d'une crise pour ton label, notamment parce que d'autres groupes importants vous ont aussi quitté à cette époque. Et si je me souviens bien, ça coïncidait aussi avec le crash du disque vers 2003/2005.

Tout cela est vrai, mais c'est arrivé en 1999. Parmi nos plus gros groupes, six sont partis la même année : Absu, Angelcorpse, Enslaved, Dark Tranquillity, Marduk et Immortal. Un coup très difficile à avaler d'un point de vue personnel et évidemment pour le label. En plus la même année, nous nous sommes fait escroquer copieusement par la gérante de notre bureau américain qui s’est fait la malle avec la caisse! En 2000, avec l'avènement de l'ADSL, je savais que nous allions dans le mur comme tout le monde et qu'il fallait réagir tout de suite. Cela coïncidait aussi avec l'Euro, avec l’EEC, enfin tout un "patacaisse" de chamboulements radicaux de fonctionnement. Dans la sphère Metal, Nuclear Blast et Osmose, nous étions les deux premières maison de disques à proposer du téléchargement payant… Ça n'a pas marché... Nous avons laissé tomber car les gens ne voulaient plus payer pour de la musique. Napster était au top...

As-tu continué à les suivre après leur départ ? Avec assiduité ?


Lorsque nous avions sorti Below The Lights, les précommandes du groupe étaient au plus bas, les ventes des albums (tous les groupes) étaient en plein déclin, plus rien ne vendait. Les groupes étaient tristes de constater des relevés des ventes divisés par dix. Ceci dit avec Enslaved comme les autres, nous étions en fin de contrat, ils étaient donc libre de partir ailleurs. Bon avec du recul, Ivar m'a dit par la suite qu'ils avaient fait une bêtise en allant chez Tabu Records, puis Indie Recordings. Mais avec Osmose Productions c'était plus possible : au sein du groupe il y avait eu d'innombrables conflits avec certains des anciens membres, qui ne sont plus dans Enslaved, bien heureusement pour eux.

Ton avis sur leur signature chez Nuclear Blast Records en 2012 ?

C'est certainement ce qu’il pouvait leur arriver de mieux! Nuclear Blast Records est le label, à mon sens, qui peut tout pour eux avec leur style musical actuel.

Sauf erreur de ma part, Ivar compose 90% de la musique d'Enslaved. Et en 26 ans de carrière, beaucoup s'accordent pour dire qu'ils n'ont jamais sorti un mauvais album. Ca relève presque du génie, non ?

Ivar est une personne incroyablement humble et généreuse. J'ai rarement rencontré quelqu'un d'aussi intelligent, il me fait beaucoup penser à ma femme quand je parle avec lui. C'est dommage qu'on se voie pas plus souvent, on s'apprécie tellement Ivar, Grutle, Nicolas (Editions Hurlantes, maison d’édition d’Osmose Productions) et moi. Je me souviens d'un dîner à Pigalle à quatre où nous avions passé un super moment de détente, à parler de tout sauf de musique et encore moins de business (terme que je déteste). J'ai la chance de connaitre Ivar plus qu’un musicien, et il est vrai que j'aimerais qu'on se revoie plus dans cet esprit de convivialité, juste pour manger, boire des bonnes choses, dire des bêtises, se marrer, se détendre. Je me souviens qu'il devait venir en vacances quelques jours en France avec sa femme, ils devaient venir à la maison... Ça  ne s'est pas fait. J'aurais tellement aimé lui préparer mes plats préférés, car j'adore cuisiner, et j'aime faire découvrir les excellents vins du Languedoc, de la Bourgogne, de la Loire et évidemment toutes les bonnes bières que nous avons la chance d'avoir autour de chez nous et bien d'autres choses encore ! 


Enslaved à l'époque de Mardraum - Beyond The Within

Est-ce qu'il y a déjà eu des tensions dans vos relations ?

Oui, je me souviens d'une date catastrophique pour un festival en Belgique avec Behemoth. Je ne me souviens pas du nom de la salle, mais cela devait être fin 1999 ou début 2000, et je ne suis pas non plus certain des dates. J'étais furieux ce jour-là, car deux des (anciens) membres étaient complétement défoncés... Le show du groupe a été écourté, en backstage, ça chauffait grave... Et ce fût aussi le début d'un grand questionnement au sein du groupe sur la suite à donner. Ce fût le début du grand chamboulement au sein d'Enslaved : changement de musiciens, changement de label, nouvelle direction.

Est-ce que leurs albums se vendent toujours bien ? Lequel se vend le mieux, et lequel a été le plus gros succès chez Osmose Productions ?

Oui, les disques d'Enslaved se vendent très bien. Frost et Eld sont les ventes phares du groupe, c'est indéniable et ce, depuis toujours. Néanmoins, depuis quelques années, on voit bien que celles de Monumension et Below The Lights sont à nouveau au rendez-vous. Probablement parce qu’ils sont plus dans la lignée de ce que le groupe fait maintenant. Frost est la plus grosse vente d’Enslaved, je pense même de tous leurs albums!

Est-ce qu'il y a des albums qui ont été des "flops" à leur sortie mais qui ont ensuite marché plus tard ?

Comme je disais, Monumension et Below The Lights ont été tous les deux des flops à leurs sorties, mais doucement ils se relèvent depuis quelques années. Néanmoins je doute fort qu'un jour ils deviennent des "standards" comme Frost ou Eld.

Quand est-ce que tu les as vu en concert la dernière fois ? Quel a été ton meilleur concert d'Enslaved ?

C'était durant le Ragnard Rock Fest il y a deux ans et demi maintenant. Ils ne s'attendaient pas à me voir, ce fût une surprise super agréable pour eux, car ils n'avaient que des merdes à gérer. Et puis nous avons passé du bon temps aussi durant le Bleek Fest à Bergen. Sacré Grutle! Il nous aura bien fait rire pendant qu'il se faisait tatouer le bouc de Bathory sur son avant-bras. "Hervé, Hervé, please, please sir, one more beer please my lover!" Hahaha !


Enslaved circa 2017 posant devant les légendaires studios Grieghallen, dans lesquels ils ont enregistré plusieurs albums.

De toute cette collaboration avec Enslaved, est-ce qu'il y a un (ou plusieurs) "petit" quelque chose qui te rend particulièrement fier ?

Je n'ai pas de fierté particulière concernant Enslaved, comme tous les autres groupes, sauf Impaled Nazarene, mais c'est une autre histoire. Nous avons joué notre rôle au sein d’Osmose Productions pour qu’Enslaved soient ce qu'ils sont aujourd'hui. Nous avons été un tremplin pour eux.

Est-ce que tu aurais une petite anecdote à nous raconter sur eux ?

Ah oui! Grutle, ce phénomène! Lors des victoires de la musique en Norvége, Enslaved avait été nominé pour Monumension. Nous y sommes allés, Nicolas et moi, histoire de voir comment tout ça fonctionnait là-bas. C'est alors que la cérémonie se termine. Imaginez un peu le truc : c'est la télévision, hein, donc tout le monde est branché là-dessus, alors que nous descendions dans "l'arène". Grutle nous voyant arriver, a mimé sur la jambe d'un des membres du groupe A-ha, l'envie de lui prendre son cul! Tout ça en direct à la télé, pas mal! Une autre fois, je sais plus très bien pourquoi, ni comment... Enfin, à Bergen, Immortal jouaient Blizzard Beasts qu'on venait de sortir. Avec Ivar, nous étions d'abord chez un des mecs de Malignant Eternal, il me semble. J'étais KO, sorti du Garage Bar où il faisait 40°, puis -10° dehors, il y avait une tempête de neige. Bref, je me suis endormi chez lui après avoir ingurgité trop d'alcool et pris froid : ils m'ont décoré avec tout ce qui leur était tombé sous la main (fruits, fromages, guirlandes...) ! Mais le plus drôle fût lorsque nous sommes partis de chez lui pour rentrer chez Ivar qui, à l'époque, habitait au rez de chaussée d'une maison à deux étages sur les hauteurs de Bergen. Il était tombé pas moins d'un mètre de neige en quelques heures, le taxi qui nous ramenait nous a abandonné à quelques centaines de mètre de la maison, impossible pour lui d'aller plus loin malgré ses quatre roues motrices. Et ce fût là le début d'une grande aventure! Nous avons mis plus d'une heure pour faire à peine 300 mètres! Il faisait jour, enfin la nuit n'était pas tombée, ou presque pas. Nous rigolions tellement qu'il nous était impossible d'avancer dans toute cette neige sans nous vautrer tous les trois (Ivar, Nicolas et moi) tous les dix mètres. J'en ris encore maintenant, tellement c'était drôle.

As-tu écouté les side projects d'Ivar Bjornson que sont Skuggsja (avec Einar Selvik de Wardruna et Gorgoroth) et Bardspec avec Steve Austin (Today Is The Day) ? Si oui, qu'en as tu pensé ?
  
Joker ! Je savais même pas qu'il avait fait des side-projects !

Un mot à ajouter ?

Merci Metalorgie pour cette interview, ce fût un plaisir d'y répondre.

Neredude (Novembre 2017)

Interview par Neredude (Facebook)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

NeredudeLe Jeudi 23 novembre 2017 à 10H59

Merci Max !

SkaldMaxLe Mercredi 22 novembre 2017 à 12H19

Vraiment intéressante cette itw, beau boulot!