Manuel Gagneux, l'homme derrière Zeal and Ardor (Janvier 2017)

Depuis ses premières manifestations dans les années 80, le black metal a évolué et pris bien des formes, avec pour seule limite l'imagination (la folie ?) de ses créateurs. En théorie, associer black metal et negro spiritual a tout d'une mauvaise idée et c'est pourtant un pari que Manuel Gagneux a eu l'audace de tenir. Il s'est entretenu avec nous sur son projet Zeal and Ardor qui a, sans surprises, fait grand bruit.



On peut dire que ton projet présente un mélange musical inhabituel, notamment black metal et spirituals. Peux-tu me dire comment Zeal and Ardor est né, et comment tu en es arrivé à faire ce genre de mélange de styles ?


C'est une histoire plutôt marrante. En fait j'avais un autre projet musical avant, et je m'en suis un peu lassé. Du coup pour me distraire, j'allais sur 4chan, un site internet complètement barré. J'y allais en demandant aux gens de nommer deux genres musicaux, et je devais en faire une chanson en une demi-heure. Il y avait beaucoup de trucs horribles : gabber et klezmer, bossa nova et rap... Et un jour, un gars a demandé : black metal et musique nègre. Au début, je ne l'ai pas fait, puis j'ai réalisé qu'il y avait une connotation thématique intéressante entre les esclaves et les Norvégiens. J'ai donc essayé d'écrire de la musique en combinant les deux genres. Les premières chansons étaient absolument merdiques. Mais j'ai persévéré et continué d'expérimenter ... [Sourire]

Donc le projet est né d'une distraction pour tromper l'ennui ?

Exactement.

Tes albums sont très éclectiques, oscillant entre electro, hip hop, black metal ou musique noire. Quelle était l'idée principale quand tu as travaillé sur Devil is Fine ?

Je voulais créer de la musique sombre, mais qui soit aussi agressive, et cela peu importe le genre musical abordé. J'ai trouvé ça intéressant de faire un mélange. Rien de tout ça n'a été planifié, c'est plus de la chance, je suppose. Par chance, tout s'est emboîté de la bonne manière.

Zeal and Ardor s'est fait connaître grâce à cette association entre black metal et spirituals. Comment as-tu fait pour opérer ce mélange pendant la phase d'écriture ?

Les spirituals ont été écrits d'abord. Je hurlais des trucs sataniques dans ma cuisine jusqu'à ce que je trouve quelque chose qui me plaise. Mes voisins n'ont pas apprécié. Une fois que j'avais cet élément, j'arrangeais des parties metal par dessus. C'est globalement comme ça que j'ai procédé.

La scène black metal est parfois assez conservatrice. Est-ce que tu voulais choquer la "communauté" en faisant ça ?

Non, pas du tout. D'ailleurs, je crois que peu de fans de black metal sont "choqués" par ce que je fais. J'essaye juste de faire quelque chose qui me plaît. Par ailleurs, la scène black metal s'élargit beaucoup ces derniers temps. Tout le monde n'aime pas Oathbreaker et Liturgy, mais ils existent et sont suivis. Les black metalleux se mettent à danser sur de la synthwave de nos jours, ce qui est vraiment bizarre en un sens, parce que ça n'a absolument rien de black metal ! Mais je crois avoir compris pourquoi ils aiment ça : à l'origine, c'était une des formes de musique les plus extrêmes qui soit et maintenant, comme tu le dis, le mouvement est devenu conservateur. Donc ça fait sens que les black metalleux recherchent l'extrême dans d'autres formes de musique.

 
Écoutes-tu de la synthwave ?

Oui, j'aime beaucoup Perturbator, Carpenter Brut... D'ailleurs, je vais bientôt faire quelque chose avec Perturbator, ça va être intéressant ! [Rires] Il n'y a pas de date de sortie, le projet n'est pas encore très avancé.

C'est un type talentueux. Aimes-tu aussi son projet ambiant l'Enfant de la forêt ?

Oui, c'est très sombre et atmosphérique !

Pour certaines personnes, la musique Zeal and Ardor n'est pas authentique, parce que l'idée de mélanger ces deux genres n'est pas venue de toi. Elle est même sans doute venue d'un troll.

C'est tout à fait possible que l'idée vienne d'un troll, je ne sais pas. Il y a certainement quelque chose à redire là-dessus. Mais si je fais le bilan, je sais que j'aime faire de la musique, et je me moque un peu de ne pas avoir eu l'idée à l'origine. Mais oui, ils ont sans doute raison ! [Rires] Je ne peux pas changer grand chose à ça !

Tu as au moins le mérite d'être 100% honnête là-dessus.

C'est juste réaliste.

Quelles sont tes références en terme de musique noire et de black metal ?

Je ne sais pas si on peut dire que c'est une influence, mais disons que j'ai juste écouté de vieux enregistrements d'Alan Lomax, qui est surtout un chroniqueur en fait. Il a parcouru les États-Unis dans les années 30 et enregistrait les chants que les gens entonnaient dans les prisons ou les champs. Au niveau du black metal, il y a évidemment Burzum et Darkthrone. Je peux aussi citer Naglfar et un groupe allemand qui s'appelle Golem. Ils ont fait une reprise death metal complète du Sacre du Printemps, et c'est putain de fantastique ! J'ai écouté cet album tous les jours pendant que je travaillais sur Devil is Fine.

J'étais surpris de voir qu'il n'y avait qu'un groupe de black sur la playlist Spotify que tu as publiée, à savoir Schammasch.

Je me suis dit que les gens qui veulent écouter du black connaissent déjà le genre et les groupes qu'il faut écouter. Mais les mecs de Schammasch sont tellement sympas, et leur album Triangle est vraiment... intense.

Et ce que tu as d'autres influences en dehors de cela ? Par exemple, "Sacrilegium III" pourrait être une chanson d'Aphex Twin.

Il y a bien sûr Aphex Twin et Squarepusher. Je peux aussi citer Xanopticon, un groupe de harsh noise assez bizarre et Prefuse 73, je crois. Ces gars ont tous des noms très compliqués ! [Rires] Je suis aussi fan de Mr Oizo, c'est le patron !

 

Est-ce que l'album a une thématique occulte ? Es-tu intéressé par cela ?

Oui, je m'y intéresse énormément. Mais les éléments occultes qui sont sur l'album sont black metal d’un point de vue philosophique. Ce n'est pas à propos du satanisme en tant que tel, mais plutôt comme une rébellion contre le christianisme, un peu dans la même lignée que Burzum à l’époque, et pas celle de Gaalh par exemple. Parce que lui est vraiment sataniste, alors qu'à la naissance du black metal norvégien, c'était plus utiliser Satan comme porte-étendard d'une rébellion, et pour moi, cet angle est plus intéressant.

Tes deux albums sont courts, avec des chansons qui le sont également. Comment en es-tu arrivé à ce format ? Es-tu plus à l'aise sur quelque chose de court ?

Je suppose, oui. Mais bon, à l'époque, je ne me préoccupais pas du format. L'idée était de faire quelques chansons, de mettre ça sur Bandcamp et ça s'arrêtait là. Je pensais que ma mère allait l'acheter. [Rires] Elle ne l'a même pas fait d'ailleurs ! Mais je n'avais jamais pensé qu'il serait pertinent de présenter cette musique dans un "vrai" format. Mais le prochain album sera plus long bien sûr. Je dois écrire plus de chansons et des chansons plus longues aussi, parce que je commence à tourner, et je peux pas jouer un set de 20 minutes, les gens nous tueraient ! Donc oui, je suis en train d'apprendre !

Devil is Fine saute d'un genre à l'autre à chaque chanson, et on pourrait penser qu'il manque de cohérence. As-tu juste rassemblé les chansons que tu aimais pour les mettre sur un disque ou as-tu travaillé le séquençage de l'album ?

D'abord j'ai compilé ce qui me plaisait. Pour chaque chanson sur l'album, il y a une dizaine de chansons de merde que tu ne veux pas écouter ! [Rires] Pour ce qui est du séquençage, je me suis basé sur mon propre ressenti quand j'écoute de la musique. J'ai tendance à être facilement distrait en écoutant un album, donc je voulais que l'expérience d'écouter Devil is Fine d'une traite soit quelque chose qui attire vraiment l'attention, genre "Ah, mec, écoute ça !! Et puis il y a ce passage !" C'est presque calibré pour des gens hyperactifs.

C'est plutôt approprié dans ce monde régi par Facebook !

Exactement ! [Rires]

Est-ce qu'il t'arrive de te droguer dans tes phases créatives ?

Oui, je bois du café ! [Rires] J'en bois des litres et des litres, sans doute trop ! Je ne peux pas fumer de la weed, ça me rend trop parano.

Puisque nous parlions de trolls : est-ce que tu penses qu'il est possible d'intégrer un aspect humoristique dans la musique tout en abordant des sujets sérieux ? Il y a certains artistes, comme Frank Zappa ou Tool, qui abordent des concepts profonds, mais souvent avec un humour satirique ou en se moquant d'eux-mêmes. L'exemple de Tool est symptomatique avec Aenima, qui n'est qu'un jeu de mots entre "anima" et "enema" [NDLR : lavement]. Ils ont aussi tourné avec Bill Hicks, un humoriste génial. Tu le connais ?

Ouais, ce mec est hilarant. Mais, il est mort non ?

Oui, en 1996. Il avait 32 ans.

C'est horrible.

Oui... Est-ce que tu te verrais injecter une dimension humoristique dans ta musique ?

Oui, ça serait possible. De fait, je le fais déjà un peu quand on y pense : du gospel satanique, c'est juste drôle comme idée. Je ne sais pas, ça m'amuse ! Je pourrais peut-être aller plus loin dans la dimension humoristique plus tard, qui sait ? De toute façon, tu peux être aussi sérieux que tu veux, la musique reste du divertissement. Je pense qu'il faut s’amuser avec sa musique, et ne pas être ultra-sérieux en permanence.

 

Peux-tu nous présenter ta formation pour les concerts ?

Nous serons six. Il y a moi, un autre guitariste, un bassiste, un batteur, et deux chanteurs qui feront les choeurs.

Donc pas de samples à la con ?

Non, non ! Je voulais que le groupe soit aussi "live" que possible.

Et comment les as-tu recrutés ?

Eh bien, ce sont tous des amis. Donc il n'y a pas cette phase bizarre d'auditions et compagnie. Ce sont tous des putains de musiciens. Ma plus grande préoccupation était sur la batterie. Evidemment je ne peux pas jouer ces parties, et d'autres ont essayé sans y arriver. Mais le gars que j'ai trouvé est une machine. Il s'appelle Marco Von Halleman. C'est le genre de gars qui écoute Animals as Leaders en jouant la partie de batterie par dessus ! [Rires]

Est-ce que tu vas retourner sur 4chan pour trouver l'orientation musicale de tes prochains albums ?

[Rires] Je pourrais presque faire un album troll, en demandant aux gens de proposer des associations de genres. Je pourrais avoir des mélanges comme salsa / tango. Ça serait le pire album imaginable. Plus sérieusement, je suis déjà en train d'écrire des chansons qui me plaisent. Je vais compiler tout ça et voir ce que je peux faire avec.

Donc au final, tu as pris goût à ce mélange black metal / black music ?

Oui, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai poursuivi sur cette voie. Mais cette fois, je travaille avec un producteur. Evidemment, je ne sais pas mixer, et les gens l'ont remarqué ! [Rires] Et c'est important pour moi de proposer un produit de qualité si on m'en donne les moyens !

Comment as-tu fait ton choix pour le producteur ?

Il s'appelle Zebo Adam, il est autrichien. Il a produit pas mal de groupes allemands. Et il s'est mis à dire qu'il ne ferait plus rien tant qu'il ne travaillerait pas avec moi ! [Rires] Il aime beaucoup ce que je fais. Je pense que ça va être un plaisir de travailler avec lui. Il est un peu fou, le genre de type qui connaît tous les groupes obscurs dont tu n'aurais jamais imaginé l'existence.

Es-tu allé à des concerts qui t'ont marqué l'esprit récemment ?

J'ai vu Gojira sur la tournée Magma, et c'était vraiment impressionnant. La même semaine, j'ai aussi vu Meshuggah, c'était de la folie ! Je ne sais pas comment ils font, leurs lumières sont incroyables. Tu ne peux pas être épileptique, tu pourrais mourir.

 

Des albums ?

J'ai écouté pas mal de trucs bizarres, comme du Brian Eno. J'ai aussi adoré le dernier The Dillinger Escape Plan et le dernier Nails. Je ne sais pas si c'est metal, mais c'est définitivement énervé ! Je peux aussi ajouter Moonlover de Ghost Bath, très bon album. Et sinon, il y a ce fameux album de Golem, Dreamweaver. Je ne l'ai pas trouvé sur... Tu peux me rappeler la plateforme de la playlist que j'ai postée ?

Sur Spotify.

Voilà ! Putain, je ne m'en rappelais même plus. Dommage que je n'ai pas pu le mettre sur la playlist.

Donc tu aimes tous ces...

Groupes de hipster ? Absolument ! [Rires] Liturgy, Deafheaven... Ceci dit je ne pense pas que Deafheaven soit du black metal, c'est plus du post-rock à mon sens. Mais j'aime beaucoup, c'est très mélodique.

Vous allez donc faire quelques concerts y compris en France. Est-ce que tu connais les groupes qui jouent avec vous ?

Je ne connais que Pryapisme. J'ai écouté ce qu'ils font et c'est de la pure folie ! J'ai vraiment hâte de les voir. On dirait du post-nintendo-core, tout à la fois, c'est excellent.

Oui, on dirait l'équivalent Internet de Mr Bungle. D'ailleurs ce sont de grands fans du groupe. `

Ça s'entend. Moi aussi, j'adore Mr Bungle. California, c'est la vie !

Parlons donc du Roadburn. Quels sont les concerts que tu ne veux pas louper ?

Malheureusement, nous ne restons qu'un jour à cause de la tournée. Mais si je pouvais, j'irais voir Coven, parce que c'est incroyable qu'ils jouent ! J'irais aussi voir Baroness, Schammasch, Oathbreaker bien sûr ! Je crois que Perturbator y joue aussi.

Oui, et Carpenter Brut.

Rah, il y a tout ! C'est vraiment un putain de festival. J'ai vraiment peur. Voilà ce groupe suisse inconnu qui n'a jamais fait de concerts qui va jouer là bas... C'est la même scène que Schammaschen plus. Ces gars ont de l'expérience et ils ont tous beaucoup de talent. On va devoir beaucoup, beaucoup répéter.

Comme tu l'as dit, vous avez à peu près 40 minutes de musique sortie jusqu'à présent. Allez vous jouer des covers ou des nouvelles chansons ?

Je pense que ça serait vraiment nul de ne faire que l'album. Il va y avoir beaucoup de nouvelles chansons.

Peux-tu les décrire ?

Je crois qu'elles sont plus distillées et moins bordéliques. Elles sont aussi beaucoup plus agressives. Ça va être intéressant, j'ai hâte de les présenter sur scène.

Et allez vous jouer les chansons électroniques ou juste vous concentrer sur le metal ?

Je pense qu'on va jouer celles qui s'intégreront bien dans le set. Parce que je veux avant tout que les gens apprécient le concert, et pas faire mon "artiste" ou je ne sais quoi ! [Rires] On devrait avoir une heure de set.

Neredude (Janvier 2017)

Interview par Neredude (Facebook)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment