Albums du moment
Pochette Upon My Cremation Pyre
Pochette Split avec Link
Pochette Berdreyminn Pochette Bloodlust
Chroniques
Pochette Boy
Pochette A Long, Eternal Fall
Pochette Armageddon
Pochette Forever War
Pochette Heroes Of Mighty Magic
Pochette Stup Virus Pochette Outlier

Alcatraz - Hard Rock & Metal Festival (Mattias Vanderschueren) Hard Rock Café Paris, le 24 mars 2017

Le festival Alcatraz va fêter ses 10 ans cette année et plein de nouveautés sont au programme. Afin d'en savoir un peu plus sur ce qui nous attends du 11 au 13 août prochain du côté de Courtrai (Belgique), nous sommes allés poser quelques questions à l'un des responsables du festival, Mattias Vanderschueren).



Depuis quand as-tu rejoint l'équipe du festival Alcatraz ?

Cela fait 5 ans maintenant. À l'époque le directeur du festival, Filip Nollet était déjà en poste. Le festival existe depuis 10 ans mais au moment où je suis arrivé dans l'équipe, il connaissait quelques difficultés. Le plus gros problème étant que le festival avait lieu en salle alors que tous les groupes veulent jouer en plein air durant l'été. Du coup, on a dû déménager de la petite ville de Deinze pour trouver un nouveau site. Je suis ami avec le maire de Courtrai (Kortrijk, en flamand), qui s'avère aussi être un grand fan de Metal, on a donc eu la chance de pouvoir déplacer le festival dans cette ville et de pouvoir l'organiser en plein air pour la première fois ! C'est donc à cette époque-là que j'ai rejoint l'organisation du festival et depuis je fais tout pour les aider du mieux que je peux. Grâce à ce déménagement, on a pu augmenter la capacité d'accueil et aussi organiser l'événement sur plusieurs jours. Sur les 5 premières années, la jauge était limité à 2000 spectateurs mais ils avaient réussi malgré ça à proposer de très belles affiches pour un si petit festival. Actuellement, on est toujours en croissance, mais on ne cherchera jamais à dépasser un certain point, on tient à rester un festival de taille moyenne.

Il y a des nouveautés au niveau des installations cette année ?

Oui, cette année sera la première fois que l'on aura deux scènes sur le festival ! Il était d'ailleurs temps qu'on le fasse car dans la programmation, il y a plusieurs groupes que l'on tenait vraiment à faire jouer de nuit, ou tout du moins dans le noir. Il y a des styles de Metal dont les concerts passent mal en plein soleil. On a donc opté pour un grand chapiteau prévu pour accueillir environ 5000 personnes et qui sera également décoré aux couleurs du festival. C'est un gros investissement, comme l'a pu être à l'époque la mainstage. C'était une étape nécessaire pour nous, de pouvoir ainsi programmer deux fois plus de groupes qu'avant.

Je ne savais pas que vous n'aviez qu'une scène jusqu'à présent, je croyais que vous aviez déjà deux scènes depuis longtemps.

Non, non, ça faisait partie de notre concept de proposer une scène unique et les festivaliers appréciaient apparemment cela car nous avons reçu beaucoup de messages nous demandant de ne pas passer à deux scènes. Mais en même temps, si tu souhaites proposer un festival qui couvre le mieux possible tous les différents styles de Metal mais que tu es limité à 9 groupes par jour, ça coince, forcément. Cette deuxième scène était nécessaire. Après, nous n'avions qu'une scène car nous avions cette volonté de rester un festival de taille moyenne. Peut-être qu'un jour nous passerons à trois scènes, mais si ça devait arriver ce serait une petite scène dédiée à la découverte de jeunes groupes ou de groupes locaux. C'est quelque chose qu'on a en tête, mais pour cette année notre objectif était cette deuxième scène.

Par rapport aux années précédentes, votre programmation pour cette année 2017 s'oriente beaucoup plus vers le Metal extreme, Black et Death. C'était aussi une volonté de votre part ?

On a toujours cherché à proposer un panel complet de styles de Metal. Après les gens ont associé dès le début l'Alcatraz avec le Thrash Metal, en faisant le raccourci avec San Francisco, la Bay Area et la Californie, et c'était vrai. Mais au fil des ans on a commencé à faire jouer des groupes extrêmes, Immortal par exemple. La scène sous chapiteau sera justement orientée Metal extreme. Cette année, on aura de tous les styles : Thrash, Death, Black, Hard-Rock, Heavy... Et même du Nu-Metal avec Korn ! Pour le futur, je pense même qu'on essaiera d'aller encore plus loin dans la diversité. On espère pouvoir ainsi faire faire de belles découvertes à nos festivaliers, dans des styles qu'ils n'ont pas l'habitude d'écouter. On va également s'organiser pour qu'il n'y ait aucun chevauchement entre les deux scènes : c'est quelque chose que nos festivaliers souhaitent. Un festival à taille humaine se doit d'être confortable dans tous les sens du terme : ne pas avoir à courir entre deux concerts en fait partie et, si on le souhaite, pouvoir voir la totalité de l'affiche aussi ! On prévoira donc des battements de 5-10 min entre les groupes.

Vous avez aussi commencé à programmer du Doom depuis l'an dernier, avec Candlemass et Tryptikon et cette année avec Sleep et High On Fire ou encore Monkey3 pour le Stoner...

Oui, nous avons toujours eu cette volonté de s'élargir, de s'ouvrir à tous les styles. Et aussi d'essayer d'attirer un public plus jeune. Je pense qu'il ne faut vraiment pas qu'on ait peur de s'écarter du Heavy et du Thrash pour notre programmation. Au sein de notre structure, en plus du festival Alcatraz, nous nous occupons en parallèle du magazine Rock Tribune, qui est le seul magazine belge dans le genre. Et pour ainsi dire, tous les groupes dont on parle dans ce magazine peuvent potentiellement se retrouver à l'affiche du festival, même ZZ Top ! Bon ils ne sont pas disponibles cette année, ils font autre chose en Belgique. Tout ça pour te dire que nous n'aurions aucun souci à programmer des groupes allant du Death le plus extrême jusqu'au Blues Rock.

Il y a trois groupes belges sur l'affiche cette année.

Oui, trois, seulement...

King Hiss, Evil Invaders et Carnation. J'imagine que c'est important pour vous de faire jouer des groupes nationaux ?

Oui, complètement. Avec la deuxième scène cette année, je trouve encore que c'est trop peu. C'est un point sur lequel on est un peu anxieux. On a programmé énormément de groupes étrangers mais on s'est rendu compte qu'on avait aussi en Belgique une flopée de groupes de talent. Si un jour nous passons à trois scènes, on programmera pour sûr beaucoup plus de groupes locaux. Mais maintenant, le festival a une renommée bien établie, il nous faudra un peu de temps avant de pouvoir passer à cette prochaine étape. Ces 3 groupes sont un premier pas dans cette direction, avant qu'on programme éventuellement Channel Zero, qui est un des plus grand groupe de Metal belge. Ce fut également un choix difficile de sélectionner ces trois groupes, et seulement trois, car on reçoit tous les jours des sollicitations de groupes belges qui souhaitent venir jouer à l'Alcatraz. Il va falloir qu'on trouve une solution, car c'est quelque chose qui nous tiraille.

Vous passez cette année à un festival sur 3 jours au lieu de 2 jours sur les éditions précédentes, avez-vous en même temps revu à la hausse la jauge d'accueil des festivaliers ?

Le site du festival a une capacité maximale comprise entre 15 à 20000 spectateurs. Pour cette année, afin de pouvoir proposer la meilleure qualité d'accueil aux festivaliers, on se limitera à 12000 personnes par jour, voire 15000 grand maximum. Ce sont nos prévisions en tout cas. Donc, dans le futur, nous aurons la possibilité de pouvoir accueillir plus de monde si nécessaire. D'autre part, nous avons un contrat d'exclusivité avec la ville de Courtai, et nous participons, entre autres, aux investissements au niveau des infrastructures, ce qui nous permet d'envisager un futur agrandissement ici. Mais comme je te l'ai déjà dit un peu plus tôt, nous avons aussi la volonté de rester un festival de taille moyenne.


Mattias et Filip, responsables de l'Alcatraz - Hard Rock&Metal Festival

La bière est un élément primordial du patrimoine belge, et un incontournable des festivals Metal. J'imagine que vous portez un soin particulier à la sélection des bières proposées à l'Alcatraz ?

Cette année nous continuons notre partenariat avec la société Alken-Maes. La bière de base que nous servirons sera la même que les années précédentes, la Maes, et depuis l'an dernier nous avons ouvert un nouveau bar sur le festival, qui s'appelle El Presidio. Pour l'ambiance, imagine un bar de bikers perdu en plein milieu du désert mexicain. Dans ce bar, toutes les bières produites par cette société seront disponibles et elles seront servies à la pression et dans de vrais verres ! C'est rare de pouvoir proposer une telle qualité de dégustation dans un festival. Bien sûr il y aura des agents de sécurité à la sortie du bar pour empêcher tout risque sur le site même du festival, si des festivaliers essayaient de repartir avec leurs verres  en souvenir, car évidemment seuls les gobelets en plastique seront autorisés dans l'enceinte du festival. Nous sommes le pays de la bière et l'an dernier nous avons eu la chance d'avoir un temps magnifique tout le weekend et du coup, la consommation de bière a été énorme ! (rires) Je crois qu'on a calculé une consommation moyenne de 3 litres de bière par festivalier par jour ! Si tu prends en compte les personnes qui ne boivent que des sodas, les personnes qui sont venues avec se sont enquillées 6 litres par jour. C'était un record. L'Alcatraz est vraiment un festival où il fait bon boire de la bière (rires).

Tu parlais tout à l'heure de confort, il y a de plus en plus de festivals qui proposent autre chose que des concerts, avec des projections de film par exemple. Est-ce quelque chose auquel vous avez déjà pensé ?

Oui, nous essayons de mettre en place des animations petit à petit. Mais pour l'instant nous nous concentrons sur la qualité d'accueil des festivaliers et aussi sur la qualité des concerts, de la sonorisation. On a notamment des écrans géants pour les personnes placées loin de la scène avec 4 caméras qui filment les concerts. On n'oublie pas non plus la sécurité, qui est essentielle. On aimerait pouvoir faire plus de décorations et d'animations, mais il y a d'autres priorités sur lesquels on doit déjà être irréprochables, un de mes collègues n'arrête pas de me répéter qu'il faut qu'on garde les pieds sur terre ! Niveau hygième, on a des toilettes avec de vraies chasse d'eau, ça nous coûte une fortune et, comme on est installé en pleine nature, la collecte des ordures est un vrai casse-tête, on doit faire passer des camions deux fois par jour. Toutes ces choses, la plupart des festivaliers n'y prêteront pas attention et pourtant, s'il devait y avoir le moindre problème sur l'un de ces aspects, ce serait une énorme galère pour nous. Donc voilà, on doit rester réalistes et s'occuper des priorités. Mais oui, petit à petit on prévoit des nouveautés sur le festival. Il devrait y en avoir quelques unes cette année.

Je trouve ça très intéressant que tu parles de la qualité du son, qui est quelque chose de très compliqué en festival plein air. Le Hellfest connaît beaucoup de problèmes sur ce sujet à cause du vent.

Ah oui, Courtai aussi est un endroit très venteux. On a eu du bol sur les deux dernières éditions, il n'y a quasiment pas eu de vent, à part une ou deux heures par jour. Mais oui, le vent c'est l'ennemi, le plus grand ennemi de l'Alcatraz ! Certes la pluie, ce n'est jamais amusant mais bon, tu achètes un k-way, tu vas te mettre à l'abri sous le chapiteau et ça ne t'empêchera pas de profiter de la musique. Alors que s'il y a du vent, cela peut aller jusqu'à devoir évacuer les festivaliers si ça dépasse une certaine vitesse, mais sans atteindre cet extrême, le vent s'avère très gênant pour les musiciens sur scène, pour les festivaliers également et cela altère énormément la qualité du son. Donc le vent est vraiment notre ennemi ! (rires)

Quel serait le groupe que vous rêveriez de programmer à l'Alcatraz Festival ?

C'est marrant, un de tes confrères m'a posé la même question tout à l'heure. J'ai mis du temps à réfléchir pour trouver quoi répondre et puis d'un coup ça m'est apparu comme une évidence, et je pense que ce ne serait pas que mon choix mais celui de tous mes collègues de l'organisation : On aurait tellement adoré pouvoir faire jouer Motörhead à l'Alcatraz. J'aurais pu te répondre aussi bien Metallica mais ce serait une connerie car premièrement, ce serait impossible et deuxièmement, on souhaite rester un festival de taille moyenne. Pour Motörhead, on a malheureusement manqué de temps, je pense que cette année on aurait atteint la taille suffisante, niveau affluence, pour pouvoir se permettre de les accueillir. Mais il y a d'autres groupes auxquels on pense, comme Scorpions, des groupes qui sont à notre portée. Mais on ne parle pas d'avoir un jour Iron Maiden, on est réaliste et on n'a pas de problème avec ça ! Si jamais on avait envie de les voir, on irait au Graspop.

En parlant de ça, vous avez de bons rapports avec les autres festivals belges ?

Oui, on est d'ailleurs partenaires avec le Graspop, à travers notre magazine Rock Tribune. Le Graspop est le plus grand et le plus important festival dans notre pays au niveau Metal, on a une relation privilégiée avec ce festival, comme un rapport grand frère / petit frère ! Du coup on est vraiment très étonnés de voir autant de monde, sur internet notamment,  faire des comparaison entre le Graspop et l'Alcatraz, notamment au niveau de la programmation, alors que celle du Graspop est tellement impressionnante chaque année. C'est sûr, il y a toujours des groupes mainstream qui ne seront pas du goût de tous, mais ce n'est pas une raison.

Quel est ton meilleur souvenir à l'Alcatraz, depuis que tu as rejoint l'organisation ?

Sans hésiter, c'est Twisted Sister l'an dernier. C'était leur tout dernier concert sur le sol européen, ils étaient en tête d'affiche le dimanche, c'était le dernier groupe à jouer de tout le weekend et le temps était magnifique. On avait pu passer un peu de temps à discuter avec eux et leur management, on avait passé commande d'un gâteau dans une bonne pâtisserie de la ville et on leur a offert une heure avant qu'ils ne montent sur scène. On a filmé ça, on va mettre la vidéo en ligne d'ici quelques semaines. Le groupe a été très touché par ce geste et ils nous ont chaleureusement remerciés. Sinon, chaque année, le meilleur moment, c'est l'ouverture des portes, quand tu vois les sourires sur le visage des festivaliers et que le spectacle peut commencer. Même si on continue à stresser tout le reste du weekend, ce moment est quand même celui où on se sent déjà un peu plus détendus, rassurés. C'est aussi le moment où on ne peut plus faire marche arrière (rires).

Et ton pire souvenir ?

Le pire serait qu'il arrive quelque chose à l'un de nos festivaliers, mais heureusement ce n'est jamais arrivé. Une année nous avons eu des soucis, mais tout a pu rentrer dans l'ordre assez rapidement : Une festivalière avait disparu sur le camping et la Police était à sa recherche. On a fini par apprendre qu'elle s'était engueulé avec ses parents. Mais bon, pendant quelques heures ça a été compliqué, on a dû présenter la liste des campeurs, le camping étant divisé en plusieurs parties, on sait qui dort où. Le festival était terminé depuis quelques heures, on était tous exténués à cause du weekend passé à bosser et la Police était là. De quoi être très anxieux. Heureusement tout a été résolu en trois heures. Cet incident est vraiment la pire chose qu'on ait jamais eu à gérer pour le festival. Donc pour l'instant rien de vraiment grave, on touche du bois (rires).

Sur ce, je te laisse le mot de la fin !

C'est vraiment appréciable que vous ayez pris le temps de venir me poser toutes ces questions. Lille est à quelques kilomètres de Courtrai et on espère chaque année pouvoir accueillir de plus en plus de festivaliers venant de France. Il faut simplement que les metalleux français se rendent compte à quel point Courtai est proche de chez eux. On communique maintenant le maximum possible en français, en plus de l'anglais et du néerlandais, on a Franck qui a rejoint notre équipe et il fait ça très bien. Voila, pour tout dire : on est impatients de vous accueillir !

Les places pour le festival Alcatraz sont en vente sur la billetterie officielle du festival et sur Fnac Spectacles.

Metalorgie Team (Avril 2017)


Merci à Roger et Replica Promotion.
Crédit Photo : Beverley Barucq

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment