Albums du moment
Pochette Upon My Cremation Pyre
Pochette Split avec Link
Pochette Berdreyminn Pochette Bloodlust
Chroniques
Pochette Heroes Of Mighty Magic
Pochette Stup Virus
Pochette We The People
Pochette Abhorrent Manifestation Pochette Inside The Skull

logo Unsane

Biographie

Unsane

Unsane se forme en 1988 avec la rencontre au lycée de Chris Spencer (guitare, chant), Peter Shore (basse, chant) et Charles Ondras (batterie). Les concerts commencent et dès 1989 une démo est enregistrée ; deux des titres issus de cet enregistrement (This Town et Urge To Kill) constitueront la première sortie officielle du groupe via le label indépendant de Minnéapolis Treehouse records. A l’origine, d’autres titres devaient se rajouter à ces deux chansons pour une sortie d’un premier album, Improved Munitions, sur Circuit Records mais le projet tomba à l’eau pour se sombres raisons. Le groupe consacre ensuite son temps à tourner aux Etats-Unis et à sortir différents singles pour Glitterhouse, Sub Pop ou PCP afin de préparer le terrain avant la sortie en 1991 de leur premier album éponyme sur Matador Records.

Pendant 1992, le groupe tourne et enregistre sans cesse avant que le décès brutal de leur batteur Charles Ondras ne les stoppe. Les autres membres trouvent, après de nombreuses auditions, son remplaçant en la personne de Vinny Signorelli, un ex-membre des Swans et de Fœtus. Il intégre le groupe juste pour commencer la composition du deuxième album d’Unsane. Pendant ce temps de transition, Matador en profite pour sortir une compilation de toutes les précédentes sorties du groupe, déjà bien souvent épuisées (Singles 1989-1992).
En 1993, le groupe consacre donc son temps libre à composer Total Destruction toujours sur Matador et cet album consacre d’avantage le style singulier de Unsane. Pour cet album, dont la sortie est effective en 1994, le groupe choisit pour la promotion (en dépit de nombreux conseils) d’illustrer avec un clip la chanson Boby Bomb; ce clip est on ne peut plus explicite et se voit censuré par de nombreux médias. Suit une tournée avec Entombed et une nouvelle sortie concernant le groupe se prépare chez Matador pour 1994 : la compilation Peel Sessions regroupant des chansons jouées sur la radio de John Peel entre 1991 et 1992.
En 1995, le groupe signe sur le gros label indépendant Amphetamine Reptile et enregistre à cette occasion et en trois sessions Scattered, Smothered And Covered contenant la chanson Scrape qui sera illustrée à son tour par le fameux clip compilant de solides gamelles en skate pour 200 dollars ! La chanson restera neuf semaines en rotation sur MTV. Le groupe tourne alors un an, puis enchaîne une autre tournée pour la magazine Trasher et fait enfin la première partie de Slayer pour une tournée américaine.

En 1998, le groupe signe chez Relapse Records pour la sortie de leur quatrième album Occupational Hazard qui positionne définitivement Unsane comme un des leaders du mouvement Noise / Hardcore. Suite à trois années intenses de tournée pour défendre cette dernière livraison, le groupe décide de s’accorder une pause et se sépare en 2001. Les membres en profitent pour s’occuper de projets divers (The Cutthroats 9 pour Chris Spencer). En 2003, les musiciens se retrouvent. Relapse décide de sortir Lambhouse, sorte de best of du groupe compilant des titres audios, live, tous les clips et un concert filmé au CBGB’s en intégralité, puis en 2005, le cinquième album Blood Run parait.

15 / 20
1 commentaire (16/20).
logo amazon

Wreck ( 2012 )

Avant de commencer cette chronique, j'aimerais attirer votre attention sur le fait que vous parler de cet opus n'est pas chose facile. Ben oui, chroniquer un disque merdique, c'est toujours plus facile, on peut lui trouver une peignée de défauts qu'on se ferait une joie de tartiner ardemment sur notre bel ordinateur. Mais bon là, hein, soyons clair, des défauts il y en a peu. Le plus gros qu'on peut trouver, c'est bien qu'on y retrouve ce qu'Unsane sait déjà faire : les riffs marteaux et les compositions âpres et tortueuses du trio, comme ici Rat, Metropolis et Ghost – ces deux dernières rappelant pas mal Occupational Hazard et Blood Run. Enfin, si on aime pas le groupe, on peut trouver que l'album en soi est un défaut, puisqu'il n'y a pas vraiment de surprise, de révolution stylistique majeure. Ça suppose qu'il existe des gens qui n'aiment pas le trio new-yorkais , ce qui est une hypothèse que je me refuse à formuler.

Enfin il y a quand même une évolution parce que - je m'interromps encore avant de commencer - Visqueen, le précédent, avait marqué un modeste tournant dans leur discographie avec un apport mélodique à leurs compos qui avait transformé leur expression. Le malaise n'était plus seulement violent, il devenait lancinant comme un poison, avant d'exploser. Wreck assume cette orientation et ça se sent pas mal sur Decay qui rappelle pas mal Against The Grain avec sa petite guitare qui empiète presque sur les terres du Lo-Fi, Not A Chance et l'inévitable harmonica. Mais il y a quelque chose dans cet album qui me rappelle ce qu'un type m'avait dit, la première fois où je les avais vu en 2007 à Lyon : « Unsane, c'est du blues ».

A trop se focaliser sur les murs de son et les ambiances glauques – après ca, je vous laisse tranquille et j'attaque - on en oublie le point essentiel de leur musique : exprimer à quel point la vie est dure et que vivre nous tue, ce que la moitié de la scène hardcore se ridiculise à faire piteusement depuis des décades avec des gimmicks « ghetto » à la limite du déplorable. Cette tension, cette fatigue face à la difficulté de vivre dans une société qui sous ses brillants atours broie des hommes, casse des volontés, dilue des rêves dans des flots de résignation silencieuse. Finalement, les vieux bluesman du delta ne tentaient déjà que nous le faire comprendre. Et franchement, sur Pigeon et Don't et leur rythme chaloupée comme un chalutier branlant mené par les faces tannés de Spencer, Curran et Signorelli, on ne cracherait pas de les voir caler un set dans un festival entre Seasick Steve ou Tom Waits. Mais l'apogée de cet album et la chanson probablement la plus bluesy autant dans la forme que dans le fond, c'est Stuck. Guitare étouffé, slide en intro et voix presque murmurée. Ambiance posée qui tranche avec le Unsane qu'on connait. Bien sur, le propos reste le même - et n'est que douleur. Et comme dans un blues où les notes s'envolent dans des solis délirant de pré-rock'n'roll, ici seul le refrain explose pour mieux délivrer l’énergie accumulée.

Donc voilà, je tenais à vous le préciser. Maintenant on y va. Remarquez au premier abord que la dernière chanson est une reprise de Flipper au nom aussi ironique que leur carrière : Ha Ha Ha ! Et puis après...heu...ah merde, j'ai déjà tout dit.

A écouter : Decay, Not a Chance, Ghost, Stuck
17.5 / 20
7 commentaires (17.43/20).
logo album du moment logo amazon

Visqueen ( 2007 )

Bien que la recette reste la même, un nouvel opus d’Unsane est toujours attendu. Et ce, sans doute parce que le trio de New-York reste concentré et consciencieux, parce qu’aussi il reste le porteur, le garant d’un son et d’une musique typique et personnelle et dont l’on ne compte plus les émules qui se sont engouffrées dans le chemin tortueux et visqueux des New-yorkais.

Justement, le nouvel album du groupe, Visqueen, apporte une nouvelle fois une lecture très inspirée de l’univers étouffant du combo. On peut noter la bonne initiative que prend une nouvelle fois Ipecac (et Mike Patton donc) de sortir, dans la pure lignée artistique du label, le nouvel album d’un groupe décalé et surtout culte.
Globalement, Unsane semble resserrer d’avantage l’étau par rapport à la précédente livraison du groupe Blood Run, premier album post-hiatus du combo, qui montrait ce dernier avec un caractère plus mélancolique si l’on peut dire. Sur Visqueen, le ton se ressaisit et "Against the Grain" ouvre la danse d’une belle façon ; un riff claquant et martyrisé pour une première piste sans concession. Ensuite, deux autres chansons "Last man standing" et "This stops at the river" moulées dans la même idée : un riff, un rythme, un style. Et un son par-dessus tout. Encore plus chaud qu’à l’accoutumée. Mais l’on sent aussi la voix de Spencer traîner, lancinante, indiquant une volonté d’appuyer le message déjà lourdement bien servi par les paroles sombres du groupe.
Et si l’on a pu un moment penser passer sans trop de frais auditif ce nouveau travail du groupe, on s’aperçoit bien en fait que l’ambiance pesante distillée par le trio nous dépasse, et c’est ainsi que la deuxième moitié de l’album voit l’agressivité du combo prendre, fait rare, le dessus sur le groove imposé à la batterie par Vince Signorelli. L’écoute n’est pas donnée à tout le monde mais les guitares virevoltent comme jamais ("Eat Crow", "No one") et l’on se plait à écouter la torture infligée par le maître à son habituelle Fender. La basse de Dave Curan vibre de manière impressionnante à ses côtés. Et comme la production d’Andrew Schneider est moins étouffée que celle de Joel Hamilton sur Blood Run, l’ardeur d’Unsane revient aussi au premier plan, au moins aussi directe qu’à l’époque d’Occupational Hazard. Typiquement proche de l’image du visuel, l’agressivité du groupe se veut camouflée derrière une approche plus implicite du contenu de sa musique.

D’ailleurs, à côté de cette ambiance sombre, Unsane poursuit tout autant le bout de travail amorcé sur Blood Run, en insistant sur cet aspect blues relativement récent dans leur façon de composer ; les riffs s’accrochent comme pour nous inciter à regarder en face nos déviances inavouées ("Windshield"), le vibrato manuel d’ "Against the grain" tire sur notre sensitif; et de ces incursions bluesy, à la noirceur de "Line on the wall", le style désabusé du groupe se lâche plus encore et prouve la faculté qu’a le groupe à se réinventer. Et puis émerge "Only pain", symbolique parfaite du talent du Unsane d’aujourd’hui avec ce riff imparable, à la mélodie prenante, qui parvient à se faire remarquer sous ce déluge de coups tordus ("Disdain", "Eat Crow"). Même le fragile harmonica aperçu sur "This stops at the river" vient nous déranger à son tour par la dureté de son langage.
Bien sûr, on retrouve quelques morceaux plus typiques ("No One", "Shooting Clay"), où les riffs aigus de Spencer s’assoient sur des rythmiques chaloupées, marques de fabrique de cet inséparable binôme de techniciens que sont Signorelli et Curan, aussi percutant l’un que l’autre.
Et pour conclure, sur la longue outro de "East broadway", marteau piqueur et métro accompagnent vicieusement ce tempo de fin pesant et grave, et démontrent, d’une manière imagée, le leitmotiv artistique du groupe : mettre à jour la part de crasse qui bouillonne à l’intérieur de tout à chacun.

En attendant, cet excellent Visqueen est simplement à découvrir de face et à savourer, avec grand plaisir, par toutes ses qualités.

A écouter : Against the Grain - Etc. - Etc. - Etc.
16 / 20
3 commentaires (19/20).
logo amazon

Blood Run ( 2005 )

Enfin! Enfin, car après presque 7 ans de silence, le groupe hardcore noise culte Unsane revient nous donner des nouvelles inédites avec leur nouvel opus Blood Run, après un séduisant Lambhouse et un si lointain Occupational Hazard ; 7 ans de pause motivés par un trop plein de concert et par des activités annexes salvatrices pour les membres du trio new-yorkais (The Cutthroat 9 pour Chris Spencer, tournées pour Foetus et Lydia Lunch pour Vinny Signorelli). 2005, c’est donc le ralliement à la Grosse Pomme pour faire à nouveau parler la poudre. Ou plutôt devrions nous dire faire à nouveau couler le sang !
Effectivement, ce qui saute aux yeux, c’est le visuel encore plus explicite qu’à l’accoutumée… Déjà habitué à l’utilisation de l’hémoglobine pour illustrer ses différents efforts, le groupe pousse ici d’avantage le délire car la métaphore semble bouger sous nos yeux au gré des pages du livret ! Personnes sensibles s’abstenir !

Mais revenons plutôt à ce qui nous intéresse le plus, la musique. Alors que nous réserve Unsane aujourd’hui ? Quelles sont les conséquences du poids des années pour le groupe ? Et bien levons le voile directement, le groupe a alourdit le son et légèrement ralentit le tempo : voici l’impression générale ressortant de l’album.
Ainsi, dés les premières notes entonnées sur «Backslide», on sent une petite pincée de langueur plus marquée qu’auparavant comme si chaque claque de rythmique se mélangeait à une caresse virile dans le même temps. Comme si on traînait dans les sous-sols de New-York, perdu dans un mélange de crasse et de folie, à l’instar de ce sample de métro à la fin de «Backslide», qui semble vouloir nous renseigner sur le cadre de l’action de ce nouvel opus. Unsane ne s’est donc pas adoucit mais étend tout simplement un peu plus ses riffs, pour tout autant de tension. On retrouve donc cette ambiance plus posée pour «Got it down», ou pour «Hammered out» gérant calmement son humeur atmosphérique et apportant un charme supplémentaire au groupe.
Tout le plaisir coulant de cette ambiance étouffante typique au groupe reste intacte ; d’ailleurs, dans cette version 2005 d’Unsane, la voix se fond encore plus dans la musique, peut-être pour accentuer encore d’avantage la folie urbaine en laissant au chaos plus de place? Cela n’empêche pas Chris Spencer de nous gratifier de bons chants en supplément de ses toujours imposants riffs de guitare, tout en tension, torsion et distorsion («Killing Time», «Make them prey»).
On retrouve tout de même quelques morceaux plus rythmés, comme on pouvait d’avantage trouver sur Occupational Hazard, tels «Release» ou «D train» maintenant le cap de l’agressivité sonore d’Unsane ; ensuite, les perles de Blood Run arrivent avec tout d’abord «Anything» et son intro batterie très Signorelli ouvrant pour un implacable riff de guitare, c’est toujours aussi fort. Puis «Recovery», portée par une guitare saturée attentiste, avant qu’elle ne se transforme en un nouveau gimmick de feu, et qui fait encore une fois la différence.

On trouve alors l’album encore plus plaisant et ce Blood Run m’amène à me poser une question : et si Unsane, dans son futur proche, intégrait d’avantage de blues à sa musique ? Ce serait une évolution logique, intéressante et surtout très plausible pour le talentueux trio. En attendant ça, les klaxons fusent sur la lourde basse de «Latch», puis «Dead weight», avec tout son poids et après une longue résistance, rend son dernier souffle sur un quai de métro, qui pourrait tout aussi bien être celui de Paris… Avec Blood Run, Unsane parle encore un langage commun et reste tout autant incisif malgré les années et les modes. Bravo!

A écouter : Release - Anything - Recovery
17.5 / 20
2 commentaires (16.5/20).
logo amazon

Occupational Hazard ( 1998 )

Unsane, c’est avant tout un travail basé sur la passion et exécuté par de purs passionnés. Un groupe capable d’aligner 360 concerts à l’année, tous continents confondus. Un groupe désormais seul rescapé d’une scène hardcore/noise new-yorkaise des 90’s et qui se permet encore d’étonner à chacun de ses nouveaux accords. Il y a tellement de talent dans ce groupe, et pourtant seulement concentré entre trois musiciens ; Unsane, c’est (depuis Scattered, Smothered and Covered) une guitare sale maltraitée par Chris Spencer, une basse omniprésente et hypnotique élevée par Dave Curran et, enfin, une batterie tribale martelée en finesse par Vinny Signorelli. A chaque fois, l’amalgame entre eux fait mouche. Et Occupational Hazard leur donne encore raison.

Dernière livraison du groupe culte de New-York donc, avant une petite pause salvatrice méritée, Occupational Hazard est un album dans la lignée des précédents enregistrements d’Unsane, direct et glauque, sans que l’on percoive une once de lassitude chez les musiciens. Occupational Hazard est donc le quatrième album (sans compter les nombreux singles, compilations et splits divers) d’une carrière commencée en 1988, mais le son et l’énergie si caractéristique du groupe sont toujours flamboyants. La passion est bien intacte.
Ouverture du bal urbain avec "Commited" et, de suite, le son inimitable de la guitare, tendue et aigue, aux notes toutes pointues. Chris Spencer tire physiquement sur sa guitare comme personne d’autre ("Take in the Stray", "Lead") et impose son jeu personnel. Mais même lorsqu’elles se déchaînent dans la saturation, les six cordes paraissent légères en comparaison du déferlement de lourdeur orchestrée par la vrombissante basse. C’est un véritable bloc. Pour autant, cette dernière groove continuellement ("Wait to Lose") et c’est sur ce point qu’Unsane séduit. Le trio new-yorkais produit une musique parfaitement collée à l’image de leur environnement urbain : c’est dur, sale, irrespirable ("This Plan", "Smells Like Rain", "Lead") mais l’humanité reste toujours présente. Et ce détail transpire encore plus dans la conduite de batterie pour laquelle Vinny Signorelli privilégie l’utilisation des toms ("Over Me", "Hazmat"), lui donnant une couleur primaire et donc fondamentalement humaine. Si leurs ex-contemporains d’Helmet s’adonnaient aussi à cette forme de hardcore bruitiste, il leur manquait ce point essentiel. Et si un groupe comme Will Haven revêtait, par sa musique, une ambiance religieuse, Unsane s’inspire plutôt de l’influence qu’exerce la ville sur l’homme.
En ce sens, la septième chanson de l’album, "Sick", est on ne peut plus probatoire. Le riff de guitare vous tord les boyaux pendant que le chant éternellement saturé de Chris Spencer (autre marque de fabrique récurrente du groupe) crache le trop plein d’adrénaline : « I’m sick in my head, I fall outta bed. I’m telling you, it’s what you said. It’s killing you, It’s in your head ». Et si Unsane n’a rien de morbide, il ne ment pas en tout cas vis-à-vis des images qu’il utilise pour chacune de ses pochettes ; c’est toujours sanglant visuellement et cinglant musicalement, comme pour exacerber le sentiment de mal-être. Digne d’une B.O de "Seven" et de "Blade Runner".
Unsane ne rejette pas la force attractive d’une grande mégalopole. Comme tout citadin, les musiciens aiment l’influence de la ville sur leurs sensations. Ils croient en ce qu’ils font et on le ressent à l’écoute d’ Occupational Hazard. Et si la recette reste à peu prés la même depuis leurs débuts, Unsane trouve dans ce moule 1000 raisons de se renouveler. Chaque chanson ressort différente de la précédente. On remarque la mélodie de "Humidifier" ou bien le rythme de "Scam" qui ne tardent pas à nous achever.

Et d’ailleurs, Unsane clôt son album par la chaotique "Understand", sans doute la plus lanscinante d’Occupationnal Hazard mais d’autant plus intense. Jusqu’à l’explosion de chaos qui précéde un silence nous tirant de notre hypnose. Et voilà le dernier tour de force du groupe : faire du silence un élèment dérangeant.

A écouter : les dents serr
18 / 20
2 commentaires (20/20).
logo amazon

Scattered, Smothered And Covered ( 1995 )

Qui mieux qu’Unsane pourrait mettre en musique la décrépitude des bas quartiers de New York ? Quel autre son que celui de Scattered, Smothered and Covered ? Rien ni personne. Il faut dire que cet album est une atrocité. Rugueux, dissonant, crade. En somme, Unsane au sommet de son art.

Unsane c’est un son de guitare du tueur, douloureux, noise à mort, avec les riffs de Jesus Lizard à la puissance destructrice décuplée. C’est une basse lourde as fuck et une batterie surpuissante. C’est par-dessus tout une rage sanglante éructée par une voix âpre, aussi distordue que la guitare. C’est aussi l’harmonica des campagnes et le groove qui tâche et les artworks gore. Cet album, c’est beaucoup des meilleurs morceaux d’Unsane, "Scrape" et son clip qui a pas mal squatté MTV ( !?), "Get off my Back" dont la lourdeur ferait pâlir de nombreux groupes, "No Loss" et ses vilains riffs…la liste serait trop longue.

Et c’est peut-être atroce, mais Scattered, Smothered and Covered donne une idée de ce qu’on peut éprouver quand on se fait tabasser au fond d’une ruelle puante, quand on se fait jeter dans une benne après s’être fait racler la gueule sur un mur suintant la crasse. Par temps de pluie. Si les gaillards faisaient moins de bruit avec leurs instruments, on entendrait presque le grésillement de l’enseigne bar du coin, les sirènes des flics et le bruit des roues dans les flaques d’eau. Le pire c’est sûrement qu’on prend son pied et que par masochisme on en redemande.

Voilà ce qui fait de Scattered, Smothered and Covered un album culte. On imagine mal ce mélange de noise et de hargne hardcore venir d’ailleurs que New-York, le contraste malsain et l’aura dérangeante qui entoure cette ville viennent inévitablement à l’esprit à l’écoute de ce monstre. Unsane au sommet de son art disais-je.

Immense.

Et Culte.

A écouter : Scarpe, Alleged, Get off my Back, No Loss...Tout