Albums du moment
Pochette The Dusk In Us
Pochette In Contact Pochette Sterilize
Chroniques
Pochette Mass VI
Pochette Vestigial
Pochette Urn
Pochette United States of Horror
Pochette 06 72 43 58 15
Pochette No Land Pochette Will To Power
Découverte
Pochette Démo Rose

Comment j'ai signé Textures ! (Listenable Records) (Par mail, 2017)

"Polars est un disque essentiel."

Quand un label signe un groupe, si toute se passe bien, cela peut devenir une grande aventure humaine et musicale, au-delà des problématiques évidentes de business. Alors que Textures sont actuellement en train de faire leur tournée d'adieu à la scène en compagnie d'Exivious, nous avons interviewé Laurent Merle, fondateur du label français Listenable Records, un label très important, ne serait-ce que parce qu'ils ont fait émerger des groupes comme Gojira, Soilwork ou Scarve.  Nous lui avons donc demandé comment ils avaient repéré Textures alors que les Hollandais étaient encore inconnus au bataillon, et comment cela a ensuite abouti à une signature chez Nuclear Blast Records.
 


Comment tu en es arrivé à signer Textures et pour quelles raisons ?


J’ai toujours été à la recherche de groupes créatifs et avec une identité musicale et au niveau du son, de la production... Des groupes comme Scarve, Sybreed, Gojira, Soilwork... Jochem Jacobs de Textures nous avait envoyé leur premier album en autoprod Polars et nous avons été très impressionnés. Ils étaient très humbles et étaient surpris que je les appelle pour les signer. Des chics types. C’était très surprenant d’écouter un groupe si talentueux et qualitatif sur un tout premier album.

Est-ce que ça a marché dès le début avec Polars ?

Oui définitivement, c'était un peu plus difficile en Allemagne ou dans les pays plus musicalement conservateurs à l’époque. Le groupe tournait bien et était toujours excellent en concert.

Est-ce que tu as été déçu lorsqu'ils ont signé chez Nuclear Blast Records ?

Non car je croyais beaucoup en eux, ils étaient en avance sur leur temps.  Notre contrat de trois albums étant échu, j’ai pensé que le groupe et nous avions atteint nos objectifs respectifs et qu’il leur fallait peut-être un partenaire plus important pour les ouvrir à un public plus large, même mainstream. Roadrunner était intéressé à l’époque aussi.

Ton album préféré de Textures ?

Je trouve Silhouettes très abouti et le clip Awake est fantastique.

As-tu continué à les suivre après leur départ ?

Oui bien sûr, je possède tous les autres albums. J’ai rencontré aussi le groupe à plusieurs reprises depuis. Je suis resté fan.



Pour les dix ans de Polars, vous avez réédité l'album en version remasterisée. Est-ce que tu penses que c'était nécessaire ?

Je pense que ça a pulsé un peu plus sur les dynamiques, mais j’aime à penser qu’un album, surtout dans des styles modernes comme ça ou par exemple de Death Metal, se doit de conserver son âme d'origine. La nouvelle version reste néanmoins supérieure à l’originale. C’est un disque essentiel.

Quand est-ce que tu les as vu la dernière fois ? Quel était ton meilleur concert de Textures ?

Pas mal de grands souvenirs, en Belgique, dans le nord de la France aussi, à Paris pour la Listenable fiesta avec Ultra Vomit et Kruger qui avait rencontré un énorme succès. Ils ont fait des super shows avec Gojira aussi, avant que From Mars To Sirius explose à l’international. Les deux groupes avaient beaucoup de respect pour l’un et l’autre.

Ton ressenti sur leur séparation ?

C’est un peu triste. Je ne connais pas les raisons exactes de leur split, mais ils est clair qu’ils vont devenir un groupe légendaire.

De toute cette collaboration avec Textures, est-ce qu'il y a un "petit" quelque chose qui te rend particulièrement fier ?

Il est clair que nous étions très fiers lorsque nous avons reçu le master de l’album
Silhouettes. C’était au-delà de nos espérances. Nous avons toujours eu une relation très amicale et respectueuse avec le groupe. Ils ont toujours montré beaucoup d’humanité dans leurs rapports business avec leur label et autres partenaires, on les soutenait beaucoup et ils ont toujours été reconnaissants envers les efforts entrepris.

Est-ce que tu aurais une petite anecdote à nous raconter sur eux ?

Je me souviens d’un concert booké à l’arrache pour combler un day off dans un petit bar près de chez nous, où rien ne pouvait envisager un bon concert et pourtant le show a été plus qu’explosif. C’était un peu morose dans l’après midi car l’accueil était amateur et le matériel n’était pas adéquat etc, puis c’était plein à craquer le soir, le son était puissant , les murs suintaient et l’air y était véritablement électrique. Le concert est resté comme l’un de leurs meilleurs souvenirs.

Cette année, ils ont rendu hommage à Bidi, un nééerlandais qui avait apparemment booké leur première tournée. As-tu été en contact avec lui ?

Pas à l’époque mais je connaissais Bidi pour ses autres projets. il devait aussi travailler avec l’un de nos artistes, Albez Duz, peu avant sa mort. Son décès a été brutal et triste. Il était un acteur phare de la scène néerlandaise.

Un mot à ajouter ?

Il est dommage que Textures n’ait pas pu bénéficier de plus de succès, car je trouve qu’ils sont biens au-dessus de ce que l’on peut généralement écouter dans ce style musical et ont influencé beaucoup de groupes. Ils ont été des pionniers du djent au départ (avant que le terme existe) mais ont toujours su évoluer au delà vers des rivages plus prog et rester musicalement accrocheurs et techniquement imparables. Textures restera toujours un très grand groupe à mes yeux.

Neredude (Novembre 2017)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment