Découverte
Pochette Démo

logo Wacken Open Air

Biographie

Wacken Open Air

Fondé en 1990 dans la petite ville de Wacken en Allemagne (d'où le nom du festival), le Wacken Open Air est, au fil des années, devenu un rendez-vous incontournable des festivals d'été. Très orienté vers le metal classique, la manifestation est aujourd'hui une institution et près de 60 000 personnes s'y rejoignent chaque année pour célébrer tous les grands ténors du style.

Chronique

Armageddon Over Wacken ( 2006 )

Aaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhh le Wacken... Un vrai festival de metal dans toute sa splendeur : de la bière, du foot, des filles qui montrent leurs seins, des gens qui font le tourniquet avec leurs cheveux pendant un concert entier, des tattoos (certains ont le logo du Wacken tatoué sur l'épaule). Ca pue le cliché à trois miles mais après tout, le metal n'en est plus à ça près. En 2005, pour sa seizième édition, le festival allemand a décidé d'immortaliser l'événement et présente donc ici un double DVD intitulé Armageddon Over Wacken. Néanmoins la prudence reste de mise. Car comme souvent avec ce genre d'objet-compilation, on passe un peu du tout au tout, en alternant le bon et le moins bon.

 

Le bon avec Candlemass par exemple qui nous offre une excellente prestation. Messiah Marcolin, le chanteur, se démène comme un beau diable dans sa tenue de prêtre et chante terriblement juste. La mise en scène est sympa (deux énormes croix de chaque coté de la batterie) et les deux titres offerts excellents (surtout At The Gallows End). Un groupe définitivement culte, les rois du doom épique.
Les blasts de Suffocation sont eux toujours aussi rapides : Mike Martin est décidément un batteur hallucinant, ce qui explique probablement pourquoi sa batterie a été mixée autant en avant. Le death des vétérans d'Obituary est groovy à souhait (Slowly We Rooooooooottttttttttttt !!) et le metal polyforme de Samael est plus classieux que jamais. Quant aux Danois de Illdisposed, leur Now We're History donne une sévère envie de headbanger.
On ne peut passer sous silence la prestation des Sputniks, un groupe de retraités reprenant en country/folk/polka/surf (appeler ça comme vous voulez) certains grands hits de la musique du Diable. On assiste ici à une version festive du Ace Of Spades de Motorhead chanté par Tom Angelripper (de Sodom). Et en fait... ben ça le fait carrément !! (D'autres extraits sont présentés en guise de générique de fin).

 

Mais on touche parfois aussi au kitch lorsqu'on voit Edguy arrivant sur le site du festival avec un hélico floqué de son logo. La présence d'Edguy sur ce DVD est d'ailleurs plus que contestable puisque le titre offert, King Of Fools, ne l'est pas en entier et le son n'est rien d'autre que celui du CD. En tout cas si l'on peut reprocher au chanteur d'Edguy ses ignobles bottes en fourrure, on ne peut lui enlever sa présence scénique. Dommage qu'on ne puisse entendre sa prestation vocale. Edguy ne sera pas le seul à nous refourguer une piste audio à la place du son live puisque Doomfoxx fera de même.

 

Certains passages sont eux plutôt bizarres. Corvus Corax est ainsi un véritable ovni sur l'affiche, sorte de mélange moyen-âgeux entre un opéra (pour la partie musicale, sans guitare ni batterie) et une comédie musicale (pour les costumes). Etrange de trouver ça sur l'affiche d'un festival pas particulièrement réputé pour son ouverture d'esprit même si le coté 'jeu de rôle' attire probablement pas mal de métalleux.
Dans un registre moins léger, on tombe sur une mini-interview de Jon Nödtveidt leader de Dissection et dont on connaît le triste destin, tout sourire qui nous conseille de nous ouvrir au chaos...

 

Les envolés lyriques du chanteur de Metal Church pourront faire grincer quelques dents (vous savez, comme quand on fait crisser ses ongles sur un tableau en ardoise) tout comme la voix de canard du vocaliste d'Overkill ou encore le chant de gargouille d'Udo d'Accept. A propos d'Accept justement, il est vraiment regrettable d'avoir un chanteur si particulier (je suis gentil là) parce que derrière, musicalement, ça rocke pas mal. Toujours au registre vocal mais dans une optique plus... viril, il est toujours aussi surprenant de voir le petit blondinet chanteur de Gorefest éructé ses textes avec une telle voie d'outre-tombe. On le prendrait plus volontiers pour le frontman d'un énième mauvais groupe d'emo-fashion victim-mèche de coté-metal que pour un chanteur de death metal.

 

Par moment, le DVD ne fait carrément pas dans la dentelle. Je pense notamment au chanteur de Marduk qui se renverse un verre de sang sur la tête pendant Throne Of Rats (je rassure les mamans qui liraient cette chronique, il s'agit de faux sang... enfin je crois, héhé...). Mais je fais surtout allusion à la chanteuse de Holy Moses qui reprend, avec un degré de finesse qu'on ne soupçonnait pas chez la gente féminine, le Too Drunk To Fuck (je vous laisse le soin de la traduction !!!)  des Dead Kennedys avec sa voix d'outre tombe (glups).

 

En tant que petit Français, on pourra déplorer (ou s'émerveiller, c'est selon) du nombre important de groupes teutons (ou rencontrant un certain succès en Allemagne) présents sur le DVD et quasi-inconnus en France : Noise Forest, Eisregen, Reckless Tide, Gorilla Monsoon (une bonne surprise en passant, dans un style très très très gras), Emkay, Doomfoxx, Mucc, Corvus Corax, etc. En ce sens, le DVD s'apparente comme un produit destiné en priorité au marché germanique.
Les autres festivals seraient en tout cas bien inspirés de faire pareil. On se doute néanmoins des problèmes de droits que doivent rencontrer les festivals lorsqu'ils veulent immortaliser une édition sur DVD, les groupes préférant réserver leur prestation live pour leur propre DVD (Machine Head, Within Temptation et Nightwish, également présents sur l'affiche en 2005, ne figurent pas sur le DVD). Saluons donc tout simplement le courage du Wacken.

 


 

A écouter : Candlemass, Obituary, Kreator, Samael
Wacken Open Air

Style : Festival
Tags :
Origine : Allemagne
Site Officiel : wacken.com
Amateurs : 21 amateurs Facebook :